La photo du jour : La Tour Eiffel dit non à la dénaturation du mariage

Et si le mauvais rêve fait cette nuit par Manuel Valls commençait à devenir réalité ?

 

Autres articles

12 Commentaires

  • Fouillemerde , 20 Avr 2013 à 15:07 @ 15 h 07 min

    Suite de ma question sur la lettre précédente : ” fucking dream ” veut dire ” mauvais rêve ” ? Je n’ai toujours trouvé ” to fuck “…

  • diego , 20 Avr 2013 à 15:16 @ 15 h 16 min

    @ Fouillemerde
    To fuck signifie: “baiser
    fucking dream pourrait être traduit par: putain de rêve

  • Fouillemerde , 20 Avr 2013 à 15:18 @ 15 h 18 min

    Merci Diego !

  • christiane , 20 Avr 2013 à 16:01 @ 16 h 01 min

    C’est tatie Bertrand qui doit être content. !

  • Charles , 20 Avr 2013 à 16:02 @ 16 h 02 min

    Nos adversaires définissent leur projet autour du mariage Gay (pour tous).

    Il ne faut pas se contenter de dire non a une expression définie par l’adversaire.

    Il faut d’abord bien analyser sa position puis la redésigner sur son point le plus faible.
    A savoir la fabrication d’enfants “bioniques” et la marchandisation des enfants pauvres.

    Donc il faudrait dire;

    “Non aux usines à bébés bioniques ”
    ou encore
    “Non au commerce d’enfants”.

    Par comparaison,”non au mariage gay” est contreproductif

  • Jef , 20 Avr 2013 à 16:46 @ 16 h 46 min

    Très bonne remarque de Charles !

    La résistance à la tyrannie commence dans le vocabulaire.

    Ne pas employer la novlangue de l’adversaire, refuser son langage truqué, est la première étape, absolument indispensable.

    Certains mots sont piégés (“mariage gay” est même doublement piégé : ce n’est pas un mariage, et ça n’a rien de gay).

    Employer ces mots, c’est DÉJÀ tomber dans le piège de l’adversaire.

    Soyons vigilants nous-même, et sachons transmettre cette consigne simple à nos camarades de combat.

  • alain , 20 Avr 2013 à 17:19 @ 17 h 19 min

    Procurez-vous le dictionnaire del a NOVLANGUE (en PDF) sur le site de http://www.polemia.com

Les commentaires sont fermés.