Stéphane Durbec, candidat libéral-conservateur à l’élection présidentielle de 2017 ?

Dans un entretien accordé à notre confrère Enquête & Débat, l’activiste musulman Omar Djellil justifie sa démission de l’association Alliance République éthique (ARE) co-fondée avec Stéphane Durbec en ces termes : “mon départ de l’ARE a été motivé par le fait que je ne souhaitais pas que cette structure devienne, sur le long terme, un outil pour une ambition politique personnelle, la mienne ou celle de Stéphane. Stéphane aspire à se présenter à des échéances électorales dont celle de la présidence de la république en 2017, impliquant forcément de fait la participation de l’ARE à ce projet.”

Contacté par Nouvelles de France, Stéphane Durbec ne dément rien. Au contraire : “briguer le mandat de Président de la République demande une importante étape de réflexion afin de mesurer ses compétences et le temps dont on dispose”. Selon le conseiller régional FN de Provence-Alpes-Côte d’Azur, une telle ambition requiert d’“être en adéquation avec son temps et ses compatriotes”. Une démarche “pour la défense du bien commun et des valeurs de la France” que Stéphane Durbec oppose à “celle du candidat communautariste et racialiste Stéphane Lozes ». “Un Président de la République doit représenter le peuple dans son intégralité”. “La plus grande France” ? “Aujourd’hui, plus personne ne l’incarne” regrette Stéphane Durbec. “Pour cela, il faut un passé, un parcours, incarner le don de soi, la fidélité…” Pas une fois, l’oblat bénédictin à la vision “libérale et croyante” n’évoquera Marine Le Pen. Invoquant en vrac le Maréchal Lyautey, Gaston Monnerville et Herman Cain, celui que Jean-Marie Le Pen surnomme Barack Obama » juge “[pouvoir] représenter une offre sur le panel politique” qu’il reste néanmoins à “construire” : “le produit doit être inattaquable ou de bonne résistance”. Après “25 ans d’engagement politique”, une éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2017 se ferait-elle avec le Front national ? “Les semaines et les mois à venir le diront”, se contente de déclarer le conseiller régional qui revendique l’étique “libérale-conservatrice”.

Lire aussi :
> Stéphane Durbec admire Herman Cain
> Stéphane Durbec demande « la castration chimique » de DSK
> Stéphane Durbec : « être Français, ce n’est pas une couleur de peau mais une couleur de cœur »

Autres articles

4 Commentaires

  • Criticus , 16 Nov 2011 à 22:15 @ 22 h 15 min

    C’est quoi, les « valeurs de la France » ? Ce serait bien de tenir un discours réel, au lieu d’utiliser des expressions-valises…

  • Stephane DURBEC , 18 Nov 2011 à 10:31 @ 10 h 31 min

    Parler des valeurs de la France n’est en rien une expression- valise. Je défends les valeurs et les principes de la plus grande France pour tous les Français, sans rejet ni exclusive. Notre Communauté de destin exige de mettre fin avec une gestion à vue pour servir les valeurs communes à tous Français. Un devoir moral non négociable qui assure l’avenir de nos compatriotes dans leur métier, leur logement, leur sécurité et celle de notre Pays.

    Le Catholique, défend la vie et la jeunesse, solidement appuyé sur les fondements intangibles de la Foi Catholique, et sur les règles immuables du Décalogue que tous les humains retrouvent dans les principes de la morale naturelle, et qui restent la seule défense de la dignité de tous les êtres humains.

    En dépit de leurs convictions contradictoires les droites : l’une girondine et l’autre jacobine, l’une libérale et l’autre antilibérale, l’une démocrate et l’autre républicaine, pour faire simple, ont un fond commun profond, qu’elles n’expriment guère. Il s’agit d’un enracinement dans la condition humaine, d’un réalisme qui récuse les utopies, d’un attachement au temps (la tradition) et à l’espace (les groupes d’appartenance) au nom du bonheur humain.

    Avec un esprit de large ouverture l’élu de la République, de cette droite ni molle, ni évanescente, avec une opinion n’entends pas plaire à ses adversaires mais à ses électeurs, dit que les Valeurs de la France sont la défense de la famille creuset fondamental pour l’apprentissage de la vie en société, et j’y ajoute la référence à la devise de la République (liberté, égalité, fraternité).

    Le thème des «valeurs de la France» a une connotation patriotique, nationaliste, souverainiste et populaire. Cette notion est à mes yeux capitale puis qu’elle rassemble la communauté française dans une République souveraine, où est assurée la défense des libertés, de l’identité, du patrimoine matériel et culturel ainsi que la langue française. Partisan d’un républicanisme strict, ne faisant aucune distinction entre les citoyens, je défends cette vision de la France.

  • COLO , 15 Déc 2011 à 12:09 @ 12 h 09 min

    Voila bien longtemps, en 1997 à Marseille, je me suis entretenu à plusieurs reprises avec S. DURBEC. J’ai pu apprécier ses qualités humaines, son engagement, sa liberté de pensées. Le hasard lié à l’utilisation d’internet me remet au contact de cet homme dont la carrière me semble avoir brillamment évoluée. Bravo pour votre engagement vers le futur, même si la route sera très longue jusqu’à un destin présidentiel. Que la préservation de votre liberté de pensées, la mesure dans relations à entretenir et à développer avec les institutions et les êtres humains qui font notre Nation, vous accompagnent dans ce magnifique projet.
    Bon courage à vous.
    Amitiés coloniales.

Les commentaires sont fermés.