Jean-Pierre Elkabbach très agacé par la conversion de Véronique Lévy au catholicisme au point de la comparer à la Shoah (et de la juger pire !)

Extrait de l’interview par Jean-Pierre Elkabbach de Véronique Lévy, sœur de Bernard-Henri Lévy récemment convertie au catholicisme, dans l’émission Bibliothèque Médicis diffusée le 10 avril 2015 sur la chaîne publique Public Sénat (invités précédents de l’émission : Serge et Beate Klarsfeld) :

La conversion de Véronique Lévy est perçue par Jean-Pierre Elkabbach comme une trahison envers la communauté (on le perçoit quand il lui demande si Dieu pourrait la faire “revenir vers nous”, oubliant qu’il travaille dans une télévision publique…). Au point que l’animateur compare la conversion au catholicisme à l’extermination nazie : “Il vaut mieux pour les juifs que leur destinée ne soit pas de se fondre dans des conversions qui les fassent disparaître, pire que d’autres ont essayé de le faire”, déclare-t-il. LCP a depuis retiré la vidéo de l’émission de son site.

(Via EetR)

Autres articles

87 Commentaires

  • greg , 17 Avr 2015 à 11:39 @ 11 h 39 min

    triste sir …

  • Catholique & Français , 17 Avr 2015 à 12:12 @ 12 h 12 min

    Devant l’oeil de la caméra, sur une chaîne publique : le Nouveau et l’ancien Testament, l’Eglise et la synagogue, Suzanne et le(s) vieillard(s), Marie-Madeleine et le… Deo Gratias ! Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent !

  • CHRISTIANNE AUPHILE , 17 Avr 2015 à 13:09 @ 13 h 09 min

    TAIZEZ VOUS …ELKABBACH ! ICI C’EST VOUS QUI FAITES DU PROSELYTISME ET SUR SUR UNE CHAINE PUBLIQUE EN PLUS!….qu’en pense le CSA,?

  • Trahi , 17 Avr 2015 à 13:21 @ 13 h 21 min

    Quand on obtient pas ce que l’on espérait de la vie et arrivé à un certain âge, l’homme (ou la femme) deviennent IGNOBLES et MECHANTS! Limités physiquement, ils se libèrent moralement par la HAINE et l’AGRESSIVITE….

  • V_Parlier , 17 Avr 2015 à 13:43 @ 13 h 43 min

    Ils sont complètement fous, ces prosélytes et/ou oligarques néo-judaïsants qui font tout pour faire un bon coup de pub à Soral… pour ensuite en faire porter la responsabilité au français moyen ! (Cf. les dernières trouvailles de Valls pour incarcérer les propos non corrects postés sur internet…).

  • Vautrin , 17 Avr 2015 à 14:18 @ 14 h 18 min

    Taisez-vous, Elkabbach ! Vous êtes un crétin !

  • Marino , 17 Avr 2015 à 14:44 @ 14 h 44 min

    Du judaïsme au catholicisme
    Véronique Lévy est tombée amoureuse du Christ

    Après une jeunesse mouvementée, la sœur de BHL, issue d’une famille juive non pratiquante, a trouvé sa voie dans la religion catholique.

    – Paris Match. Votre nom rappelle que, selon la tradition, vous descendez d’une des douze tribus d’Israël. Pourtant, vous avez décidé de vous convertir au catholicisme.
    Véronique Lévy. Mon arrière-grand-père était rabbin, mais mon père était très laïque. Je n’ai donc pas reçu d’éducation religieuse. C’est sur une page blanche de toute religiosité qu’est née ma foi. Le Christ est venu me chercher lorsque j’avais 3 ans, sur une plage du sud de la France, par l’intermédiaire d’une petite fille, Coralie, qui m’a dit : “Si tu ne crois pas en Jésus, tu seras emportée par les robots.” Elle m’a appris le “Notre Père” et le “Je vous salue Marie”, que je me suis mise à réciter en cachette de mes parents.

    – Quels étaient vos rapports avec vos deux frères aînés, Bernard-Henri et Philippe ?
    Ils avaient vingt ans de plus que moi. Philippe ayant eu un grave accident, ma mère lui consacrait beaucoup de temps. C’était une femme peu tactile ; et moi, j’étais en manque d’affection. Mon père, auquel j’étais très attachée, me ­prenait sur ses genoux : “N’oublie pas que tu es une princesse. Tu fais partie d’une des familles juives les plus anciennes.” Moi, cela ne me disait rien. A l’école, on m’avait surnommée “Pont-Levis”.

    -Chez vous, nul n’évoquait jamais la guerre et les persécutions contre les Juifs ?
    Mes frères parlaient très souvent de la Shoah et cela m’agaçait. J’avais envie d’aller vers la lumière, vers la vie.

    […]

    Jusqu’au jour où vous faites un songe incroyable…
    Je suis recouverte d’un voile noir, encerclée par des hommes qui me lancent de l’un à l’autre. Je m’arrache à ce cercle, je cours, jusqu’à ce que j’arrive devant une cathédrale. Les portes s’ouvrent. J’entends les battements d’un cœur qui secouent toute la cathédrale. Et je vois le Christ en croix, immense. Les battements s’intensifient et j’entends : “Que ton cœur de pierre devienne un cœur de chair.” Les bras du Christ s’élancent vers moi et de ses mains transpercées sortent deux épées qui me rentrent dans le cœur. C’était la première fois que le Christ s’adressait à moi. J’étais à la fois terrorisée et envahie d’amour. Je n’ai jamais oublié ce rêve, dont, évidemment, je n’ai parlé à personne.

    Un autre phénomène du même type se produit lors des obsèques de votre père.
    Nous étions au funérarium, par un petit matin livide, lorsque le rabbin a récité le psaume 139 de l’Ancien Testatment : “Seigneur […] Mon âme, tu la connaissais bien. Mes os n’étaient point cachés de toi […]. Mon embryon, tes yeux le voyaient.” Ces paroles ont déchiré tous les brouillards et, tout à coup, une joie inattendue et scandaleuse m’a envahie dans ce funérarium.

    – A quel moment avez-vous vraiment envisagé votre conversion ?
    Alors que ma mère se mourait d’un cancer à l’hôpital, je me suis dit qu’il fallait que je me fasse baptiser pour avoir, au jour de ma mort, le visage d’un prêtre qui se penche sur moi. Mais je dois réellement ma conversion à mon dernier amoureux, Indar. Je l’avais croisé dans un bar de nuit. C’était un homme magnifique, au visage d’icône. Pour la première fois, j’aimais un homme d’une manière folle et absolue. Comme moi, il était en quête spirituelle et avait soif d’absolu. Comme moi, il avait beaucoup voyagé. A travers lui, c’est le Christ qui m’appelait pour ouvrir mon cœur.

    – Aviez-vous parlé de votre projet à votre famille ?
    Quand j’ai annoncé à Bernard-Henri que j’allais devenir catholique, il a cru que j’étais folle. Il m’a dit : “C’est une toquade. Je suis certain qu’elle te passera et que tu reviendras au judaïsme.” Je lui ai répondu : “Je suis revenue au judaïsme puisque je suis catholique.” Le chrétien est un juif accompli et fidèle. Mon frère est tout de même venu à mon baptême et à la veillée pascale.

    […]

    – Quand a eu lieu votre conversion ?
    J’ai été baptisée le 7 avril 2012, et c’est le plus beau jour de ma vie. Je l’ai vécu à la fois comme un mariage et une renaissance car, ce jour-là, je suis entrée dans la famille de Dieu. J’ai trouvé une vraie famille dans l’Eglise. Je ne m’inquiète plus de rien. Moi qui, normalement, ai une peur bleue de l’avion, je me suis même offert un voyage en Terre sainte, que j’ai vécu comme un voyage de noces.

    […]

    http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Veronique-Levy-est-tombee-amoureuse-du-Christ-734956

Les commentaires sont fermés.