États-Unis : les homosexuels moins heureux que la moyenne

Selon un sondage réalisé en avril par le Pew Research Center sur un échantillon représentatif de 1 197 personnes homosexuelles adultes des États-Unis, seulement 18% d’entre elles confient être “très heureuses” actuellement, contre 30% pour la population américaine dans son ensemble. La faute, expliquent les médias de gauche, au fait que la population LGBT est généralement plus jeune et/donc affiche des revenus moins élevés. Cela joue sans doute, comme les injustices dont certains homosexuels sont vraiment victimes ou le sentiment injustifié d’être rejeté par ceux qui refusent simplement qu’un petit lobby allié à l’oligarchie détruise leur civilisation. Mais allons plus loin : et si le mode de vie LGBT, et même le fait de pratiquer son homosexualité, étaient aussi en partie responsable de ce faible pourcentage ?

Autres articles

26 Commentaires

  • Francois Desvignes , 16 Juin 2013 à 4:14 @ 4 h 14 min

    Vous avez une curieuse défintition du lyrisme ! (…)

    Et quant aux lesbiennes, le christianisme ne condamne pas l’homsexualité MAIS ses pratiques :

    – soit parce qu’il condamne la sodomie homo ou hetero sexuelle

    – soit parce qu’il condamne la famille homoparentale “Tu honoreras ton père et ta mère” rappelant que seule la famille héterosexuelle et biologique est légitime.

  • Francois Desvignes , 16 Juin 2013 à 4:38 @ 4 h 38 min

    L’homosexualité n’est pas une maladie mais une infirmité et elle ne relève pas des instances médicales.

    Elle ne se “soigne” que par la prière.

    Le militantisme homsexuel n’est pas une maladie mais un délit dans l’ordre spirituel, si l’on préfère un acte pécamiteux, en ce qu’il fait l’apologie ou prêche la tolérance d’une inversion de l’Ordre voulu de Dieu.

    L’homosexualité pour celui qui :

    – la subit est une épreuve que seule la prière peut surmonter

    – la pratique est un péché notamment mais pas seulement à cause de la sodomie qu’elle implique puisqu’elle empêche ou inverse l’ordonnancement conjugal voulu de Dieu.

    – s’en vante est un scandale notamment auprès des enfants chez qui elle détruit leur modèle anthropologique ; elle constitue de ce point de vue un meurtre symbolique, un meurtre identitaire..

    – s’en fait le prosélyte un péché contre le Saint Esprit puisque son fondement n’est plus l’amour d’autrui mais l’amour de soi-même jusqu’à la haine d’autrui.

  • Francois Desvignes , 16 Juin 2013 à 4:51 @ 4 h 51 min

    C’est vrai.
    Pardon.
    Je reconnais
    C’est ma faute.
    J’recommencerai plus.

    Mais sur la forme seulement

    Car sur le fond…

    ….l’homophobie n’est pas un droit, encore moins un délit,

    C’est un Devoir impérieux !

    Les Saintes Ecritures ont encore raison ; c’est une “abomination”

    Et c’est abominable que la république abominable en interdise l’abomination ou alors il faut dire que la république en justifiant l’abomination et en nous en interdisant la condamnation nous avoue par là même sa haine de DIeu et de ses Fils.

  • Francois Desvignes , 16 Juin 2013 à 4:57 @ 4 h 57 min

    Question :

    Est-il dans l’intérêt des enfants orphelins de les faire élever et éduquer chez des couples majoritairement maniaco-dépressifs ?

    En plus d’être “inversés”

  • GV , 16 Juin 2013 à 7:43 @ 7 h 43 min

    Pourquoi diantre leur accorde t il une subvention ?
    Les soutiendrait il pour quelque obscure raison ?

  • Frédérique , 16 Juin 2013 à 8:01 @ 8 h 01 min

    ” La faute, expliquent les médias de gauche, au fait que la population LGBT est généralement plus jeune et donc affiche des revenus moins élevés”
    Je ne comprends pas l’explication des médias de gauche. Que veut dire “la population LGBT généralement plus jeune”, qu’il y a plus d’homosexuels aujourd’hui qu’hier? Pourtant d’après les LGBT, l’homosexualité est naturelle. Mais c’est aussi une pratique stérile, alors je ne vois pas la nature la favoriser car ce serait la fin de l’espèce humaine. C’est donc bien la dépravation des mœurs des sociétés “dites” civilisées qui est responsable de la propagation de cette pratique sexuelle.

  • Dōseikekkon , 16 Juin 2013 à 8:43 @ 8 h 43 min

    Entre
    • Éric Martin, qui écrit :
    « et si le mode de vie LGBT, et même le fait de
    pratiquer son homosexualité, étaient aussi en
    partie responsable de ce faible pourcentage ? »

    • et la première association psychiatrique mondiale qui écrit :
    “In the United States, with the exception of
    Massachusetts, same-sex couples are currently
    denied the important legal benefits, rights and
    responsibilities of civil marriage.
    Same-sex couples therefore experience several
    kinds of state-sanctioned discrimination that
    can adversely affect the stability of their
    relationships and their mental health.”

    ( http://www.psychiatry.org/File%20Library/Advocacy%20and%20Newsroom/Position%20Statements/ps2005_SameSexMarriage.pdf )
    Avouons que le choix est difficile, étant donné le calibre des deux autorités…

    Bon, il est vrai l’APA manque un peu d’originalité, tant il est vrai qu’ils sont nombreux, ces psys péremptoires à confirmer une thèse qui déplaît tant à l’Église & ses soutiens.
    Celle qui s’obstine à corréler la plus grande incidence des troubles mentaux dans la population LGBT à des facteurs de stress, de discrimination, etc.

    Tels par exemple ces cinq gugusses qui écrivent* :
    “Writers have proffered a conceptual framework
    for understanding this in terms of minority
    stress explaining that stigma, prejudice and
    discrimination create a hostile and stressful
    social environment that causes mental health
    problems.
    Their model describes stress processes,
    including the experience of prejudice events,
    expectations of rejection, hiding and
    concealing, internalised homophobia and
    ameliorative coping processes.”

    * “Mental health of the non-heterosexual population of England”
    (Chakraborty & al., 2011, The British Journal of Psychiatry).

Les commentaires sont fermés.