Les déboires d’Areva et d’Anne Lauvergeon

Le groupe public nucléaire Areva va mal. L’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé mardi « BBB- » contre « BBB+ » auparavant, en raison notamment de sa « très faible rentabilité ».

Anne Lauvergeon, ancienne présidente du directoire d’Areva, qui s’était « distinguée » en déclarant : « à compétences égales, eh bien désolée, on choisira (…) la femme, ou on choisira (…) autre chose que le mâle blanc pour être clair », a de nouveau affaire avec la justice. Cette fois, c’est elle qui porte plainte contre des écoutes illégales « faites par des agences d’intelligence privées suisses », alors qu’elle dirigeait encore le groupe Areva.

Autres articles