Les Femens mouchées par le père et la sœur de Matteo Renzi

Après que trois Femen se sont faites prendre en photo place Saint-Pierre en pointant chacune un crucifix vers leur fesse (elles avaient peint le message “keep it inside” sur le dos) pour protester contre la visite du Pape François au Parlement européen le 25 novembre prochain, le père et la sœur de Matteo Renzi, le président du Conseil des ministres (Parti démocrate, gauche), ont démandé aux Femen de faire preuve de courage et d’aller manifester en terre d’islam “où les chrétiens sont crucifiés et brûlés vifs”.

Autres articles

23 Commentaires

  • Trahi , 17 Nov 2014 à 13:14 @ 13 h 14 min

    Qui serait plus courageux qu’elles, chez les dirigents de nos soi disantes démocraties? Beaucoup demande à ces femmes d’aller en terre d’Islam, mais personne n’est capable de les envoyer de force!!!Elle ne sont pas très courageuses c’est certain, mais nous non plus, parce que personne ne les empêche de faire leurs ignoménies…Même pas la police et encore moins la justice!!!! ELLES SONT SOUTENUES!!!!!

  • Pascal , 17 Nov 2014 à 13:46 @ 13 h 46 min

    Toujours en anglais dans la langue des maîtres !
    Il y aurait eu des actions des femens envisagées dans plusieurs mosquées en Europe et que Caroline Fourest aurait empêchées.

  • Bernard DUJARDIN , 17 Nov 2014 à 14:17 @ 14 h 17 min

    Ça aussi c’est une réalité !

  • patrick Canonges , 17 Nov 2014 à 16:30 @ 16 h 30 min

    Ne jamais oublier que les Femen, au-delà de leurs errances idéologiques diverses et variées viennent de la mouvance national-bolchévique pro-russe (dont leur mentor Viktor Sviatski aujourd’hui répudié), de religion néo-païenne et animée d’une haine anti-chrétienne rabbique.

  • Clovis , 18 Nov 2014 à 9:43 @ 9 h 43 min

    Explicitez svp, Canonges.

  • patrick Canonges , 18 Nov 2014 à 10:50 @ 10 h 50 min

    La figure FEMEN la plus connue du public français est Inna Shevchenko. Mais la véritable chef des FEMEN est Anna Hutsol, en duo avec son vieux camarade Viktor Sviatski. Présenté comme un “publicitaire”, ce dernier est surtout un professionnel de la politique.Originaires de la ville de Khmelnytsky (300 000 habitants), le livre autobiographique « Femen », rapporte la rencontre d’Hutsol avec Sviatski au début des années 2000, au sein d’un “cercle de rue marxiste” dont il est le “mentor”. Romantique. L’ouvrage passe sous silence leur engagement commun au sein du “komsomol”, le mouvement de jeunesse du Parti Communiste. Partis du Komsomol, Hutsol et Sviatski partent fonder de leur côté deux mouvements étudiants, fin 2005 : le Centre de perspectives de la jeunesse (un syndicat) et Nouvelle Ethique (organisme de femmes préfigurant les Femen). Ils sont lancés de façon opportune sous les auspices d’Olga Ivanovna Ugrak, qui est alors la candidate du Parti communiste aux élections municipales. C’est elle qui héberge le Centre de perspectives. Quant à Nouvelle éthique, c’est chez Sviatski qu’elle trouve refuge. La création de ces organismes permettent vraisemblablement à la communiste de rajeunir l’image du Parti et d’élargir le soutien groupusculaire qu’aurait constitué les jeunesses communistes. Anna Hutsol sera directement partie prenante de la campagne communiste. Cette campagne municipale marque un tournant : Sviatski et Hutsol arrêtent la politique “sérieuse”, illustrée par leur passage au sein des jeunesses communistes, pour faire de la politique un commerce (médiatique).Après l’issue désastreuse de la campagne du Parti communiste (3% des voix), il faut trouver un nouvel allié pour Hutsol et ses amis. Ce sera le tout nouveau mais bien pourvu “Grande Ukraine”. Les dirigeants du Centre de perspectives deviennent des cadres du parti et Nouvelle éthique un satellite. Grande Ukraine est dirigé par l’énigmatique Igor Berkut. Ex-espion autoproclamé, ce millionnaire est un ancien propriétaire de banques au Kazakhstan et en Russie. Il passe lui aussi pour un “mercenaire” de la politique et son parti se voit accuser de relever de la “political technology”. Il a signé un livre relayant les thèses de son “frère” Poutine. Grande Ukraine, parti “social-patriotique” vaguement de gauche appartient donc à l’instar du Parti communiste au camp pro-russe. Son soutien extensif à la peine de mort lui vaut d’être médiatisé et ses préconisations anti-immigrés (qui comprend le positionnement à la frontière de “clubs militaro-patriotiques”) un certain intérêt sur les forums d’extrême-droite. En 2010, il se déclarera (très sérieusement) en faveur d’une “bonne dictature démocratique”…
    A consulter, en langue française:
    http://olivierpechter.wordpress.com/2014/01/17/du-communisme-aux-reseaux-neo-fascistes-lhistoire-cachee-des-femen-12/

  • pas dupe , 18 Nov 2014 à 10:59 @ 10 h 59 min

    Vous avez du lire quelque part que le Pape a autorisé la location de la chapelle Sixtine !!

    http://reinformation.tv/porsche-chapelle-sixtine/

Les commentaires sont fermés.