Les responsables de l’agression homophobe du XIXe arrondissement vivent dans une cité et sont connus des services de police pour des faits de violence

annonce Itélé ce vendredi 20 septembre 2013. Il ont 17 à 19 ans et ont été déférés jeudi soir devant un juge d’instruction. Contrairement à ce que sous-entendaient les médias et le lobby homosexualiste, on est très loin du profil moyen du participant à la Manif pour Tous :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Autres articles

41 Commentaires

  • Dōseikekkon , 23 Sep 2013 à 16:37 @ 16 h 37 min

    monhugo : « L’homofolie
    provoque et amplifie ce que l’on
    veut appeler “homophobie”.
    Voilà ce que l’on gagne à faire
    sortir les paraphilies »

    D’ailleurs, c’est par ce même genre de « raisonnement » que l’on trouve aux violeurs des circonstances atténuantes : comprenez, monsieur le juge, cette s… était en jupe, elle m’a provoqué, j’ai pas pu me retenir !
    Raisonnement par lequel on justifie au passage le port de la burqa, qui évite aux femmes d’aguicher les hommes. Vous êtes pour le port de la burqa, monhugo ?

    Y en a même qui pousse ce genre de raisonnement jusqu’à prétendre que les Juifs, qui furent persécutés pendant la guerre, l’avaient un peu cherché…

  • monhugo , 26 Sep 2013 à 13:54 @ 13 h 54 min

    Au “japoniste” qui sait écrire en français (ce qui le met de ce chef nettement au-dessus du “collègue” qui écrit avec ses pieds – lequel se reconnaîtra). Vous me citez incomplètement, pensant sans doute abuser le lecteur de votre seul commentaire. J’ai toujours indiqué (et donc ici une fois encore) que les paraphilies les plus “pittoresques”, comme la sexualité en général, étaient licites (sauf 3). Doit-on pour autant faire sortir le “sexe” du droit pénal, qui fixe le niveau de tolérance légal ? En faire une norme civile ? Non, bien sûr. Sauf quand on est homosexualiste, comme le pouvoir relativiste actuel. C’est-à-dire d’abord avec des visées clientélistes, et ensuite une volonté de détruire la famille.
    Les uranisme et tribadisme “simples” (c’est-à-dire sans pédophilie) ne donnent aucun droit, et certainement pas celui d’accéder à la protection du droit civil de la famille.
    Résultat de l’homofolie : indéniable. Les gens normaux qui avaient intégré le sexe sans altérité dans leur horizon, qui le toléraient, voire l’oubliaient (ce qui doit être le sort d’une activité strictement PRIVEE) ont une tendance à reconsidérer les choses. La sexualité n’a jamais donné droit à aucun avantage. Jusqu’à la Taupe et ses séides. Quand c’est en plus une sexualité “différente”, on glisse de l’étonnement à l’inquiétude, puis à la révolte (traiter de la même façon couples féconds et paires infécondes – profondément injuste).
    Du rejet – hautement justifié en droit – du partenariat sexuel érigé en norme, au rejet de la sexualité “différente”, il n’y a qu’un pas. Qui n’aurait jamais été franchi si cette dernière était restée à sa place.
    P.S : vos amalgames et approximations (burqa..) sont de l’ordre de la démagogie. Vous pouvez sans doute faire mieux – ?

  • Dōseikekkon , 26 Sep 2013 à 23:08 @ 23 h 08 min

    Je vous ai reprise sur un point bien précis (en substance : les homosexuels n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes si l’on constate un surcroît récent d’homophobie) et vous en profitez pour me copier-coller votre catéchisme habituel : les paires & les couples, sexe & droit (sans jeu de mots), la norme, etc.

    N. B. : vous semblez honnir le « relativisme » ; pour ma part je suis un vrai partisan du relativisme, seule barrière contre les dictatures et la bêtise (réfléchissez donc un peu à la part d’absolutisme de quelques dictatures meurtrières du siècle précédent, pureté raciale, etc.).
    Par exemple les vérités scientifiques – contrairement aux « vérités » révélées par les religions – sont provisoires, évolutives, révisables et réfutables. C’est parce qu’elles sont critiquables – donc relatives – qu’elles ne cessent de progresser et s’affiner. Imparfaites mais, dans leur mouvement, tendant vers la perfection. Alors que les « vérités » de la religion en restent pour toujours au niveau de la primitive pensée magique.

  • monhugo , 1 Oct 2013 à 15:41 @ 15 h 41 min

    Je ne parle jamais ni religion, ni morale. Vous avez au contraire une nette tendance à la “laïcitude” ambiante.
    Je hais le relativisme. Le relativisme, c’est tout (et n’importe quoi) vaut tout ! Le rap, ce n’est pas au même niveau que l’oeuvre de Jean-Sébastien Bach. Le roman de gare n’est pas non plus au même niveau que “la Comédie humaine”.
    2 partenaires sexuels du même sexe ne pouvant en aucun cas procréer ensemble, ce n’est pas pareil qu’un homme et une femme qui fondent une famille (mariés ensemble ou pas, d’ailleurs). Le droit pénal (qui ne parlant pas de telle ou telle paraphilie, la rend licite) ce n’est pas la même chose que le droit civil.

  • Dōseikekkon , 2 Oct 2013 à 2:37 @ 2 h 37 min

    monhugo : « Le relativisme, c’est tout (et n’importe quoi) vaut tout ! »

    Pas du tout !
    Le relativisme c’est le fait de ne reconnaître aucun absolu, et de professer que les connaissances et les valeurs sont relatives et discutables, pas qu’elles sont inexistantes.

    Ce que vous écrivez n’est que la caricature du relativisme.

  • Auditeur Libre , 2 Oct 2013 à 2:44 @ 2 h 44 min

    Tiens !
    Le clavier niais qui jappe , le JAPPO NIAIS, émarge ce soir aux frais de Tante Bergette …
    Elle-il se colle et se recolle des 5/5, sa prime de nuit en dépend …
    Minou, minou, minou, viens, viens … viens prendre ta pâtée…

Les commentaires sont fermés.