La Suisse rejette le salaire minimum le plus élevé du monde

Les Suisses ont rejeté dimanche un salaire minimum unique de 3 300 euros (18 euros de l’heure x 42h, le temps de travail légal) par 76,3% des voix. Tous les 26 cantons de la confédération se sont opposés au projet.

Ce salaire minimum aurait été le plus élevé au monde. À titre de comparaison, il est de 9,43 euros en France, de 5,05 euros en Espagne et sera de 8,50 euros en Allemagne à partir de 2015.

Les syndicats et partis de gauche défendaient cette proposition démagogique mais la droite, les milieux agricoles, l’exécutif comme le Parlement craignaient qu’il favorise une hausse du chômage, presque inexistant en Suisse (3,2% de la population active en avril), rappelant par ailleurs qu’il existe déjà un salaire minimum dans certaines branches professionnelles. Ils ont été entendus par la population.

Autres articles

4 Commentaires

  • anonyme , 19 Mai 2014 à 19:18 @ 19 h 18 min

    Je ne suis pas suffisamment éclairé pour savoir si cette décision est bonne ou mauvaise. En revanche, il apparaît que, contrairement à une idée fort répandue, un peuple est parfaitement capable de décider en fonction de ce qu’il perçoit comme l’intérêt général.

    Les électeurs ne sont donc pas des moutons guidés par leur seul intérêt particulier. cqfd.

  • eric-p , 20 Mai 2014 à 3:01 @ 3 h 01 min

    La Suisse offre au moins la possibilité à ses citoyens de leur offrir de vrais débats sur une longue durée…contrairement à la France (référendums préparés à la dernière minute et débats
    en réalité confisqués).

    Ce qui est amusant, c’est de voir la gauche suisse et ses syndicats aux ordres s’étonner de la
    position des électeurs !
    Aucun doute en ce qui me concerne: La gauche vit dans un autre monde que le nôtre !

  • honore , 20 Mai 2014 à 14:05 @ 14 h 05 min

    Il faut préalablement à tout jugement savoir que, en Suisse, 9 % de la population a un salaire inférieur à fr. 4’000.- par mois. Ceci explique cela.

  • Antoine , 20 Mai 2014 à 20:33 @ 20 h 33 min

    Peut-être mais il faudrait aussi analyser leur système social et leur volonté de travailler.

Les commentaires sont fermés.