Jean-Marc Daniel : Les USA et l’Arabie saoudite s’unissent-ils pour affaiblir la Russie ?

Dans “Good Morning Business” ce mercredi matin, Jean-Marc Daniel s’intéresse aux rôles qu’auraient pu jouer les Etats-Unis et l’Arabie saoudite dans la forte chute du pétrole qui paralyse l’économie russe. Il rappelle qu’il y a une sorte de condominium entre les arabes et les américains avec l’accord signé en 1945 entre le président américain Théodore Roosvelt et le roi Ibn Saoud sur la cogestion du marché du pétrole :

Autres articles

15 Commentaires

  • hermeneias , 18 décembre 2014 @ 10 h 24 min

    Est ce que Poutine ne pourrait pa les prendre à leur petit jeu en faisant encore baisser les prix et en raflant des marchés ….en Asie….par exemple ?

    Pour une entente USA et émirs des sables , cela semble très probable .

    Les bailleurs de fond des islamistes veulent la peau de Poutine eux aussi

  • diego48 , 18 décembre 2014 @ 10 h 55 min

    Cela confirme mes impressions, l’Impérialisme des USA n’est pas mort, et nous en payons le prix depuis 1945 au moins. Nous devons réorienter nos relations commerciales et cesser de ramper misérablement devant cet Etat Esclavagiste.

  • Voyageur , 18 décembre 2014 @ 12 h 04 min

    Les Américains n’ont rien appris de l’Histoire. Pas plus aujourd’hui qu’hier ils n’ont compris quoi que ce soit à l’âme slave. Ils ne se sont jamais vraiment rendu compte qu’à travers l’humiliation de l’Union Soviétique c’est la Russie qu’ils ont humilié. Il est sûr que les Américains (aidés en sous main par l’Arabie Saoudite) tentent un coup de bluff avec la manipulation des cours du brut. Face à cette attaque des Américains les Russes sont en train de pratiquer ce qu’on pourrait appeler “une politique économique de la terre brûlée” qui risque à terme d’entraîner dans le gouffre toute l’économie occidentale. La politique de la terre brûlée ? Même Napoléon ne s’y attendait pas et ne l’a pas compris immédiatement. Ce qui l’a perdu. Nous verrons bien combien de temps les Américains et les pétro-monarchies arabes sont capables de tenir avec un baril de pétrole brut à 60 $. Les Américains jouent aux cow-boys avec leur économie, donc ils trouvent normal d’utiliser des procédés de gangsters pour assoir leur politique étrangère. Combien de compagnies pétrolières d’exploration américaines sont sur le point de mettre la clé sous la porte actuellement ? Le gouvernement américain se garde bien de le dire. Poutine vient juste de déclarer que les mesures que la banque centrale russe vient de prendre sont adéquates et que la crise pourrait durer environ… deux ans. Poutine n’a encore abattu aucune de ses cartes. L’hiver n’est pas encore là, mais il arrive, lentement et sûrement. Le moment venu quand il fera très froid en Europe, il appuiera là où ça fait très mal. Nos amis Allemands risquent d’être les premiers à en faire les frais et il n’est pas sûr que Mme Merkel soit aussi encline à soutenir la politique étrangère impérialiste des USA en Ukraine lorsque les livraisons de gaz commenceront à diminuer et que les Allemands grelotteront.

  • Poujadiste , 18 décembre 2014 @ 12 h 42 min

    Théodore Roosevelt? En 1945? Ça serait pas plutôt l’autre Roosevelt?

  • marie , 18 décembre 2014 @ 15 h 21 min

    les Etats Unis se prennent pour le nombril du monde, Poutine sortira la Russie de la crise, c’est un grand homme

  • jjames , 18 décembre 2014 @ 16 h 19 min

    élucubration fantaisiste …

    quel saoudien sera assez débile pour comploter la chute de ses recettes pétrolières ?!

  • charles-de , 18 décembre 2014 @ 17 h 51 min

    Mais oui, Franklin Delano ROOSEVELT, qui rencontra Ibn Seoud au retour de la Conférence de Téhéran avec Churchill et Staline en 1943, pas longtemps après Stalingrad.
    But : éliminer les Anglais du Proche Orient !

Les commentaires sont fermés.