L’Etat islamique: “c’est vraiment l’oeuvre du diable” (cardinal Filoni)!

L’Etat islamique: “c’est vraiment l’oeuvre du diable” (cardinal Filoni)!

Le cardinal Filoni a témoigné sur l’antenne de la chaîne américaine CNN du péril que représente l’organisation islamique.

Une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis est en train de s’organiser pour aider le gouvernement irakien à lutter contre les djihadistes de l’Etat islamique. Le Pape François avait appelé à agir pour protéger les populations civiles menacées par l’avancée de ces islamistes ces dernières semaines. Pour témoigner de sa solidarité, il a envoyé le cardinal Filoni, ancien nonce apostolique à Bagdad et actuel préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuple, en visite en Irak. Le cardinal Filoni a pu ainsi voir en août dernier, les ravages que causait l’EI, notamment au Kurdistan où il s’est rendu. Depuis, il témoigne du péril que représente l’organisation islamique.

topicInterview sur CNN
Alors que les bombardements américains sur les positions de l’Etat islamique se multiplient sur le territoire irakien, l’appel à la défense des civils devient de plus en plus pertinent. Le cardinal Filoni, qui a pu se rendre compte par lui-même des besoins des populations irakiennes, notamment dans le Nord, ne cesse depuis son retour d’alerter les autorités internationales sur ce qui se passe en Irak, n’ayant pas de mots assez durs pour décrire ce que représente l’Etat islamique comme il l’a déclaré dans une interview télévisée à la chaîne américaine CNN : “Personne ne peut utiliser le nom, ou agir au nom de Dieu pour faire quelque chose comme cela. C’est vraiment l’œuvre du Diable.”

Le salut de l’humanité
C’est pourquoi le cardinal Filoni rappelle qu’il est urgent d’agir, non pas en faisant la guerre, mais en défendant les plus faibles : “C’est notre premier devoir, au nom des droits de l’Homme, pour le salut de l’humanité, que ces gens soient défendus et aidés. Nous faisons partie de ces gens, ils sont une partie de notre humanité, ils sont chrétiens, yazidis, ils sont des minorités, peu importe, ils ont tous besoin de notre aide.” Or, si la communauté internationale se mobilise, c’est d’abord et avant tout pour mettre sur pied une coalition militaire. Et amplifier les bombardements aériens déjà en cours.

Lu sur Radio Vatican

Articles liés