Copé ou la droite trouillarde

Dans Libé, le sans-couille parle aux sans-dents :

Débarrassé des obligations de chef de parti, il s’autorise quelques timides autocritiques. Il regrette d’avoir choisi d’illustrer l’emprise des « voyous qui prétextent la religion pour installer une violence au quotidien » avec sa fameuse parabole du pain au chocolat arraché des mains d’un collégien un jour de ramadan. Parce qu’elle était « trop simple et trop affective », l’anecdote, sortie de son contexte, « rendait possible une sortie de route ». Contre le mariage homo, il regrette aussi d’avoir défendu une position qui n’était pas la sienne. En tant que chef de parti, il avait conclu que l’opposition radicale à la loi Taubira était nécessaire pour contrer le FN et rassembler l’UMP. Si c’était à refaire, il ne le referait pas.

Copé, le retour, une suite encore plus gauche que le premier opus Copé à l’UMP.

Articles liés

12Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • von reisner , 20 janvier 2016 @ 18 h 29 min

    C’est un capitaine de navire de la même veine que le commandant du Concordia. Tout pour la frime !

  • von reisner , 20 janvier 2016 @ 18 h 30 min

    C’est un capitaine de navire de la même trempe que le commandant du Concordia. Tout pour la frime !

  • Babouchka , 20 janvier 2016 @ 18 h 53 min

    Un coup de balai pour cet homme de regrets…
    Il a signe la son arrêt de mort politique, définitivement.
    Qui désormais lui fera confiance?

  • rudi , 20 janvier 2016 @ 18 h 54 min

    ça ? un capitaine de bateau ? vous rigolez la ? même pas un moussaillon ! ce type n’a aucun charisme, la preuve il regrette d’avoir dit des vérités ! des sans couilles ! voila ce que sont ces inutiles !

  • Pascal , 20 janvier 2016 @ 18 h 59 min

    Inconsistance et présomption sont les deux mamelles de Copé !

  • hector.galb , 20 janvier 2016 @ 19 h 01 min

    J’ignorais qu’il s’était opposé à la loi taubira de façon si spectaculairement radicale. A le lire, on croirait presque qu’il fit donner du renvoi contre les deux sénateurs UMP qui autorisèrent l’examen de cette loi alors que leurs votes étaient suspensifs.

  • rudi , 20 janvier 2016 @ 19 h 01 min

    qui fait encore confiance aux gens de droite comme de gauche (et surtout les socialos) ? des gens qui devraient être trainés devant les tribunaux pour avoir “massacré” la France, économiquement et humainement ! ils ont surendetté notre pays, ils n’en était pas les maitres mais se sont comporté comme tel, ils étaient la pour protéger les français, qu’ont ils fait ? ils ne sont que les dépositaire de la volonté des français! ils se sont et se comportent en despotes ! il faut les juger et les condamner a rembourser sur leurs deniers personnels, après tout Gérôme Kerviel a bien été reconnu coupable de la perte des 5 milliards de la société générale, pourquoi les politiques français ne seraient pas reconnus coupables de toute cette gabegie

Les commentaires sont clôturés.