Arrêtez moi là

Arrêtez moi là

Très bonne surprise que ce petit polar français d’excellente facture, signé Gilles Bannier, le réalisateur de la série Engrenages. Il est tiré d’un roman d’Iain Levison inspiré d’un fait réel américain et nous prend à la gorge dès les premières minutes. Une histoire simple, précise, tendue, haletante et qui ne dure pas deux heures cinquante-neuf (énorme défaut d’orgueil des cinéastes du moment : les films de moins de deux heures se font rarissimes).

Comment un chauffeur de taxi, une journée tout ce qu’il y a de plus ordinaire, le temps de charger une cliente à l’aéroport de Nice, devient le coupable idéal de l’enlèvement d’une petite fille. Face à un système judiciaire particulièrement inquiétant qui le broie inéluctablement et alors que tout l’accable, l’étonnant Reda Kateb est au centre de cette descente aux enfers. Tout tourne autour de lui et de chacun de ses gestes d’incompréhension, de révolte, d’impuissance, de détresse. Un personnage sans défense mais qui ne se révèle jamais faible.

Belle tension dramatique, excellents acteurs, le catastrophique avocat commis d’office (Gilles Cohen) apportant une touche d’humour fluide bienvenue, on ne lâche jamais le fil de ce suspense insoutenable.

Caroline Parmentier- Présent

Articles liés