AGENDA | Comment redonner confiance à nos enfants ? Les jeunes Européens face à la société multiculturelle

Sur ce thème, lire aussi :
> Pourquoi les jeunes Européens sont souvent plus «fragiles» dans une société comme la nôtre et comment y remédier ?

Articles liés

13Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Bernard , 16 novembre 2013 @ 9 h 06 min

    L’ UMPS ne souhaite pas redonner confiance à la Jeunesse !
    L’UMPS désire la destruction totale de la France, dans ce multiculturalisme ….
    L’UMPS a déjà vendu la France et tente d’en tirer encore des profits au Quatar !

    L’UMPS ? Nous devons virer ce parti !!

  • Sacha , 16 novembre 2013 @ 11 h 02 min

    Les “virer”… Oui, mais comment ? Le vote “démocratique” n’offre que le choix entre étatistes, étatistes et étatistes. La peste, le choléra ou l’ébola. Il n’est donc pas surprenant que les plus conscients de leur impuissance constitutionnelle s’abstiennent de jouer aux votants, d’autant moins que les votes blancs ne sont pas pris en compte. Tout ce système pervers est organiquement constitué pour durer ad vitam aeternam pour peu qu’on le respecte.

    Seule l’insurrection populaire le pourrait. Cependant, faute de la claire perspective d’un nouveau contrat social restaurant l’autonomie des citoyens et instaurant des contre-pouvoirs, il est à craindre que le résultat serait au mieux un replâtrage du système.

    J’ai bien peur qu’Onfray n’ait vu juste : “nous sommes fichus”.

  • Charlotte Corday , 16 novembre 2013 @ 14 h 05 min

    Bravo à Laurent Ozon, ce forum s’inscrit dans la suite de son article sur la “fragilité” des jeunes européens.
    Thématique très pertinente et d’une actualité brûlante. Je ne pourrais pas me rendre à ce forum, j’espère que NDF pourra nous faire une compte-rendu.

    L’éducation de nos enfants sera la seule chance de salut de notre civilisation. C’est un enjeu vital, c’est pourquoi toutes les forces destructrices s’acharnent sur les enfants à travers l’EN.
    Nos enfants sont notre avenir, ils faut les “armer” physiquement, psychologiquement et spirituellement.

  • Charlotte Corday , 16 novembre 2013 @ 14 h 06 min

    OUPS!
    Lire: “je ne pourrai pas”.

  • Marie , 16 novembre 2013 @ 16 h 53 min

    S’il vous plaît, arrêtez, les Européens ne sont pas fragiles, si on comprends fragile ici comme fragile par rapport aux jeunes extra européens. Non! Ils sont tout simplement éduqués dans plus de respect et la culture a adouci nos moeurs par rapport à une brutalité réelle dans nos banlieues. Dirait-on que la victime est fragile? Non, c’est une erreur, c’est le retour de la loi du plus immoral. D’ailleurs les ‘forts’ ne chassent qu’en meute. Les ‘forts’ n’agressent que ceux qui leur semblent en mesure d’agresser.

  • Charlotte Corday , 16 novembre 2013 @ 18 h 36 min

    C’est tout à fait dans ce sens qu’il faut entendre “fragilité”. Je ne fais que reprendre entre guillemets le terme “fragilité” qui apparaît tel quel dans l’article de L. Ozon publié ici-même il y quelque semaines.

    En effet, il ne s’agit pas d’une “fragilité” innée aux Européens, mais bien le produit d’une éducation dévirilisée. Le jeune n’a aucune confiance en lui car il doit porter sur ses épaules la culpabilisation de sa culture. Le jeune européen se trouve isolé face à ceux qui “chassent en meute” à cause de l’individualisme.

    Loin de moi l’idée que les européens soient “inférieurs” par nature.
    Ils sont néanmoins victimes d’une éducation très conformiste et d’un environnement individualiste qui les isole et les rend vulnérables face à la meute de fauves.

  • Bernard , 16 novembre 2013 @ 19 h 01 min

Les commentaires sont clôturés.