Le lobby antiraciste nous tutoie et nous invite à pousser notre cri contre le racisme

Le lobby antiraciste ne sait plus quoi faire pour justifier son existence, ses financements publics et pour conserver sa mainmise sur certains esprits faibles et/ou inquiétés par leur terrorisme intellectuel. Avec le soutien de Google, le MRAP, la LICRA, SOS Racisme, l’UEJF ont lancé cette campagne, comme d’habitude ridicule, inutile et vulgaire :

Autres articles

12 Commentaires

  • Alain , 16 Sep 2014 à 12:12 @ 12 h 12 min

    Bonjour.
    Soyez curieux, rendez-vous sur le site “poussetoncri.fr” et cliquez sur les mentions légales. Vous y découvrirez que ce site est hébergé par… Amazon EU SARL, sise au Luxembourg. La culture étant annexée par la gauche, la boucle est bouclée.

  • V_Parlier , 16 Sep 2014 à 14:26 @ 14 h 26 min

    Ca existe encore, ces trucs là?

  • Critique , 16 Sep 2014 à 15:03 @ 15 h 03 min

    Mais qu’est ce que c’est c.. et vulgaire! on nous tutoie, on met une bande-son sortie d’un film porno, et on veut nous indigner (comme dirait l’autre vieux débris) contre “le racisme”. C’est quoi le racisme? faut qu’on s’indigne contre tout? les Coréens et les Japonais ne peuvent pas se blairer, ça va me bouleverser? des ethnies africaines se haissent entre elles, faut que je descende dans la rue pousser mon cri? n’importe quoi.

  • francis , 16 Sep 2014 à 19:25 @ 19 h 25 min

    Critiquer est bien mais cet “appui” (léger pour l’instant, coup d’essai) de Google était annoncé ici dès 2011 http://bit.ly/1o0ITrI (lien fdesouche). C’est nous qui poussons des cris et eux qui poussent tranquillement leurs affaires.

  • Yves Tarantik , 16 Sep 2014 à 20:52 @ 20 h 52 min

    C’est le genre de propagande qui nous rend rait de plus en plus racistes tellement s sont
    Faux culs.

  • Psyché , 16 Sep 2014 à 21:11 @ 21 h 11 min

    Le lobby “anti-raciste” financé sur nos deniers n’est pas une loby anti-raciste, c’est un lobby “anti-blanc non-juif” .
    Contrôlé par des juifs, il protège tout le monde, sauf les goys blancs de souche.

  • Psyché , 16 Sep 2014 à 21:46 @ 21 h 46 min

    Pourquoi SOS Racisme est si prompt à dénoncer l’antisémitisme, et refuse de dénoncer l’islamophobie?…
    Dès sa création en 1984, SOS Racisme a été très lié à l’UEJF (l’Union des Etudiants Juifs de France, qui fait partie de l’Assemblée Générale du CRIF).
    Parmi les fondateurs de SOS Racisme, on trouve Eric Ghebali, premier secrétaire général de SOS Racisme, et alors président de l’UEJF.
    Julien Dray, premier vice-président de SOS Racisme, est le frère de Jean-Paul Dray, militant ultra-sioniste, ancien responsable du TAGAR, la branche étudiante du BETAR, proche du Likoud israélien.
    Un autre cofondateur de SOS Racisme est Daniel Saada, qui est aujourd’hui devenu diplomate au service… d’Israël !
    Les principales personnalités à avoir fait la promotion de SOS Racisme lors de sa création sont Marek Halter et Bernard-Henri Lévy (BHL se considère même cofondateur de SOS Racisme).
    Aujourd’hui encore, SOS Racisme continue de mener des actions main dans la main avec l’UEJF (mais bien sûr jamais avec les associations de lutte contre l’islamophobie comme le CCIF).
    La nouvelle présidente de SOS Racisme Cindy Léoni est d’origine Sénégalo-Israélienne, et milite vigoureusement pour les lois d’exclusion des femmes voilées.
    L’avocat de SOS Racisme est aujourd’hui Patrick Klugman, ancien président de l’UEJF, est membre du comité directeur du CRIF.
    En 1990, Serge Malik, ancien militant de SOS Racisme et lui-même juif, dénonce chez Ardisson comment l’UEJF a mis la main sur SOS Racisme au détriment des “beurs”

    (à partir de 6’18 sur cette vidéo):

    http://www.youtube.com/watch?v=VqbUvEDmdzU

    SOS-Racisme a été démarré par Julien Dray et Harlem Désir et surtout conçu et fabriqué au départ par une cellule de l’Elysée du temps de Mitterand, avec Attali, Jack Lang, le publicitaire Jacques Séguela ayant créé les slogans.
    Ces personnes ainsi que leurs sponsors contrôlent encore le lobby antiraciste en France.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen