Farida Belghoul : “Ce sont les catholiques sur Internet qui m’ont informée du danger de l’idéologie du genre”

Ce 14 février, Farida Belghoul, à l’origine de la Journée de retrait de l’école (JRE), est interrogée par Martial Bild, le directeur de TV Libertés. Selon elle, “les enfants sont aujourd’hui en danger dans les écoles publiques”.

Articles liés

52Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • agnès , 17 février 2014 @ 14 h 28 min

    Les enfants sont aussi en danger dans les écoles privées sous contrat !!! Que tous les parents soient vigilants.

  • Gisèle , 17 février 2014 @ 16 h 03 min

    Un spectacle ** pour enfants ** dans toute la France !!
    ATTENTION !!!
    L’ ABECEDAIRE ;

  • Gisèle , 17 février 2014 @ 16 h 32 min

    Encore une foi madame Belghoul a parfaitement exprimé ce que nous ressentons .
    Je n’ai plus d’enfant scolarisé , mais j’ai des petits enfants .
    Pour l’un c’est trop tard mais pour ma petite fille , je suis prête à me lancer dans la bagarre avec ma fille .
    Avez vous entendu ce que Farida a dit au sujet de la politique de F. Mitterrand ?
    Le PS n’a pas changé de stratégie . Comme je l’ai toujours pensé et écrit , il détourne l’attention des Français en mettant un doigt accusateur et culpabilisateur sur un sujet du vivre ensemble .
    Ce qu’il faudrait c’est ne pas rentrer dans leur jeu . Ne pas répondre aux mots , aux accusations , aux insultes . Ne pas nous intéresser à leurs élucubrations en rabaissant le taux d’ audience de leurs mensonges télévisés . Fixer nos regard vers le futur et au dessus de la mêlée et travailler pour que ce futur soit porteur d’espérance et de positivité concrète .

  • Catoneo , 17 février 2014 @ 17 h 12 min

    Il ne faut pas jouer avec ces gens-là. Vous avez raison.
    On doit leur résister comme l’a imaginé Mme Belghoul, par le souverain mépris. Au lieu de se battre à coup de slogans avec un pouvoir délibérément autiste (3×1 million de manifestants – 700000 signatures CES – 0,5 millions de manifestants, etc… pour rien) il faut construire un avenir sans eux, sans leurs mots, leurs codes, leur pourriture, et le mouvement doit précipiter en un parti politique puissant.
    Sinon tout cela restera vain.
    Leur modèle se survit par ses propres vices dont le premier, la loi de représentation parlementaire créant de la majorité sur la première minorité est le plus inique. Dès lors ils s’autorisent tout. Leur président à 16% ne se croit-il pas encore légitime ?

  • ranguin , 17 février 2014 @ 18 h 18 min

    On m’avait dit que pour être socialos fallait pas avoir de morale.
    Aujourd’hui j’en suis convaincu.

  • monhugo , 17 février 2014 @ 18 h 41 min

    La morale, c’est pour les “réacs” moisis.
    Le “Progrès” n’a rien à voir avec la morale, car IL est le Bien incarné, laïc et républicain.

  • monhugo , 17 février 2014 @ 18 h 44 min

    Le Bien, ce n’est pas que les “Gender studies” en expérimentation dans les écoles françaises :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/pas-que-etudes-genre-ces-autres-ideologies-qui-invitent-ecolepierre-duriot-983796.html?page=0,1

Les commentaires sont clôturés.