VIDÉO | Il est urgent de réduire le nombre de fonctionnaires en France

En France, les fonctionnaires sont bien trop nombreux et cela coûte très cher à l’économie, au secteur privé et aux ménages, rappelle ce mercredi Emmanuel Lechypre sur BFM TV. Quelques chiffres : les fonctionnaires représentent 24% de la population active, la France est numéro un des fonctionnaires ayant un statut particulier, la carrière puis la retraite d’un fonctionnaire coûtent en moyenne 1,5 million d’euros aux contribuables. La France est le seul grand pays où le nombre de fonctionnaires continue d’augmenter et le 4e pays le plus administré au monde ! Non seulement les fonctionnaires sont en moyenne trop payés (12% de plus que dans le privé) mais, en plus, ils sont les champions de la glande avec 45 jours annuels de congés (26 jours dans le privé) et de l’absentéisme (le double de jours d’absence que dans la privé) :

Autres articles

16 Commentaires

  • C.B. , 19 juin 2014 @ 22 h 17 min

    Et si l’état, en France, se contentait d’assurer les missions régaliennes et privatisait tout le reste (à commencer par l’instruction et la santé, où nous avons, sans aucune raiso, deux secteurs parallèles)?

  • Pierre , 20 juin 2014 @ 8 h 28 min

    Toujours le même genre de raisonnement simpliste. Encore faudrait-il démontrer les véritables raisons qui nous mènent à une situation économique aussi catastrophique.
    Car avec ou sans fonctionnaires, comment une économie peut elle résister à l’ouverture des frontières et l’importation à bas coûts de produits manufacturés dans des pays à bas coût de main d’oeuvre ?
    Comment pouvons nous continuer à importer des centaines de milliers d’étrangers, des pays d’Europe de l’Est, de Turquie, du Maghreb, d’Afrique et d’Asie, en leur octroyant dès leur arrivée, logements, droits sociaux, couverture médicale, aides de l’état, des départements, des communes, quand ce n’est priorité à l’embauche ( “discrimination positive “)… (sans parler de l’invasion culturelle et religieuse)
    Comment peut-on parler de la dette de l’état, sans évoquer la loi Giscard Rothschild de 1973, qui n’est jamais que l’ouverture d’un véritable Tonneau des Danaïdes, au bénéfice de la finance mondiale.
    Les autoroutes, privatisées, nous coûtent tu-elles moins cher ?
    Les hôpitaux qui fonctionnaient très bien il y a 35 ans sont désormais moribonds et leurs personnels n’en peuvent plus d’épuisement physique et moral. S’agit il de proposer encore moins de personnels dans ces hôpitaux ?
    L’ouverture à la concurrence des Télécommunications, du négoce du gaz et de l’électricité ont elles apporté un plus autrement qu’a leurs nouveaux actionnaires.
    S’agissant désormais en grande partie d’étrangers, les dividendes encaissés sont autant de richesse crééesur mais dilapidées à ces étrangers.
    Arrêtez donc de nous agiter sans cesse des epouvantails et de nous montrer l’économie par le petit bout de la lorgnette.
    Depuis 40 ans, l’économie de la France a été confiée à des bonimenteurs, des charlatans et des escrocs.
    Et il est plus que temps de leur fiche un grand coup de pied au cul avant que notre pays ne sombre dans la misère économique et culturelle et l’anarchie sociale.

  • Boutté , 20 juin 2014 @ 8 h 31 min

    Et l’on oublie vite que , par construction, la Chambre des Députés est très majoritairement opposée à tout changement puisque les fonctionnaires y sont en nombre extravagant .
    Le fait est que , pour se présenter à la députation, il faut le temps libre dont dispose le fonctionnaire et non le chef d’entreprise, que ,pour s’y maintenir, ce dernier est le plus souvent obligé de quitter celle-ci et qu’en cas de “non-réélection” le fonctionnaire retrouve son poste sans perte d’ancienneté ni stagnation de carrière alors que l’entrepreneur n’a plus qu’ à . . . entreprendre à nouveau ! Le jeu est donc faussé : Ces deux catégories jouent le même match mais certains sont très chouchoutés alors que les autres ont des boulets aux chevilles . Dans ces conditions , le changement n’est pas pour demain !

  • Boutté , 20 juin 2014 @ 8 h 37 min

    Qu’il y ait à nouveau des Médecins de Profession Libérale en France ! ! !
    Tout le monde y gagnera : patients, professionnels de santé et l’ Etat qui sera déchargé d’un poids énorme . Là où le système existe, tout va bien .

  • Agathon , 20 juin 2014 @ 9 h 02 min

    La fonction publique était un merveilleux outil de proximité dans notre France dont l’habitat est dispersé. Certes, elle a fait l’objet d’une dénaturation revendicative par le biais de la démagogie ,notamment syndicale au moment des élections des délégués. Nous devons préserver ce que nos parents ont payé au prix fort tout en responsabilisant la mission des services publiques( notamment en supprimant les privilèges salariaux “politiques”). Nous devons en priorité restaurer le devoir de réserve des postes à responsabilité.

    Ce n’est pas en fermant tout , en supprimant tout, en rognant sur tout que ce pays reprendra son élan: un exemple la privatisation des télécommunications qui, nous ayant échappé est maintenant incontrôlable puisque ses plateformes techniques sont à l’étranger alors que leur fermeture paralyserait notre économie.Je ne parle pas du regroupement régional qui va concentrer les moyens financiers autour de grands pôles politiques d’industrialisation en désertifiant le du poumon rural. Scandaleux!

    Cela revient à croire qu’il suffit de ne pas mettre d’essence dans une voiture pour éviter qu’elle s’abîme! tous ces discours imbéciles, actes d’antigestion rouillent à mort notre France

    Faire des économies d’une manière aussi primaire consiste à transformer la France en une réserve animalière où les touristes viendront nourrir une espèce en voie de disparition( les français) pendant que les chancres de la mondialisation pilleront notre patrimoine au nom du libéralisme bancaire .

    Le jour où on comprendra que la richesse se crée en faisant circuler l’argent, on dynamisera nos entreprises, on créera du travail,de l’emploi, donc des salaires, donc de la consommation.Cela est valable dans le privé comme dans le public.

  • Agathon , 20 juin 2014 @ 9 h 14 min

    et j’ajoute qu’il y en a marre de ces pseudos consultants style Lechypre ( entre autre)qui sortent des think tangs officiels, qui sont les vassaux du moule officiel dont ils sont , au pire sens du terme les petits “fonctionnaires exécutants” mais qui ne connaissent rien d’autre des exigences que réclame la France réelle.

    Vous voulez faire des économies: faites les taire!

  • Agathon , 20 juin 2014 @ 10 h 01 min

    Déjà……., qu’on contrôle ces médecins qui construisent leur clientèle autour de leur générosité à émettre des arrêts maladies de complaisance, et parfois antidatés, sans parler des consultations sans déplacement, assorties d’ordonnances prescrivant des placebos, par courrier dans des maisons de retraite. Je ne généralise pas, mais je témoigne de ce que j’ai pu voir.

    Le problème n’est pas un problème de statut des médecins mais bien un problème de contrôle et de responsabilisation , et y compris des médecins dont la fonction est de surveiller, au sein de la sécurité sociale, l’opportunité des actes médicaux souvent confondus avec des actes de “confort”.

    J’ai 30 ans d’expérience hospitalière en poste de direction;

Les commentaires sont fermés.