On divorce plus en France qu’aux Etats-Unis, en Angleterre ou en Italie

Lu sur le site du Figaro Madame :

le pays ayant le taux de divorce le plus élevé est la France, où il était supérieur à 52 % en 2013, selon l’Insee. Ce taux est de 41 % aux États-Unis – loin du mythe des 50 % -, de 42 % en Angleterre, de 38 % au Qatar, de 30 % en Italie et… de 15 % au Mexique.

Autres articles

8 Commentaires

  • Charles , 18 juin 2015 @ 11 h 43 min

    Ces taux de l’INSEE sont tronqués.

    Il suffit d’avoir vécu aux EUA pour s’en rendre compte.
    Elle y est bien pire que en Europe.

    Certes, la situation n’est pas glorieuse en France surtout pour les nouvelles générations
    qui n’ont pas encore d’enfants (les moins de 30 ans).

    Cependant, on y constate un retour vers des valeurs durables qui s’exprime de différentes manières, telles que la sensibilité aux produits bios, à la qualité culinaire,
    à la cuisine faite chez soi, à l’intérêt pour le durable, à la nostalgie des années 50 /60,
    donc avant l’obligation sociétale pour les femmes de se stériliser dès 15 ans.(bientôt 12)
    ce qui a pour conséquence de déresponsabiliser les garçons et les hommes en général…

    Je croise régulièrement des femmes de plus de 40 ans qui considèrent
    que le féminisme a été une gigantesque manipulation des femmes,
    dont la situation sociétale a justement empirée depuis les années 70.
    Ceci est d’ailleurs très bien expliqué par Eric Zemmour.
    .
    Comparer l’état moral de différents pays est une exercice complexe.

  • le réel , 18 juin 2015 @ 12 h 56 min

    cela ne veut plus rien dire, il y a de moins en moins de mariage!

  • eric-p , 18 juin 2015 @ 13 h 23 min

    Le “féminisme” n’est effectivement qu’une gigantesque opération de manipulation
    des femmes (voire des hommes !). Assez d’accord avec ça…

  • eric-p , 18 juin 2015 @ 13 h 29 min

    Normalement, si toutes les personnes se mariaient, il y aurait 400.000 mariages par an en France; on en compte en réalité un peu plus de 200.000, dont une partie sont en réalité …des remariages.

    À la louche, 50% des français ne se marient jamais, donc pas de stabilité dans leur foyer (et bonjour l’¡ambiance familiale !),
    25% divorcent et se remarient éventuellement,

    ….seuls 1/4 des français formeraient des couples “stables”.

    Dans le gouvernement, quel est le pourcentage de couples stables parmi nos
    ministres ? 10 % ???

  • François , 19 juin 2015 @ 8 h 10 min

    Le divorce détruit l’unité familiale. L’unité familiale est le fondement d’une nation… quel est l’avenir de la France avec le divorce, l’avortement et l’euthanasie?

  • Cap2006 , 19 juin 2015 @ 11 h 44 min

    Les commentaires semblent converger vers un regret exprimé de la liberté nouvelle accordée aux femmes :
    – de disposer de son corps,
    – du moment où elles choisissent d’être mère,
    – de refuser de vivre avec un type qui les battent, qui les trompent, qui vieillissent mal…

    Et c’est bien connu, les enfants vivent heureux avec un papa et une maman dans ces conditions !!!

  • Cap2006 , 19 juin 2015 @ 11 h 47 min

    L’alternative au mariage obligatoire et définitif, c’est la liberté de vivre la vie que l’on souhaite vivre, avec qui on veut, d’accueillir des enfants quand on est prêts, et de choisir de mourir dans la dignité après une vie bien rempli et digne.

Les commentaires sont fermés.