VIDÉO | NKM huée par des centaines de personnes à Lyon

Vendredi soir, la candidate UMP à l’élection municipale parisienne Nathalie Kosciusko-Morizet venait participer à l’inauguration de la permanence du candidat UMP de Lyon Michel Harvard, lui aussi en pleine opération séduction de la communauté LGBT.

Autres articles

19 Commentaires

  • Gisèle , 19 Oct 2013 à 22:48 @ 22 h 48 min

    Ne pas oublier que pour être gay – frendly , il faut nécessairement accepter de l’avoir souvent dans l’ c … c’est le prix à payer pour avoir le droit de se présenter à la mairie de Paris . Lyon n’était qu’ un amuse gueule .

  • Trucker , 20 Oct 2013 à 0:51 @ 0 h 51 min

    Pour monnaie courante qu’il soit selon vos dires…………..le viol est-il un acte jugé légal en côte d’Ivoire ?……… non.
    Alors pourquoi évoquer “l’exception de conscience ” comme vous dites et faire l’amalgame avec la revendication de la liberté de conscience pour justifier un refus de célébrer un mariage homo.
    Laissez-vous entendre que pour vous,refuser de célébrer un mariage homo serait un acte criminel ?

    Votre argumentaire est totalement à côté de la plaque.

    Maintenant je vais vous proposer de réfléchir à une finalité fort probablement envisagée par ceux qui nous gouvernent, ayant justifier le refus d’accorder la clause de conscience :

    Comment croyez-vous que ceux des maires qui sont heurtés dans leur conscience par cette obligation qui leur est faite vont pouvoir réagir : soit ils acceptent de marier des homos, et chaque célébration sera pour eux un acte de remise en cause de leur propre conviction, de leur amour propre parce que cela sera vécu comme un acte de soumission, soit ils envisagerons de démissionner, ou de ne pas renouveler leur mandat pour ne plus être confrontés à cet examen de conscience que sera une célébration de mariage.

    Intéressons nous aux orientations politiques de ceux des maires qui seraient les plus nombreux à se dire heurtés dans leur conscience à devoir célébrer un mariage homo.
    je suis certain qu’il y aura une majorité de droite, croyant pour beaucoup.

    Le refus d’accorder l’objection de conscience comme instrument d’épuration de la fonction de maire, de ceux qui pourraient par leur conviction politique ou religieuse être des opposants à la mainmise sur tous les échelons du pouvoir par la gauche.

    Et puis quand vous évoquez “un organisme de l’état qui autorise le droit de ne pas respecter la loi ”
    Vous avez vraiment une analyse et une perception de la réalité très limitée.

    C’est exactement ce qui se passe en ce moment dans l’affaire Léonarda, et l’on constate que cette même gauche qui s’oppose au droit à l’objection de conscience dans l’affaire du mariage pour tous, le revendique, jusqu’au président de l’assemblée nationale, pour s’opposer à l’application de la loi concernant la reconduite dans le pays d’origine d’immigrés clandestins, qui plus est sont condamnables par la justice de par les délits commis par le père.

    On marche déjà sur la tête et vous prenez parti pour ceux qui n’ont jamais rebuté à nous imposer cette acrobatie, pour servir leurs intérêts électoralistes.

  • alap , 20 Oct 2013 à 2:34 @ 2 h 34 min

    Vous n’avez rien compris à l’objection de conscience.

    Le principe n’est pas de donner à chacun la possibilité d’adapter la loi à sa guise.

    Le principe est de pouvoir dire “Cet acte ne passera pas par moi”. Charge à l’état de trouver une autre solution ou d’autres personnes pour faire appliquer la loi. C’est juste un droit de “ne pas être obligé” d’exécuter un acte immoral.

    C’est ce qui se passe déjà avec l’avortement. En plus d’être respectueux de la conscience de chacun et pas incompatible avec l’application de la loi, cela a l’avantage de donner une visibilité à la contestation. Dans le cas de l’avortement, dogme médiatique, on s’aperçoit que l’acte pose un sérieux problème à beaucoup de médecins.

  • Auditeur Libre , 20 Oct 2013 à 5:51 @ 5 h 51 min

    Gaulle avait finalement accepté l’objection de conscience vis-à-vis du service national en version classique militaire avec port d’armes, au nom d’une philosophie de la non-violence physique
    mutatis mutandis s’opposer à une violence anthropologique majeure mérite le même égard…

  • Anonyme , 20 Oct 2013 à 6:35 @ 6 h 35 min

    Le problème est que votre comparaison souffre de nombreuses approximations :

    – Le maire va arguer de l’objection de conscience pour un acte qui, au regard de la loi, est de même nature que le traditionnel mariage hétérosexuel (pléonasme). Il y a une différence entre s’opposer à une loi dans son principe et la réfuter dans l’un de ses effets particuliers, ce qui constitue alors une discrimination au regard de la loi.
    – De plus, tout maire élu est tenu, en tant qu’officier représentant l’état, à appliquer la loi de la république : il n’est pas assimilable à un praticien libéral (certes en charge d’une mission de service public).
    – Enfin, à partir des prochaines élections municipales, tout nouveau maire le sera en connaissance de l’état de la loi sur le mariage.

    L’objection de conscience, dans ce cas particulier, est une démarche hypocrite dont le principal effet serait de faire passer un peu plus l’idée qu’il n’y a pas de problème à unir deux personnes de même sexe. C’est une stratégie à la Ponce Pilate.

  • Auditeur Libre , 20 Oct 2013 à 7:04 @ 7 h 04 min

    Sur les analyses de Anonyme :
    – dans votre 1er item vous utilisez les éléments de langage “de même nature” et plus loin “discrimination” : or la disputation académique entre droit naturel et droit dit positif n’est tranchée par aucune instance transcendante , c’est là le cœur du problème puisque la loi “intégratrice” contestée prétend au nom de l’anti-discrimination de papier faire litière du Réel sexué le plus évident
    – votre 2ème item est logiquement valide, le maire en effet se retrouve devant la question prévue par la Déclaration Universelle qui valorise refus et même rébellion face à la tyrannie : le courage sera-t-il au rendez-vous ?
    – le sens de votre 3ème item revient à considérer que tout nouveau candidat municipal ne pourra plus argüer d’une sorte de “coup en traître” car postulant en toute connaissance : c’est logiquement inattaquable, mais pourquoi ne pas souligner alors que les prochaines municipales vont revêtir une dimension de “contre-législatives” en quelque sorte ?
    Enfin dans votre conclusion vous estimez qu’obtenir l’objection municipale pousserait à démobiliser pour les prochaines législatives : c’est votre opinion mais elle n’est qu’un pari prospectif hasardeux donc contestable.
    Civilités.

  • spinaker , 20 Oct 2013 à 8:54 @ 8 h 54 min

    Démonstration est faite. A vouloir faire plaisir à tous, l’on déçoit tout le monde. NKM veut ratisser large, elle n’aura que ce qu’elle mérite. Un zéro pointé. Bravo aux Lyonnais pour leur mobilisation.

Les commentaires sont fermés.