À cause de son projet de dénaturation du mariage, l’exécutif perd des points au centre

Selon le baromètre YouGov réalisé par Le Huffington Post entre les 9 et 13 janvier, jour de la Manif pour Tous, François Hollande perd deux points de jugements favorables (25%) et gagne 5 points d’opinions défavorables (64%) par rapport à décembre.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, suit la même tendance avec 24% d’opinions positives (-1 point) et et 64% d’opinions négatives (+3 points).

Si l’exécutif gagne des points à l’extrême-gauche (+5 points), très (trop ?) représentée dans ce baromètre (134 personnes sur 1 006 s’y déclarent proches de LO, du NPA, du PCF et du PG, contre 86 pour le FN et 197 pour l’UMP), son recul est très net au centre.

“Les résistances françaises au projet de loi sur le mariage pour tous pèsent sur la popularité de l’exécutif dont la ligne politique peine à être décryptée par l’opinion”, commente Le Huffington Post.

Un signe encourageant pour les défenseurs du mariage et des droits de l’enfant !

Ne pas relâcher la pression :
> AGIR | Monsieur le Président, le mépris, ça suffit !
> Laissez-nous voter !

Autres articles

11 Commentaires

  • Pesneau , 18 janvier 2013 @ 11 h 12 min

    ILs s’en doutent mais pratiquent la politique de l autruche.

  • BACHAUD YVAN , 18 janvier 2013 @ 11 h 58 min

    Les opposants au ” mariage pour tous” on du prendre acte qu’il n’y aura pas de référendum sur la proposition N°31 sur le fondement de l’article 11 en effet F.Hollande et sa porte parole l’ ont dit et répété publiquement.

    La SEULE solution pour obtenir ce référendum est d’obtenir d’ABORD l’instauration dans l’article 3 de la Constitution du référendum d’initiative citoyenne en toutes matières.

    Pour cela il faut que l’ UMP dépose une proposition de loi constitutionnelle et la mette a l’ordre du jour à sa prochaine niche parlementaire.

    Mathématiquement AU DÉPART son adoption est possible: en effet Le front de gauche, EELV et le parti radical de gauche ont le RIC dans leur programme des législatives 2012.
    Le PS serait donc MINORITAIRE;
    Il ne sera pas facile de refuser une demande de 82 à 88% des Français à quelques mois des municipales et alors que Mitterrand a écrit pour la présidentielle de 1988:
    ” Le référendum d’initiative populaire est une aspiration profonde des Français (…) je vais saisir le légiste.” Il a malheureusement attendu 5 ANS!!! Le 10 mars 1993 pour faire adopter un projet de loi en faveur du RIC par le gouvernement BEREGOVOY MAIS à 4 jour de sa mise a la porte annoncée le dimanche suivant..!
    Il faudra justifier ce volte-face..

    Le collectif ” La manif pour tous” devrait rappeler aux députés UMP qui défilent avec eux :

    Qu’en 1993, M. Sarkozy, M. Fillon, M. Mariton, dont on parle beaucoup à ce sujet, et quelques centaines de députés RPR se sont fait ÉLIRE sur la base d’un programme où figure, en 4ème place sur 20 promesses :
    » Création d’un droit d’initiative populaire permettant à un groupe important de citoyens de provoquer l’organisation d’un référendum sur un sujet donné.
    Dès 1993 le gouvernement proposera un projet de révision constitutionnelle. »
    (Dans « la réforme maintenant ! » Fascicule électoral largement diffusé pour les législatives de 1993.)
    Ils n’ont pas tenu promesse.
    En 2002 Le référendum d’initiative populaire était encore expressément inscrit dans la profession de foi du second tour de J.Chirac. La promesse n’a toujours pas été tenue.
    En 2008, N. SARKOZY et son conseiller spécial M. Henri Guaino avait promis une « démocratie irréprochable » mais le référendum n’a toujours pas été instauré….

    ” La manif pour tous” – si elle veut vraiment un référendum sur la proposition N°31 doit donc demander à l’ UMP la mise à l’ordre du jour du RIC..

    Le Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne le lui a demandé, nous verrons la réponse..

    I

  • kaki , 18 janvier 2013 @ 21 h 35 min

    bizarre,les français se préoccupent plus des homosexsuels,que nos soldats.

  • Riax , 18 janvier 2013 @ 22 h 32 min

    La question n’a pas été abordée, lors du débat entre les deux tours. Pas plus que celle de l’euthanasie. Dans les deux cas, cela ne manque pas d’être très étrange. Par des formules chocs, à l’adresse notamment des analphabètes ou quasi-analphabètes qui n’allaient pas lire les professions de foi (dans la sienne, le président sortant rejettait ces deux propositions du candidat socialiste), Sarkozy pouvait facilement renverser la vapeur. Gagner les deux points qui allaient faire la différence.

Les commentaires sont fermés.