«Le plus on va dans le survivalisme, le plus on travaille son indépendance, le moins on a peur !»

Retrouver une autonomie, une indépendance, une capacité à agir et à être responsable dans un monde où plus personne ou presque ne sait éteindre un incendie sans appeler les pompiers, cultiver soi-même ses légumes et ses fruits ou se protéger sans les forces de l’ordre, voilà l’ambition des survivalistes. Pour mieux les comprendre, voici une présentation succinte qui échappe aux habituelles caricatures par l’un des plus célèbres d’entre eux, le blogueur Vol West :

Autres articles

42 Commentaires

  • mariedefrance , 19 Août 2013 à 9:18 @ 9 h 18 min

    NON !
    non, il n’est pas le seul à parler de “survivalisme”

    Il y a longtemps que Pierre Janovic en d’autres termes a donné qq pistes pour que nous sauvions notre peau dans le système actuel mondialisé.
    Il vous suffira de taper son nom sur le net et reprendre qq vidéos.

    Le système fait de nous des dépendants pour mieux nous manipuler.
    D’ailleurs, sait-on vraiment ce qu'”ils” veulent faire de notre monde ?

    commençons par cultiver notre jardin et votons NON au système.

    Je pense souvent aux familles innocentes égyptiennes avec une toute petite question mais si importante : qu’ont-elles à manger chaque jour ?

  • V_Parlier , 19 Août 2013 à 10:07 @ 10 h 07 min

    A la fois je me dis que beaucoup de gens ne sont encore pas prêts mais que je suis de moins en moins seul à avoir ce genre de préoccupations (à titre de remplacement d’un système voué à l’échec plus que par idéologie). C’est déjà un signe. Un problème demeure cependant: il faut savoir à quel moment “basculer” d’un mode de vie à l’autre et ce n’est pas évident, selon le travail qu’on doit conserver tant que possible et le lieu où on peut s’installer (en an ayant tout de même les moyens).

  • V_Parlier , 19 Août 2013 à 10:09 @ 10 h 09 min

    Mais de là à dire qu’on a vraiment moins peur, pas évident… Surtout quand on sait comment réagiront les hordes de quartiers quand il n’y aura plus rien à bouffer dans les magasins et qu’ils auront déjà dévalisé toutes les villes…

  • MarcS , 19 Août 2013 à 10:22 @ 10 h 22 min

    Ceux qui comme moi ont vu les difficultés de leurs parents obligés de “survivre” et d’ élever leurs enfants durant la 2ème Guerre Mondiale et qui pourtant disposaient des outils moraux, sociaux et pratiques que les jeunes génération ne possèdent plus, seront très sceptiques vis à vis des doux rêveurs que me paraissent être les survivalistes.
    Seul des phénomènes d’une grande brutalité (guerre, révolution, cataclysme naturel….) pourront les contraindre à rechercher des moyens de survivre mais se sera dans la douleur et le plus grand nombre sera condamné à disparaître ….

  • Diex Aïe ! , 19 Août 2013 à 10:59 @ 10 h 59 min

    Voici un excellent stage que je vous conseils!!! Vous y apprendrez la vie durable à la campagne (travaux de bâtiment, travaux de la terre, travaux de la ferme, chasse/armes, gestion des énergies eau du puits/rivière/étang/marre et autres énergies… etc…)
    http://www.instinctdesurvie.fr/produit/traditions-rurales-en-normandie-5-6-octobre-2013

  • Diex Aïe ! , 19 Août 2013 à 11:07 @ 11 h 07 min

    Pour ma part, j’ai de quoi recevoir ceux qui tenteront de venir prendre de force mes fruits, légumes et animaux chez moi… Sans avoir peur, je reste simplement fidèle à la devise du scoutisme : TOUJOURS PRÊT !

  • V_Parlier , 19 Août 2013 à 11:25 @ 11 h 25 min

    “Seuls les phénomènes d’une grande brutalité…”
    Croyez vous qu’il n’y en aura pas?

    Et d’ailleurs, si le mot “survivalisme” sonne un peu extrême, une prise partielle d’indépendance (une autonomie relative, dira-t-on) peut déjà être bien utile.

Les commentaires sont fermés.