Manif Pour Tous : l’UMP veut les Champs

Alors que Jean-François Copé vient de demander aux sympathisants UMP de “se rendre en masse” à la manifestation du 24 mars contre le “mariage” homosexuel, les élus UMP s’insurgent contre la volonté de la préfecture de police de ne pas autoriser le passage du cortège sur les Champs-Élysées.

Jeudi,  Hervé Mariton, député de la Drôme déclarait :” Il n’est pas normal qu’un lieu chargé d’histoire, symbole de grands rassemblements populaires qui marquent notre République, soit a priori interdit au peuple de France lorsqu’il souhaite manifester son opposition au Gouvernement.” Et d’ajouter que “le motif invoqué – proximité de lieux sensibles – est d’autant plus surprenant que les Champs-Élysées sont un lieu habituel de grands rassemblements populaires : victoires sportives, Saint-Sylvestre… Ces rassemblements n’ont jamais été empêchés alors même qu’ils ne bénéficient pas du même type d’encadrement et de service d’ordre que la manifestation qui s’organise pour le 24 mars”.

Vendredi, c’est Pierre Charon, sénateur UMP de Paris qui est monté au créneau jugeant “incompréhensibles” les arguments avancés par le préfet de police. Dans un communiqué il affirme avoir “découvert avec stupéfaction que le préfet de Police, Bernard Boucault, menaçait d’interdire la manifestation prévue sur les Champs-Élysées le 24 mars 2013 par les opposants au mariage entre personnes du même sexe” et considère que cela constituerait “un réel déni de démocratie, qui est en complet décalage avec la France réconciliée et apaisée promise par François Hollande durant sa campagne”. Le sénateur  de la capitale dénonce ainsi des “méthodes de musellement du peuple” qui “sont malheureusement d’un autre âge et d’une autre nature”.

Articles liés

55Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Tarantik , 16 mars 2013 @ 12 h 47 min

    “.. Le préfet de Police, Bernard Boucault, menaçait d’interdire la manifestation prévue sur les Champs-Élysées le 24 mars 2013 par les opposants au mariage entre personnes du même sexe » et considère que cela constituerait « un réel déni de démocratie, qui est en complet décalage avec la France réconciliée et apaisée promise par François Hollande durant sa campagne »

    La France apaisée de Hollande ? Mais il sort d’où ce préfet ? il était enfermé dans un cul de basse fosse depuis 10 mois ?
    La France n’a jamais été aussi écoeurée et en colère que depuis que son champion de la démocratie est au pouvoir… enfin champion çà reste encore à prouver !

  • Eric Jaufry , 16 mars 2013 @ 12 h 53 min

    Ce n’est pas grave. S ils ne veulent pas de nous sur les Champs, nous irons à La Bastille, ressortirons la guillotine, amènerons celui-ci qui nous sert de Président et lui ferons subir la justice du peuple.

