Suite au départ de Bruno Gollnisch, l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux (AEMN) a élu comme président le hongrois Béla Kovács

Depuis plusieurs années, une situation ambivalente existait au sein de la stratégie européenne du Front National. En effet, depuis son accession à la présidence de la formation politique en janvier 2011, Marine Le Pen s’est retirée de l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux présidée par… Bruno Gollnisch. L’AEMN compte notamment parmi ses membres le Jobbik hongrois, et a d’ailleurs été constituée le 23 octobre 2009 à Budapest.

La volonté de Marine Le Pen était en effet de s’éloigner de certains partis européens jugés trop radicaux et de poursuivre sa « dédiabolisation » à l’échelle européenne pour pouvoir se rapprocher plus nettement d’autres formations, principalement d’Europe de l’Ouest, comme le PVV néerlandais, ou la Ligue du Nord, jusqu’alors toujours assez réticents à une coopération avec le Front National.

Cette nouvelle alliance entre le FN, le Vlaams Belang, les Démocrates Suédois, la Ligue du Nord et le PVV a bon espoir de pouvoir constituer un groupe parlementaire après les élections européennes de mai 2014. La constitution d’un groupe est fondamentale pour disposer d’un temps de parole et d’action équitable au Parlement européen, Marine Le Pen rappelant qu’en tant que non-inscrite, elle est une « sous députée ».

Probablement par souci d’apaisement, Marine Le Pen avait laissé telle quelle la situation ambivalente se poursuivre jusqu’alors, puisque Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen continuaient d’être membres de l’association Alliance Européenne pour les Mouvements Nationaux. L’AEMN, qui est d’ailleurs une association de droit local alsacien-mosellan, n’a jamais été en mesure de constituer un groupe parlementaire au Parlement Européen, mais était parvenue à se faire reconnaître comme parti politique européen, et à recevoir quelques subsides de l’Union Européenne

Néanmoins, l’approche des prochaines échéances européennes rendait nécessaire la clarification du positionnement européen du FN, et Marine Le Pen a demandé à Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen de quitter l’AEMN en octobre 2013, qui se sont exécutés.

L’AEMN a donc élu un nouveau président, en la personne de Béla Kovács (photo), député européen du Jobbik.

Autres articles

8 Commentaires

  • Olizefly , 20 décembre 2013 @ 13 h 32 min

    Une très bonne nouvelle qui crédibilise les propos du FN en France.

  • monhugo , 20 décembre 2013 @ 16 h 10 min

    Il n’est pas interdit d’être stratège….

  • propatria , 21 décembre 2013 @ 9 h 21 min

    Qui n’est pas avec moi est contre moi….

  • remigius , 22 décembre 2013 @ 14 h 27 min

    Crédibilise ?? Je rêve ! MLP est une opportuniste, qui retourne sa veste quand ça l’arrange sur le moment : je me désolidarise de l’AEMN, mais je ne renie pas mon flirt avec les nazillons de Vienne … et je projette de créer un groupe parlementaire avec le FPÖ Autrichien (néonazi). Alors, toujours crédible, la fille à papa ?

  • Anti rats , 22 décembre 2013 @ 15 h 27 min

    Appel national et à toutes les catégories de la population : faites connaître autour de vous la date de la grande manifestation durant laquelle ça risque de vraiment péter pour ce système pourri et détestable. Retenez la date du 26 janvier ! Jour de colère. Un événement majeur qui cette fois ne fera pas la part belle aux ballons roses que le système aime bien. Il faut rendre conscient le petit bourgeois tranquille qui ose encore voter UMP et se dire catholique (l’incohérence est un sport politique). Il faut réveiller une France du pays qui est à bout, ces bonnets rouges qui préfèrent la fourche au ballon bleu, il faut que toutes les colères puissent s’exprimer de manière virulente pour faire plier les rats qui essayent de gouvernement la république mais n’aiment pas notre pays, alors bougez vous et surtout, mettez le politiquement correct à la poubelle ou restez au lit honteusement. La tiédeur ne fera jamais trembler un régime à bout de souffle. Il faut faire chauffer le fer pour anéantir les extrémistes, pour anéantir ceux qui détestent la famille, pour anéantir ceux qui n’aiment pas la France. La manif pour tous, main dans la main avec le Printemps Français, sera l’avant garde de la riposte.

  • louis , 22 décembre 2013 @ 16 h 23 min

    le FN n’est pas a une contradiction prés. Hier il serrait la main du fougueux dirigeant nationaliste ukrainien de Svoboda dans sa poursuite d’une vision politique d’Europe des nations, aujoud’hui il suit la ligne gaulliste Paris-berlin-moscou, une ligne dépassée qui nie l’indépendance des nations européennes et souveraines. Affligeant.

  • Cheshire , 23 décembre 2013 @ 15 h 03 min

    Excellent nouvelle ! Il fallait le faire dans la quête de respectabilité, sans cela ils pouvaient dire adieu au pouvoir !

    Cela nous rapprochera d’avantage du PVV et je suis soulagé que le FN s’éloigne de partis schizophrènes comme le Jobbik !

    Rappels : => Csanad Szegedi, ex-numéro deux du parti hongrois Jobbik, s’est converti au judaïsme. L’ancien militant d’extrême droite a profité de cette année pour faire le point et admettre qui il était: un Hongrois et un Juif. À présent, il pratique le Shabbat, se rend à la synagogue et apprend l’hébreu. Il s’est aussi initié au Talmud, l’un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique. Il essaie de suivre au quotidien les 613 commandements qui s’imposent à tout Juif orthodoxe. Il mange désormais casher, sans porc.

    => Gábor Vona, président de Jobbik, soutien la Turquie et l’Azerbaijan. Il affirme que Jobbik ne coopérera jamais avec aucune organisation nationaliste radicale occidentale qui considère que les Turcs et l’Islam sont les ennemis. Il a souligné à plusieurs reprises : l’islam est le dernier espoir de l’humanité dans les ténèbres du globalisme et du libéralisme. Gábor Vona a révélé que sa vie personnelle a été influencée par l’islam, qu’il a de nombreux amis et collègues musulmans et qu’un de ses témoins de mariage était un Palestinien.

Les commentaires sont fermés.