La crème des victimes de l’EdNat rend hommage à Victor Hugo après le bac de français…

Source.

Autres articles

22 Commentaires

  • Raymonde de Tiron , 19 Juin 2014 à 10:33 @ 10 h 33 min

    La multiculturalicité est une chance pour la France. Ke selui ki M contredi ce tez.

  • champar , 19 Juin 2014 à 11:29 @ 11 h 29 min

    Heureusement toute la jeunesse n’est pas comme cela.

    Pour le recrutement il faudra non seulement rendre le CV anonyme mais aussi que les candidats aux emplois remettent copie blanche, leur style pourrait les trahir … Au moins dans les entreprises car il est possible que le public se délecte de ce que le privé n’aura pas voulu : L’administration vit de la taxe que le travail soit bon ou mauvais. Pour beaucoup de fonctionnaires il y a encore le sens du service public mais avec des tels zouaves, vous reconnaitrez immédiatement celui qui a réussi le concours et l’embauché par “discrimination positive”.
    Dans une entreprise c’est différent car si elle recrute n’importe comment cela finit pas pénaliser très sérieusement son fonctionnement jusqu’au dépôt son bilan.

  • polémarque , 19 Juin 2014 à 11:29 @ 11 h 29 min

    Le nain névropathe (le petit Nicolas de Neuilly) n’avait pas fait mieux avec Mme de La Fayette et “la princesse de Clèves”. Il y a autant de vulgarité (moins métaphorique, il est vrai) chez ces fin de race de la “France d’en haut” que chez ces dégénérés.

  • Pesneau , 19 Juin 2014 à 12:10 @ 12 h 10 min

    Je sais qu’il ne faut pas généraliser, mais cela révèle la décrépitude de nos élites qui nous gouvernent. La France n’est plus une nation, c’est un ramassis de n’importe quoi.

  • croquignol , 19 Juin 2014 à 14:24 @ 14 h 24 min

    Tout a commencé avec la réforme Haby (1965) qui instituait le collège unique pour tous. Rappelez-vous comment c’était avant ! On a confondu “chances égales pour tous” avec “égalitarisme” en nivelant par la bas, bien sûr, selon la tradition la plus française.
    On a obtenu l’effet contraire : seuls les jeunes sortant d’un “bon milieu ” intellectuel et social ont une chance de s’en sortir ; pour les autres, hors exception, c’est “brevet des collèges” voire bac donné à tous sans examen réel, avec pour conséquence l’échec en supérieur et pôle emploi à vie ! on ferait mieux de former de vrais professionnels : on n’en trouve plus, dans aucun domaine ! on voit arriver dans les pôles emploi des gens ayant traîné 2-3 ans dans les facs, avec plus ou moins un Deug, incapables de bâtir une phrase simple, et une compréhension écrite très limitée, et on doit leur proposer une formation de 3 semaines pour qu’ils puissent espérer obtenir un petit emploi ( genre cariste ou agent de sécurité ).

  • jean59 , 19 Juin 2014 à 16:21 @ 16 h 21 min

    Moi qui me croyais ridicule avec mon BEPC de 1967.!

  • Melisenda , 19 Juin 2014 à 18:00 @ 18 h 00 min

    @Charles
    Je ne vois pas le rapport avec l’article ci-dessus ? Ceci étant, je ne crois pas qu’une nouvelle concubine à l’Élysée soit au goût des contribuables français qui doivent encore mettre la main au portefeuille pour distraire le roi. En ce qui me concerne, j’en ai plus qu’assez de me faire vampiriser avec mes 985 € par mois, même si avec ça je ne paie pas d’impôt direct.

    @polémarque
    Comme vous le savez sans doute, NS, si je ne m’abuse, était marié puis avait divorcé d’avec Cecilia très rapidement après son investiture (ou avant ?) ; donc il n’a pas pu lui faire profiter des Français contribuables. Il s’est ensuite marié avec Carla qui, dans la plus pure représentation traditionnelle de la France, était, elle, une véritable Première Dame de France, que cela vous plaise ou non. Que l’on l’aime ou que l’on ne l’aime pas, NS n’avait pas imposé une maîtresse à la France pour échapper à l’ISF et obliger les Français, malgré eux, à subvenir aux besoins d’une personne riche et occupant une place illégitime.

Les commentaires sont fermés.