  • Sylvie , 16 mars 2013 @ 14 h 13 min

    Eh bien, on va le voir à l’oeuvre ce minable préfet, si des millions de personnes affluent sur les Champs-Elysées. Que va-t-il faire ? Demander à la police d’intervenir et d’organiser des rafles dans le peuple et parmi les membres très nombreuses de la communauté juive ? Faire tirer sur la foule par les policiers et les gendarmes ?
    Il ne pourra pas faire ce qu’il veut car le peuple est capable de se défendre et s’il y a des morts ce jour-là, le gouvernement sera condamné à la démission.
    Alors qu’il laisse les deux à trois millions de personnes prévues venir défiler aux Champs-Elysées.
    S’il nous empêche ce minable préfet, ce sera la Révolution !
    Il y aura d’avantage de provinciaux qui arriveront la veille et l’avant-veille à Paris. Ils dormiront chez des amis, à l’hôtel, chez les religieux, dans les chambres d’hôtes, les auberges de jeunesse et partout.
    Les gens vont venir de partout et il sera difficile de la part du gouvernement d’interdire la manifestation. Les autocars vont arriver de la province, les trains aussi, les automobiles aussi et comme il y a beaucoup de voitures qui circulent autour et dans Paris, cela va être carrément difficile de savoir quels sont les manifestants qui vont venir dans la capitale ? Il y en a tellement et si on leur cherche des noises, ne pensez pas qu’ils vont être tous pacifiques ! ils vont s’emporter, s’énerver, exprimer leurs justes colères et lever la voix, injurier le préfet et ses séides…
    Devant une telle foule immense de très grande ampleur, ON NE PEUT RIEN. C’est LE PEUPLE.
    Il y aura beaucoup de covoiturages, de trains (10 à 12 rames), de cars (j’ignore le nombre : peut-être 2 000 voire plus), des rames de métros, des rames de trains de banlieues et tous les Parisiens qui vont affluer à pied, à vélo, à cheval, en rollers. Ca va être délicat pour la police d’interpeller tout le monde. Ils ne pourront pas. Ce serait provoquer la colère du peuple que les incidents pourraient s’avérer très graves et là, c’est la catastrophe pour Hollande. Imaginons des policiers gazer des femmes enceintes, des bébés, des enfants de 3-4 ans, des vieillards assis sur des chaises roulantes… Imaginez ce que cela ferait comme publicité à la France dans le monde entier. Un gouvernement en train de faire gazer et de massacrer son propre peuple en plein Paris. Les relations avec le reste de la planète deviendraient conflictuelles et beaucoup de pays organiseraient un boycott de la France.
    Non, le préfet à intérêt à laisser le peuple de France s’exprimer pacifiquement dans les rues de Paris. Sinon, ce sera l’escalade, la violence, avec peut-être des morts et des blessés parmi les manifestants. Hollande veut-il être accusé devant le monde entier d’être un tyran ?
    Assad va rire de nous et pointera la France donneuse de leçons comme n’étant pas le régime le plus démocratique au monde… On passera pour d’infâmes dictateurs et là, on verra ce qui se passera après. Les Français voyant le matraquage de la population aux Champs-Elysées se soulèveront en masse et dresseront des barricades partout. Que fera Hollande ? Ordonnera-t-il à l’armée de tirer sur le peuple partout ?
    Ca va être difficile et il sera fortement contesté ! Tous les gens qui ont voté pour lui ne lui redonneront plus confiance et il sera isolé. Et si l’insurrection gagne la province, il perdra en crédibilité et il ne pourra plus sortir de la capitale, car partout, la rébellion s’imposera. De plus, les maires qui lui ont donné les parrainages l’an dernier ne lui accorderont plus leur confiance.
    Sa situation sera tellement précaire qu’il ne lui restera plus qu’à démissionner…
    Alors, je demande au Préfet de Police de Paris de laisser les Champs-Elysées lieu chargé d’histoire à la foule immense qui va déferler le 24 mars. Nous n’irons pas à la Concorde mais on passera à l’opposé.
    Donnez les Champs-Elysées au peuple et il ne se passera rien.
    Nous ne sommes pas des casseurs !
    Par contre, interdisez les Champs-Elysées aux personnes alcollisées le 31 décembre, mais pas à nous ! Nous on a des bouteilles d’eau, des biscuits, des casse-crôutes et on ne fera pas d’histoires. On vient pour exprimer notre rejet de la loi Taubira mais pas pour autre chose. Nous on ne casse rien et cela est prouvé dans l’Histoire.
    Laissez-nous les Champs-Elysées !
    Le peuple français veut défiler sur cet endroit.
    Merci.

  • Marino , 16 mars 2013 @ 14 h 44 min

    * Manif pour tous : Valls cherche-t-il le conflit ?

    Ce jeudi 14 mars, La Manif Pour Tous apprend par voie de communiqué de presse que « la Préfecture de police tient à informer dès maintenant les éventuels participants à cette manifestation qu’ils ne pourront pas (…) emprunter un itinéraire passant par les Champs Elysées ».

