Ces Français qui travaillent moins pour payer moins d’impôts

La pression fiscale est si forte qu’un certain nombre de professions indépendantes vont moins travailler pour ne pas payer plus d’impôts, avertit Nicolas Doze vendredi sur BFM Business. En effet, trop d’impôt tue l’impôt et certains Français ne veulent pas engraisser davantage l’État obèse. Ainsi, rien que pour l’année 2014, l’oppression fiscale va entraîner un manque à gagner pour l’État de 11 milliards d’euros.

Articles liés

13Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Bernard , 15 novembre 2013 @ 15 h 27 min

    Mais savent ils ou peuvent ils comprendre ces évidences ?
    ** Ils s’en moquent, ils veulent la destruction de la France, l’ayant vendue à l’étranger !

  • V_Parlier , 15 novembre 2013 @ 16 h 39 min

    CQFD
    Comme quoi les confirmations viennent vite !

  • xrayzoulou , 15 novembre 2013 @ 22 h 31 min

    Je pense que nous sommes un peu Qataris. Non à l’impôt qui nous oppresse. Stop à l’impôt, faisons la grève de ces impôts. Ils leur servent à jouer les grands seigneurs auprès des pays qui nous doivent de l’argent, ils acceptent des immigrés en pagaille et ce sont eux les premiers servis et mieux servis que nous. Je comprends que certain lèvent le pied car tout part à l’état. Ce sont des budgétivores et ils ne font rien pour les gens qui les ont élus (ceux qui n’ont pas voté pour eux, comme moi, en souffre de la même manière). Nous avons un gouvernement qui n’est pas à la hauteur et qui fait la risée du monde entier. J’espère qu’on ne devra pas attendre jusqu’en 2017, sinon se sera la catastrophe.

  • baldag , 16 novembre 2013 @ 17 h 44 min

    Ce phénomène existe depuis plusieurs années. Ex-créateur de PME, j’avoue que j’en avais assez de me décarcasser au minimum 12 heures par jour et 72 heures par semaine, voire plus, pour constater le résultat de mes efforts et de ceux que je demandais à mes salariés partir dans les caisses obscures de l’Etat. Si encore on voyait que ce fric est utilisé pour financer des infrastructures réalistes permettant un réel développement du Pays, une éducation scolaire efficace permettant à tout jeune enfant de s’en sortir dans la vie selon ses aptitudes,permettant de financer équitablement et sans déficit la médecine et la recherche, cela irait. Mais point de clarté : une grosse partie est dilapidée sous forme d’aides très contestables baptisées X, Y ou Z, pour financer une fonction publique et territoriale si tentaculaire qu’elle en est inefficace (deux puits sans fond), une éducation nationale totalement aux mains de syndicats dont on a plus qu’assez des vues soixante-huitardes, que beaucoup d’enseignants ne suivent que par obligation ou presque (j’allais dire contrainte car je sais la pression qu’elles exercent).
    Alors, ne nous étonnons pas que certains lèvent le pied. Si des dispositions d’esprit moins dogmatiques se font jour, il accélérerons à nouveau… à condition qu’ils ne soient pas partis ailleurs!

  • YARTALAM , 17 novembre 2013 @ 1 h 21 min

    Abonnez-vous à l’Observatoire des Subventions et vous verrez où passent l’argent récolté par les racketeurs en place. Il y a quelques minutes, j’ai reçu un mail qui montrait un bon de la CAF du Vaucluse (en-tête et tampon) d’un montant de 442,83€ pour Mr Rachid Bouz… détenteur du R.S.A afin qu’il paye le garagiste qui venait de lui réparer sa voiture, ceci afin de lui permettre de pouvoir chercher du travail. A la charge du sieur Rachid Bouz… 87,17€.
    Je suis sidéré. D’après l’ami qui m’a fait parvenir ce mail il arrive souvent que les  » djeuns »
    se fassent payer les pneus de leurs voitures par des bons de la CAF. Etes-vous au courant
    de ces pratiques ?

  • YARTALAM , 17 novembre 2013 @ 1 h 23 min

    Rectif : vous verrez où passe l’argent..

Les commentaires sont clôturés.