Tennessee : un juge chrétien repabtise un enfant, incompréhension des associations familiales

Et la subsidiarité dans tout ça ? L’American Family Association a condamné la décision d’un juge du Tennessee, Lu Ann Ballew, de changer le nom d’un nouveau né de Messiah à Martin (photo ci-contre), expliquant que le pouvoir judiciaire n’a pas à dicter aux parents le nom qu’ils peuvent donner à leurs enfants, bien que l’organisation pro-famille partage le sentiment du magistrat, à savoir qu’il n’y a qu’un messie, Jésus-Christ. Citée par The Associated Press, Ann Ballew explique que “le mot Messie est un titre et (que) c’est un titre qui ne peut être attribué qu’à une personne. Cette personne, c’est Jésus-Christ”. Le directeur de l’analyse des enjeux de l’AFA, Bryan Fischer, a expliqué sur ABC News, que dans le passé, de nombreux parents ont prénommé un enfant “Jésus”, et encore aujourd’hui de nombreux Hispaniques. Il semblerait donc que la décision de la magistrate, également critiquée par l’American Civil Liberties Union, fasse l’unanimité contre elle. La maman du petit garçon a indiqué qu’elle réfléchissait à interjeter appel et qu’elle ne cesserait pas d’appeler son petit garçon Messiah.

Articles liés

17Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • MP , 17 août 2013 @ 12 h 55 min

    Il y a effectivement beaucoup de références (codées) à Lucifer autour de nous (désormais profanes).
    Malgré ce que n’en dit plus l’Eglise catholique concilaire, Satan est censé être une réalité au même titre que Dieu (dont il est le rival).

  • MP , 17 août 2013 @ 12 h 57 min

    Pardon, vous l’avez mieux dit : dont il est l’adversaire (vs rival).

  • xrayzoulou , 17 août 2013 @ 15 h 56 min

    Tout à fait d’accord !

  • pi31416 , 17 août 2013 @ 21 h 47 min

    “Jésus, transcription de Aïssa, Issa, Insa”

    Jésus n’est pas tiré de Aïssa, Issa, Insa ou autre. C’est ce que voudraient vous faire croire le culs-levés du vendredi.

    Jésus est la transcription de Iesous, forme grecque dérivée de YehoshuaH (H désignant le `ayin, une consonne pharyngale)

    En aucun cas YehoshuaH ne peut dériver de l’arabe “Issa” (properly Hîsâ).

    Cette histoire est une invention ridicule des SAVANTS de l’islam qui ne connaissent de la philologie que ce qui en est écrit dans le coran.

  • brennou , 17 août 2013 @ 21 h 52 min

    Bien vu et bien expliqué. Merci.

  • bernique , 17 août 2013 @ 21 h 53 min

    Il l’a dit avant moi !

    Merci quand même ! ! !

  • pi31416 , 17 août 2013 @ 22 h 09 min

    “Il ne faut pas être taré pour appeler son chat Lucifer ?”

    Moi j’ai appelé un des miens Belzébuth.

    En effet il était né tout noir avec seulement une petite tache blanche sur le poitrail. Et, tout petit, il jouait à attraper les mouches, qu’il mangeait.

    Le nom de Seigneur des Mouches (Baal-Zevuv -> Belzébuth) lui allait donc comme un gant.

    Quant à Lucifer, c’était un modèle d’allumette ancien dépourvu de soufre. (wikipedia)

    Vos savantes exégèses sur les noms de Jésus, Issa, Lucifer et autres me font doucement marrer: elles vous rabaissent au niveau de basse superstition des culs-levés du vendredi.

Les commentaires sont clôturés.