    La Manif Pour Tous s’est rendue à quatre reprises à la Préfecture de police de Paris et s’est prêtée à de nombreux échanges téléphoniques avec ses représentants. Elle s’étonne de cette manière peu conforme aux usages républicains employée par la Préfecture de Police qui consiste à répondre par voie de communiqué au dernier courrier qu’elle a reçu de La Manif Pour Tous, lequel proposait un itinéraire alternatif non évoqué, d’ailleurs, dans ledit communiqué, et évitant toute approche des lieux de pouvoir,

    La Manif Pour Tous, depuis les premières manifestations qu’elle a organisées à Paris et en régions, a systématiquement fait preuve de son exigence absolue en terme d’organisation, d’ordre public et de sécurité. Pas un seul incident n’a eu lieu, y compris le 13 janvier dernier qui a vu affluer un million de personnes de toute la France.

    Alors pourquoi évoquer l’ordre public pour interdire l’accès aux Champs Elysées ? Veut-on empêcher la mise en place d’un dispositif qui permettra de compter simplement les manifestants ?

    De fait, depuis des mois, les autorités politiques refusent d’entendre les Français qui s’élèvent contre le projet de loi Taubira dit de « Mariage pour tous ». Les 17 novembre, 8 et 9 décembre 2012, comme le 13 janvier et 2 février 2013, le gouvernement n’a jamais pris acte de l’importance historique des manifestations. Le 12 février 2013, la Préfecture de Police de Paris a interdit le rassemblement prévu aux abords de l’Assemblée nationale. Enfin, les 700 000 pétitions déposées au CESE ont été déclarées irrecevables le 26 février dernier, heurtant ainsi des millions de Français.Face à ce déni de démocratie, La Manif Pour tous a considéré que seul un rassemblement sur les Champs Elysées serait en mesure d’exprimer ce mécontentement de la manière la plus solennelle, visible, démocratique et pacifique possible.

    Depuis 1881 et 1907, la liberté de réunion est en France une liberté fondamentale. Son champ territorial d’application est de portée générale, et la loi n’a jamais prévu de sanctuarisation de certaines zones, notamment de celle des Champs Elysées.

    Il s’agit manifestement, une nouvelle fois, de faire taire les opposants au projet de loi « mariage pour tous ».

    Néanmoins, il est très clair que La Manif Pour Tous, en aucun cas, n’appellera un public, qui s’annonce très nombreux, à manifester en-dehors d’un cadre légal.

    La Manif Pour Tous étudie avec ses avocats toutes les voies de recours possibles pour que cette demande populaire d’expression démocratique soit entendue et ce, en toute sérénité.

    Dans cette attente, La Manif Pour Tous appelle les Français à continuer à se mobiliser pour être des centaines de milliers à Paris le 24 mars prochain !

    On ne lâche rien !

    Le Communiqué de Presse en version PDF ici.

    http://lamanifpourtous.fr/la-manif-du-24-mars/espace-presse

  • patrhaut , 16 mars 2013 @ 15 h 39 min

    Les hommes libres ont donc le droit mais aussi le devoir de descendre dans la rue pour y exercer une liberté fondamentale.
    Frédéric Pichon (ndf.fr 16 mars 11:40)

  • Sylvie , 16 mars 2013 @ 15 h 44 min

    Très bien, c’est ce qu’il falliat dire. Le pouvoir a intérêt à laisser le peuple s’exprimer dans la rue, sinon il y aura des risques de durcissement et de pourrissement de la situation. Veut-il voir les Français dresser des barricades devant les mairies et après aux abords des églises afin d’empêcher des faux-mariages de paires ?
    Que le préfet nous laisse les Champs-Elysées ! Nous entendons en tant que peuple français nous exprimer d’une manière pacifique et non-violente.
    On veut les Champs, on les aura !
    Si on ne veut pas nous les donner, nous les prendrons par la force et avec tout le peuple qui nous suivra. C’est-à-dire les deux à trois millions de personnes.

  • Goupille , 16 mars 2013 @ 18 h 24 min

    L’UMP veut les Champs : do it.
    Après tout, cela peut se négocier rue Cadet.
    A charge de revanche.

    Vous rendrez service au Peuple : cela fait si longtemps que cela ne vous est pas arrivé…
    Mais si vous vous avisez de déclarer que vous êtes organisateurs, le Peuple vous taillera les oreilles en pointe.

    Quant à Pierre Charon, sénateur UMP de Paris, qu’il soit assuré de notre pleine vigilence lorsque cette loi inepte sera voté au Sénat.

Les commentaires sont clôturés.