Colloque : Face à l’effondrement qui vient : “ubériser” la politique !

2e Colloque du cercle Vauban

Face à l’effondrement qui vient :
“ ubériser ” la politique !

Colloque animé par Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine
et Claude Wallaert, président du cercle Vauban

1ère partie

Trois dialogues de réflexion
avec Henri Hude,
philosophe et politologue,
Jacques Trémolet de Villers
et Hilaire de Crémiers


2ème partie

Trois dialogues sur l’action
avec Xavier Lemoine,
maire de Montfermeil,
Alexandre Pesey
et un chef d’entreprise

Samedi 3 octobre 2014

de 14 heures à 20 heures
Ouverture des portes à 13 h – Buffet à 18h30

Salle Rossini
10 rue de l’Annonciation 75016 Paris

Métro : Passy – RER C : Boulainvilliers – Bus 22, 32, 52
Entrée libre
Libre participation aux fraisCercle Vauban – 1 rue de Courcelles 75018 Paris
[email protected]

Articles liés

3Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Francois Desvignes , 19 septembre 2015 @ 14 h 31 min

    Trop tard :

    Le processus insurrectionnel est lancé.

    Une guerre civile à trois : pays legal , pays reel, pays allogène,

    Chaque camp n’a aucun ami et deux ennemis: un devant, un derrière.

    Dans ces conditions un immigré = 2 morts

    L’immigré lui-même à qui on va faire vivre une guerre d’Algérie à l’envers et aux collabos ce que les harkis ont connu en Algérie

    Et le desouche que l’immigré ou le harki à l’envers aura tué pour retarder sa propre mort

    Changez le thème du colloque en : comment mener la guerre de libération nationale ?

    Ou plus crument combien de morts pour la Libération ?

    Apparatchiks, on va vous dire ce que vous savez mais ne voulez pas regarder en face : entre 15 et 20 000 000 de morts seront nécessaires à la libération de la France..

    Si. Bien sûr :

    La population française est stable à 50 000 000.
    Les 15 000 000 au dessus de ce chiffre sont des allogènes de 1er 2 3 génération (des colored)

    Ils n’ont rien à faire en France.

    Le pays reel n’en veut plus comme les Algériens ne voulaient plus des Français en 1958

    Quoi que fasse le pays légal, leur rapatriement sera la condition de la paix.retrouvée.

    Donc, la guerre est inévitable :
    1 immigré = 2 morts = 20/30 000 000 de morts.

    Ce n’est pas en ubérisant la politique (?) que vous éviterez le massacre

    C’est en tenant ce genre de colloque que vous l’aggravez et le précipitez.

    Immigrés, fuyez !

    1 immigré expulsé = 2 vies sauvées.

  • Francois Desvignes , 19 septembre 2015 @ 16 h 23 min

    Ecoutez-le, et croyez-le : il vaut tous les discours, à lui tout seul un colloque

    http://ripostelaique.com/un-gaulois-exprime-son-ras-le-bol-aux-politiciens-aux-musulmans-et-aux-bobos-video.html

  • Marino , 20 septembre 2015 @ 13 h 00 min

    Bon ! sur le blog …comment faire une recherche /Ménard ?

    20/09/2015
    Porte-parole de la Gauche forte, Yann Galut et Alexis Bachelay ont lancé un appel pour la révocation du maire de Béziers. Ils expliquent leur démarche dans une tribune.

    En moins de 24 heures, la pétition lancée par la Gauche forte a recueilli plus de 4.000 soutiens venus de toute la France. Et ce n’est que le début. Ces soutiens viennent de la gauche, de la droite, ils viennent de citoyens qui ne se reconnaissent même pas dans le spectre partisan de notre jeu politique.(sic)le nouvel zob

    Car il suffit, pour rejeter les actions de M. Ménard, d’être simplement citoyen. Il suffit de condamner les tentatives de division qu’il pratique depuis son élection, de refuser le discours de haine qu’il sème dans notre République. Il suffit tout simplement, pour rejeter ces actions qui abîment la France, d’être patriote. […]

    Nous l’avons dit à chacun de ses excès, nous le répétons encore aujourd’hui : le suffrage universel ne met pas l’élu au-dessus des lois. Il ne le met pas au-dessus des principes fondamentaux de la République. Non, un mandat du peuple, cela l’oblige. Il fait de lui non pas le simple gestionnaire d’un territoire, mais il fait de lui, au sein de ce territoire, le représentant de l’État, de la nation, de la République.

    Ce message en particulier où il prouve une fois de plus son mépris pour la France en s’en prenant à ce qu’il appelle « cette République finissante » qui est, qu’il le veuille ou non, le bien commun de générations de français de toutes origines.

    M. Ménard peut aujourd’hui essayer de se poser en victime expiatoire d’un « quarteron de députés socialistes ». Il peut appeler ses soutiens à faire respecter la volonté des citoyens qui l’ont élu. Il peut se rêver comme un monarque électif absolu d’une ville indépendante.

    Mais il doit surtout s’en prendre qu’à lui-même. Il pensait, par ses attaques incessantes, affaiblir à la République. En l’attaquant, il a surtout affaibli sa fonction républicaine. Et c’est ce qui nous autorise aujourd’hui à demander sa révocation : il a trop abîmé le mandat qui est le sien pour que celui-ci le protège. […]

    Quand ses actions sont dangereuses pour la République, visent à faire disparaître au profit de conflits imaginaires les liens sur lesquels reposent la solidarité nationale et le sentiment d’unité qui a fait la grandeur de ce pays, alors le pays doit se défendre.
    C’est à la République d’agir, c’est au président de la République d’agir, et c’est à tous les citoyens d’agir pour demander avec nous la révocation de Robert Ménard.

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1424645-rejet-des-refugies-provocations-robert-menard-abime-la-france-il-doit-etre-revoque.html

Les commentaires sont clôturés.