Gesté : vers un tri sélectif des églises de France ?

C’est ce vers quoi on semble s’orienter lorsqu’on voit que la préfecture encourage les maires à détruire les églises selon leur bon vouloir (et au mépris de décisions de justice). Mais, selon le mot du préfet François Burdeyron, dans une lettre adressée à la SPPEF :

Il ne s’agit pas d’une démolition d’église. Le clocher, la crypte et le chœur ne seront pas détruits [c’est faux pour le chœur], ce sont les parties les plus emblématiques de ce bâtiment et seront conservés. La nef dont la démolition a été engagée sera reconstruite mais sous un format plus petit.

→ Article à découvrir sur Breizh journal

→ La lettre du préfet François Burdeyron est disponible à la lecture sur Nouvelles de France

Lire la dernière brochure informative de la mairie de Gesté (sur le site Patrimoine en blog)

Ceci n’est pas une démolition.

Précédents articles

 

Le projet de la mairie (source : article du Breizh Journal)

Autres articles

37 Commentaires

  • Jérémie , 20 Juil 2013 à 10:31 @ 10 h 31 min

    Je préfère une église élevée, même sans génie, avec de la pierre de taille homogène, dont le matériau était souvent extrait des carrières ou des bois (pour la charpente) de la région ; le plan respectait le modèle traditionnel.
    A force de dire que les églises du XIXe siècle peuvent être détruites parce qu’elles ne possèdent aucune particularité architecturale, il ne restera plus de témoignage de cette époque. Or, ce siècle a été celui d’un « retour du religieux » dans la France rurale, d’où l’édification de ces petites églises.
    Même Mitterrand ne s’y était pas trompé. Rappelez-vous son affiche emblématique pour la campagne présidentielle de 1981 (« La force tranquille »). Le visage du candidat pose devant un paysage très français, c’est-à-dire quelques maisons de bourg et le clocher d’une église qui s’en détache.

  • theofrede , 20 Juil 2013 à 10:49 @ 10 h 49 min

    cessez de me faire parler : je n’ai jamais dIt que les églises du XIXième siècle devaient être détruites, j’ai dit simplement que la démolition d’une de ces églises n’est pas une perte si elle doit être reconstruite
    j’ignore de quel pays de païens vous êtes, mais dans le mien les veilles églises paroissiales romanes ont parfaitement fait l’affaire, et il n’y a d’ailleurs pas eu besoin d’un renouveau religieux : les populations étaient restées catholiques et royalistes : c’est l’un des deux départements où les Inventaires ont fait des morts
    quant à l’église des affiches de Mitterrand, reprises d’ailleurs d’une affiche du Maréchal Pétain, vous êtes bien savant si vous pouvez me dire de quand elle date

  • theofrede , 20 Juil 2013 à 10:55 @ 10 h 55 min

    l’Etat et les collectivités locales n’ont pas le droit d’investir dans l’érection de bâtiments dédiés au culte, mais ils ont l’obligation d’entretenir leur patrimoine, et les églises antérieures à la loi de séparation font partie de ce patrimoine

  • Jérémie , 20 Juil 2013 à 11:11 @ 11 h 11 min

    Oui mais quand on voit cette photo du projet qu’a la mairie pour son église, on est plus en présence d’une (re)construction que d’un simple entretien de bâtiment.

  • Jérémie , 20 Juil 2013 à 11:30 @ 11 h 30 min

    Démolir une église construite en pierre de taille pour la remplacer par une autre en béton, ce n’est pas très heureux.
    Et puis, sur le principe, c’est commettre un précédent. On démolit les plus petites que l’ON – le maire, les Monuments historiques, qui ? – trouve sans grand intérêt architectural. Ensuite on s’attaque aux églises un peu plus grandes, etc.
    Effectivement, je vis dans un département où la déchristianisation a commencé bien avant la Révolution. Déjà, au milieu du XVIIIe siècle, nombre d’églises, faute d’entretien matériel par les institutions ecclésiuastiques, connurent un triste sort à cette époque. Dans une commune, l’église abbatiale cistercienne, édifice roman datant du XIIe siècle, vit six de ses neuf travées de la nef abattues, les quelques moines vivant à l’abbaye n’ayant plus les moyens de les sauver de la ruine. Et il y a d’autres exemples de ce genre : retables pourris par la pluie qui passaient à travers les toits, etc.
    On a une idée de l’état exact des églises d’un diocèse à cette époque au moment de la prise de fonction par l’évêque, lorsque celui-ci fait le tour de ses paroisses.

  • Jérémie , 20 Juil 2013 à 12:13 @ 12 h 13 min

    J’ai oublié. En ce qui concerne l’affiche de Mitterrand, ce serait l’église de Sermages (Nièvre), petit village du Morvan.
    http://sermages58.pagesperso-orange.fr/Sermages/eglis.htm
    Dans une autre édition de l’affiche, on retoucha l’image. Le sommet du clocher fut modifié : on lui retira la pointe surmontée de la croix pour ne pas “choquer” les laïcards.

  • Charles , 20 Juil 2013 à 12:32 @ 12 h 32 min

    http://www.courrierdelouest.fr/eglise-de-geste-la-municipalite-ira-jusquau-conseil-detat-03-03-2012-67109
    Ce qui est bien avec les frangins c’est que ils sont faciles a identifier une fois que vous avez pu e croiser plusieurs.
    Ils ont une sorte de mimétisme du visage et des vetements comme des gestes.
    Dans tous les lieux de pouvoir public/politique,vous en avez,il suffit de bien observer.
    1.Ils ont une fascination pour la chemise noire.
    2.Ils aiment porter la barbichette.
    3.Ils ont rarement le sourire au visage,sauf des faux sourires.

Les commentaires sont fermés.