Suite au départ de Bruno Gollnisch, l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux (AEMN) a élu comme président le hongrois Béla Kovács

Depuis plusieurs années, une situation ambivalente existait au sein de la stratégie européenne du Front National. En effet, depuis son accession à la présidence de la formation politique en janvier 2011, Marine Le Pen s’est retirée de l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux présidée par… Bruno Gollnisch. L’AEMN compte notamment parmi ses membres le Jobbik hongrois, et a d’ailleurs été constituée le 23 octobre 2009 à Budapest.

La volonté de Marine Le Pen était en effet de s’éloigner de certains partis européens jugés trop radicaux et de poursuivre sa « dédiabolisation » à l’échelle européenne pour pouvoir se rapprocher plus nettement d’autres formations, principalement d’Europe de l’Ouest, comme le PVV néerlandais, ou la Ligue du Nord, jusqu’alors toujours assez réticents à une coopération avec le Front National.

Cette nouvelle alliance entre le FN, le Vlaams Belang, les Démocrates Suédois, la Ligue du Nord et le PVV a bon espoir de pouvoir constituer un groupe parlementaire après les élections européennes de mai 2014. La constitution d’un groupe est fondamentale pour disposer d’un temps de parole et d’action équitable au Parlement européen, Marine Le Pen rappelant qu’en tant que non-inscrite, elle est une « sous députée ».

Probablement par souci d’apaisement, Marine Le Pen avait laissé telle quelle la situation ambivalente se poursuivre jusqu’alors, puisque Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen continuaient d’être membres de l’association Alliance Européenne pour les Mouvements Nationaux. L’AEMN, qui est d’ailleurs une association de droit local alsacien-mosellan, n’a jamais été en mesure de constituer un groupe parlementaire au Parlement Européen, mais était parvenue à se faire reconnaître comme parti politique européen, et à recevoir quelques subsides de l’Union Européenne

Néanmoins, l’approche des prochaines échéances européennes rendait nécessaire la clarification du positionnement européen du FN, et Marine Le Pen a demandé à Bruno Gollnisch et Jean-Marie Le Pen de quitter l’AEMN en octobre 2013, qui se sont exécutés.

L’AEMN a donc élu un nouveau président, en la personne de Béla Kovács (photo), député européen du Jobbik.

Autres articles

8 Commentaires

  • dissident , 25 Déc 2013 à 21:53 @ 21 h 53 min

    si le FPO etait neo nazi comme vous l affirmez, il serait interdit en Autriche

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen