Sur l’islam et la laïcité, l’indigence d’Emmanuel Macron !

Sur l’islam et la laïcité, l’indigence d’Emmanuel Macron !

Le Centre Henri et André Charlier communique :

“Croyant peut-être placer une pensée originale dans les débats indigents sur le voile islamique, Emmanuel Macron a lancé la formule lapidaire « La laïcité c’est la liberté de croire ou de ne pas croire ».

Formule hélas indigente ! Car la croyance islamique ce n’est pas seulement la foi en Dieu ; c’est la soumission à l’injonction cent fois répétée dans le Coran ; « Obéissez à Dieu, obéissez à son prophète » !

C’est obéir à la « Shahada » lancée indéfiniment comme un cri de guerre : « Il n’y a d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète ».
Appel condamnant, comme cela est sans cesse répété encore dans le Coran, « Ceux qui associent d’autres Dieux à Dieu » et qui commettent ainsi « le seul crime impardonnable par Allah ».

Et obéir au prophète, c’est obéir à la loi qu’il a établie pour les hommes, voulue par Allah ; la charia.

Alors, liberté de croire ? Certes ! Mais il faut savoir que la croyance islamique c’est la croyance au commandement d’établir partout l’obéissance à la charia, quintessence du totalitarisme.

Cela, c’est bien différent de la phrase fondatrice de l’authentique laïcité : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».
Mais cela, ce n’est pas la doctrine de Macron !”

Bernard Antony

Autres articles

1 Commentaire

  • Droal , 24 Oct 2019 à 20:35 @ 20 h 35 min

    Luc 20 : « Montrez-moi un denier. De qui porte-t-il l’effigie et l’inscription? De César, répondirent-ils.
    Alors il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.
    Ils ne purent rien reprendre dans ses paroles devant le peuple; mais, étonnés de sa réponse, ils gardèrent le silence. »

    Cela signifie qu’il faut rendre à l’un, l’argent, et à l’Autre tout le reste, sauf l’argent.

    Tout pouvoir vient de Dieu et y retourne.

    Jean 19 : Pilate lui dit: « Est-ce à moi que tu ne parles pas? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te crucifier, et que j’ai le pouvoir de te relâcher?
    Jésus répondit: Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. »

    La République, le peuple ou l’Islam, ne sont pas la SOURCE du pouvoir.

    Le Dimanche 1er juin 1980, Jean-Paul II – dont c’était la fête le 22 octobre – posa deux questions à la France :

    « Alors permettez-moi, pour conclure, de vous interroger: France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême?

    Permettez-moi de vous demander: France, Fille de l’Eglise et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l’homme, à l’alliance avec la Sagesse éternelle ? »

    La réponse fut franche : « Rien à foutre, mon bon monsieur ».

    Pour l’instant les cloches ont cessé de sonner.
    A quand l’appel à la prière 5 fois par jour ?
    Nul ne le sait.

    Tout pouvoir vient de Dieu et IL le donne à qui IL veut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *