Le CSA veut censurer Internet

BFM Business a mis la main sur le prochain rapport annuel du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), dans lequel l’autorité administrative confirme sa volonté de réguler le web sur le même mode que la télévision à l’ancienne.

Le CSA propose au Gouvernement, qui doit présenter dans les prochaines semaines le projet de loi Création préparé par Aurélie Filippetti, de lui confier la possibilité d’accorder un label “site de confiance” aux seuls sites internet qui signent une convention dans laquelle ils s’engagent à faire respecter des principes moraux, en particulier de protection de l’enfance mais aussi d’interdiction de quenelle, etc.

Le label ainsi accordé “devra être pris en compte” par les outils de contrôle parental, de façon négative. Tous les sites non labellisés seront bloqués, comme l’avait décrit l’ancien président du CSA Michel Boyon dès janvier 2011. Ceux qui auront reçu le label pourront être visités librement par les internautes, mais devront prendre garde à respecter scrupuleusement les règles du CSA. Lequel s’est par exemple illustré en s’attaquant au Marquis de Sade sur France Culture, aux “quenelles” à la télévision, ou encore récemment à un sketch qui dénonçait le regard occidental sur le génocide du Rwanda — une censure qui prend une “saveur” particulière au regard du débat sur le rôle de la France dans l’extermination des tutsis. Autant de contenus qui n’ont rien d’illégaux mais qui devraient disparaître sur les sites labellisés qui veulent garder leur label.

Certes, le CSA prend soin de préciser dans son rapport que ce filtrage par listes blanches de “sites de confiance” ne sera activé que “si les parents le souhaitent”, et qu’il n’impose donc rien. Mais c’est une vue de l’esprit.

Car c’est feindre d’oublier qu’avec l’absorption des compétences de l’Hadopi, le CSA va mettre la main sur la régulation des logiciels de contrôle parental. La loi lui donnera alors la possibilité d’établir une liste d’outils de filtrage conforme à ses instructions — ce que l’Hadopi avait refusé de faire, et les FAI auront l’obligation juridique de proposer au moins un de ces outils à leurs abonnés. Lesquels pourront être soupçonnés de négligence caractérisée et condamnés s’ils décident de ne pas activer le filtrage.

Source : Numerama

Autres articles

24 Commentaires

  • lucotin , 16 Avr 2014 à 22:06 @ 22 h 06 min

    hou la la, ça sent la censure à plein nez, et nos gouvernants qui font semblant de trainer des pieds alors qu’ils n’attendent que ça !

    alerte maximale !

  • Daniel , 16 Avr 2014 à 22:49 @ 22 h 49 min

    Super !

    Le CSA va effectuer une listes des sites internet qui sont censurés, et une liste des sites qui ne sont pas censurés.

    Comme cela l’internaute pourra savoir où il veut aller pour être librement informé

    Etre socialiste, c’est êtes un vrai blaireau ma parole !

  • Goupille , 16 Avr 2014 à 23:34 @ 23 h 34 min

    “Lequel s’est par exemple illustré en s’attaquant au Marquis de Sade sur France Culture,”

    Exemple limite… et information tronquée. Et floue.
    Si vous faites référence à la série d’émissions que le ténébreux Enthoven, Raphaël, avait commise en cinq matinées sur France Q, la sanction était parfaitement justifiée. Ce type provoque et se complaît à provoquer : il est tombé sur un os, et c’est très bien fait pour sa sale petite gueule d’égotiste pervers.

    En toutes choses, il y a l’art et la manière, l’allusion et la déglingue. Il n’est pas forcément agréable de faire sa vaisselle, à dix heures le matin, sur fond de bites, cons, vits, couilles, foutre et pratiques sadiques particulièrement dégougniouses.
    Il avait joué la déglingue. Il a perdu.

    Quant au reste, nous savons que nous vivons sous une dictature socialiste qui devient de plus en plus Boutefliquée. C’est consubstentiel au socialisme.
    De même que les moules qui s’accrochent au pouvoir, même avec 15% de popularité…

  • Miguel Quallari , 16 Avr 2014 à 23:40 @ 23 h 40 min

    Il faudrait quelques bonnes âmes compétentes pour créer un logiciel de contrôle parental qui ne filtrerait que les sites certifiés et permettrait d’accéder à tous ceux qui ne le sont pas.
    Je serai le premier client !

  • monhugo , 17 Avr 2014 à 2:12 @ 2 h 12 min

    “Le CSA propose au gouvernement, qui doit présenter dans les prochaines semaines le projet de loi Création préparé par Aurélie Filippetti, de lui confier la possibilité d’accorder un label « site de confiance » aux seuls sites internet qui signent une convention dans laquelle ils s’engagent à faire respecter des principes moraux, en particulier de protection de l’enfance”.
    Mais quid des “principes moraux”, spécialement ceux permettant la “protection de l’enfance” ?
    Que de sites officiels qui devraient être privés du précieux label !
    Un simple exemple : http://www.gouvernement.fr/tags/mariage-pour-tous
    La “morale” homosexualiste, c’est plutôt violent pour un jeune public.
    Il est vrai que l’école est priée de “sensibiliser”…

  • ranguin , 17 Avr 2014 à 7:06 @ 7 h 06 min

    Tout cela a un arrière goût d’Union Soviétique vous ne trouvez-pas ?

    La bête a encore des petits.

  • lhemeu , 17 Avr 2014 à 7:18 @ 7 h 18 min

    Quand je vous disais qu’on allait vers une polpotisation du régime ….

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen