Le pape François et Donald Trump s’écharpent par médias interposés

Dans l’avion qui le ramenait du Mexique, le Pape François s’en est pris à Donald Trump, candidat à la primaire républicaine, aux Etats-Unis. “Une personne qui construit des murs et non des ponts n’est pas chrétienne”, a lancé le souverain Pontife, allusion à la volonté du candidat républicain d’ériger un mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Visiblement blessé par ces propos, le milliardaire lui a rapidement répondu. “Quand le Vatican sera attaqué par l’Etat islamique, il priera pour que je sois président”, écrit Trump dans un communiqué :

La réponse de Donald Trump à Sa Sainteté :

« Si et quand le Vatican subira un attentat de l’État Islamique, comme tout le monde sait bien que cela serait leur trophée ultime, je vous garantie que le Pape souhaitera que Donald Trump ait été Président [des États-Unis] car [cet attentat] n’aurait pas eu lieu. L’ÉI serait éradiqué contrairement à ce qui se passe actuellement chez ces politicos que-des-paroles.
Le gouvernement mexicain et ses dirigeants ont raconté au Pape pleines de remarques méprisantes à mon égard parce qu’ils souhaitent continuer à arnaquer les États-Unis, sur les échanges commerciales comme à la frontière [d’immigration], et ils savent que moi, je n’en suis pas dupe. Le Pape n’a écouté qu’un côté de l’histoire – il n’a pas vu le crime, le trafique des drogues et le bilan économique très négatif que portent la politique [vis-à-vis du Mexique] aux États-Unis. Il ne voit pas à quel point le gouvernement mexicain se montre plus malin que le Président Obama et nos dirigeants.
Qu’un chef religieux remette en cause la foi d’une personne, quelle honte ! Je suis fier d’être chrétien et moi, Président, je ne permettrai pas que la religion chrétienne subisse sans cesse des assauts comme ce qui se passe maintenant, sous l’actuel Président. Aucun chef, surtout un chef religieux, ne doit être en droit de remettre en cause la religion ou la foi d’un autre homme. Ils [mes adversaires] se servent du Pape comme pion ; ils devraient en avoir honte, surtout quand tant de vies sont en jeux et quand l’immigration illégale continue sans pitié. »

Source.

Articles liés

34Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Pupuce , 19 février 2016 @ 9 h 18 min

    Bonne réponse de Trump

  • Catholique & Français , 19 février 2016 @ 9 h 18 min

    Pour autant que j’aie bien compris le motif précis de l’affirmation du Saint-Père selon laquelle monsieur Trompette n’est pas “chrétien” (construction d’un “mur” frontalier americano-mexicain), il me semble que les propos pontificaux sont parfaitement déplacés et même scandaleux ! Sans même m’interroger sur le fait que ce démagogue américain n’est probablement pas catholique mais protestant (auquel cas, l’affirmation du Saint-Père est d’une consternante platitude et sans intérêt aucun, sauf pour les adeptes de l'”oecuménisme” à la mode Vatican II), il est nécessaire de rappeler dans notre époque de folie et de “désorientation diabolique” (selon les propres Mots de la Très Sainte Vierge Marie) que la gestion des flux migratoires, la décision d’accueil ou de refus d’accueil dans un pays, a fortiori non catholique, des “réfugiés” et autres “migrants” est du ressort EXCLUSIF des gouvernants (rois, présidents, assemblées, sénats, etc…), dont ils n’ont à rendre compte qu’à Dieu (“Tout Pouvoir vient de Dieu” Saint Paul). Ce n’est pas pour rien que Notre-Seigneur a dit “Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu !”, ce qui signifie que si César n’a aucun droit se mêler de ce qui n’appartient qu’à Dieu Seul (Mariage, Droit de la Vie, Famille, Fondements du Pouvoir politique et toutes choses ANTERIEURES et SUPERIEURES à l’Etat…)… les Représentants de Dieu, Pape en tête, n’ont aucun droit non plus de se mêler de ce qui a été confié à César : Monnaie (comme dans le célèbre Passage de l’Evangile), Justice civile, Paix civile (question CRUCIALE et même CAPITALE, dans le cas où les immigrants sont d’une “religion” barbare et conquérante !), Politique étrangère et Diplomatie, Sécurité des Citoyens etc… Les gouvernants, quels qu’ils soient, ont reçu pour ce faire des “Grâces d’Etat” ! Libres à eux, ensuite, d’en user de manière malhonnête et, dans ce cas, ils ne perdent rien pour attendre… Pour en revenir aux “migrants”, le rôle du Saint-Père se limite exclusivement au conseil (privé de préférence et en usant de toute… la prudence diplomatique, Très Saint Père !), à l’arbitrage (mais seulement dans le cas où les parties Lui demandent…) et, last but least, à demander que les “migrants”, qu’ils soient acceptés ou refusés, soient traités avec le plus d’humanité et de Charité possible; je crois d’ailleurs me souvenir qu’il y a quelques années, le Pape précédent, Benoit XVI, dont les propos sur l’immigration avaient été déformés ou mal compris, était intervenu une seconde fois pour rappeler ces vérités trop oubliées.

  • tell guillaume , 19 février 2016 @ 9 h 28 min

    Ce n’est pas être chrétien mais être plutôt crétins ! encore un qui culpabilise les autres mais que voit on bien chez lui ? que les grandes richesses du Vatican ,ce grands propriétaires fonciers, il y a là tout pour héberger la misère du monde, remplir les églises, les couvents, les séminaires , afin de promouvoir la nouvelle idéologie religieuse de l’islam pov CON !!

  • Trahi , 19 février 2016 @ 9 h 30 min

    Il faut bien reconnaitre que sans règle ( comme St Benoist), le monde se dirige incontestablement vers la chianlie en perdant ses racines.
    Le Pape referait mieux de remettre la règle de St Benoist en action, plutot que celle de Mahommet pour qui il a une grande complaisance.
    Les flux migratoires n’apportent que le désordre dans les pays.
    Francois est un mondialiste au service d’un système qui n’a rien de chrétien.
    Si nous devons construire des ponts à la place des murs, dans quelques années, la papoté aura disparu et lui avec et le christianisme avec.
    Drole de pape qui construit des ponts pour faire disparaitre ce que des générations ont construit et permettre à ses ennemis de détruire notre civilisation.

  • sergio , 19 février 2016 @ 9 h 42 min

    Un pape ” very politically correct ” !….Entre nous , de quoi se mêle-t-il ?
    Cette ingérence ( très orientée ) dans la politique intérieure US est inacceptable !
    Heureusement , Mister Trump a de la répartie …..

  • Victor , 19 février 2016 @ 10 h 06 min

    Le pape François veut devenir président du monde !

    “Du haut de ses 78 ans, Jorge Mario Bergoglio -le pape François-, jésuite argentin à la voix douce, a montré jeudi qu’il était bien candidat à la présidence de la planète en s’adressant, avec finesse, méthode et toute l’élégance d’un homme de scène, au Congrès américain, lors d’une cérémonie laïque en grande pompe donnée dans une enceinte qui ne manque pas de rappeler la Rome antique.”

    http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/25/pape-francois-president_n_8193916.html?utm_hp_ref=france

  • Clément , 19 février 2016 @ 10 h 07 min

    Pourquoi utilisez-vous le mot “démagogue” pour parler de Trump? Ce qu’il dit est la vérité: nous sommes au bord du gouffre, et il sera “démagogue” lorsqu’une fois au pouvoir (S’il y parvient) il ne réalisait pas ce qu’il promet.

    Pour l’instant, il ressemble plutôt à Churchill qui ne promettait que “du sang et des larmes”.

    Un Français pourrait être un peu plus modeste quand on voit ce que nous avons fait de la France entre 1915 et 2016!

Les commentaires sont clôturés.