Suicide: Pour Christine Boutin la responsabilité «incombe en partie à François Hollande»

Contactée par Nouvelles de France, Christine Boutin a réagi au suicide de Dominique Venner. Elle s’est notamment déclarée « choquée par le drame qui vient de se produire ». La présidente du Parti-chrétien démocrate « espère que cet homme, qui ne croyait visiblement pas en Dieu, mais qui a choisi Notre Dame pour mettre fin à ses jours, s’est converti à la dernière seconde ». L’ancienne candidate à l’élection présidentielle y voit également « une responsabilité qui incombe en partie à François Hollande » car il a « participé avec la loi Taubira au déclin de la civilisation qui a conduit Dominique Venner à ce geste désespéré ». « Beaucoup de Français se sentent troublés aujourd’hui par cette perte de repères », conclut-elle.

Autres articles

24 Commentaires

  • Tarantik Yves , 24 Mai 2013 à 18:25 @ 18 h 25 min

    Holà… holà…Sentinelle, Dieu n’aurait pas besoin des incroyants dites vous ?
    Vous semblez très au fait des pensées de Dieu.
    Ou bien confondriez-vous vos certitudes avec la Pensée du Tout-Puissant ?
    Le Christ que vous mettez en avant est venu, sauf information de dernière heure que vous auriez déniché, pour racheter et sauver tous les hommes sauf (et encore c’est à vérifier) ceux qui le renient, et Dominique Venner ne l’a pas renié à ma connaissance.
    Quand au sacrifice expiatoire il l’a fait, et il l’a écrit lui-même pour sa Patrie Française et Européenne (Pas le machin bruxellois bien sûr…)
    Salutations distinguées.

  • Scott , 24 Mai 2013 à 18:30 @ 18 h 30 min

    Ce texte n’est pas de moi, hélas j’ignore quel est son auteur.
    Il explique de façon mystique le geste de VENNER, bien que pour ma part je pense que ce sacrifice aura été vain.

    Dominique Venner est mort,

    Dominique Venner s’est suicidé le 21 mai dernier vers 16H00 en la cathédrale notre Dame de Paris face au maître autel, c’est du moins la version officielle …

    Non, Dominique Venner ne s’est pas suicidé, il s’est sacrifié, c’est tout différent, il s’est sacrifié pour ouvrir une brèche dans le dispositif ennemi, comme l’avaient fait jadis les « héros à la perche de bambou », ces soldats japonais qui avaient accepté de mourir en se jetant dans le réseau barbelé des positions adverses avec pour seule arme une perche en bambou bourrée d’explosifs afin de dégager le passage des groupes d’assaut venant après eux.

    Bien entendu la brèche ouverte ici n’est pas physique, elle est du domaine de l’esprit, c’est pourquoi elle ne pourra être refermée, l’ennemi tire ses ultimes cartouches, d’où sa férocité, son arrogance, et en dernier ressort son ironie, masque ultime d’une trouille tout aussi diffuse que permanente. Tout cela sent la fin de règne, non pas celui du transparent personnage qui préside provisoirement aux destinées de la République, non il s’agit ici de la fin de la république elle-même dont les hypothétiques valeurs brandies à tout bout de champ démontrent chaque fois un peu plus qu’elles n’en sont pas. Et puis s’il s’était agi de la république il eut été plus convenable d’en finir au palais Bourbon ou au Panthéon mais Dominique Venner ne s’est pas trompé, il fallait s’immoler en un lieu conforme, et quel lieu est le plus sacré de notre patrie si ce n’est Notre dame, ce lieu vers lequel converge tout ce qui fait la France depuis les origines et qui en un cycle permanent le redistribue.

    Alors puisqu’il n’y a pas suicide mais sacrifice il n’y a point de blasphème, le sacrifice réconcilie. Si Dominique Venner s’était éloigné du Catholicisme s’est sans doute parce que ce dernier s’était déjà éloigné de lui-même, renonçant à l’Universel pour l’universalisme, oubliant l’avertissement de Saint Paul « que si quelqu’un n’a pas soin des siens, surtout de ceux de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu’un incroyant» et que l’Amour du prochain n’est pas conditionné par la haine de soi, tant il est vrai pour citer Chesterton que si « les idées modernes sont des idées chrétiennes devenues folles » elles le sont trop souvent devenues par l’intermédiaire d’un clergé dévoyé et complice. Ce qui importe au fond c’est que le choix de Notre Dame – mais s’agit-il d’un choix et cela pouvait-il se passer ailleurs – et le caractère intransigeant du personnage réconcilient nos racines gréco romaines et notre héritage chrétien et au delà un paganisme qui n’a pas su voir que sa seule synthèse possible était dans une catholicité véritablement intégrale et un christianisme qui n’a su que considérer l’erreur théologique du paganisme sans en considérer l’authentique religiosité. Dominique Venner a accompli un acte religieux dans le seul endroit possible, à la source.

    Pour le reste laissons de côté ceux qui ne voient pas l’utilité d’un tel acte, ou plus exactement sa « rentabilité », il faut comme l’enseigne l’Evangile « laisser les morts enterrer les morts », car Dominique Venner n’est pas mort, il est allé rejoindre les trois cent de Léonidas, les défenseurs du Fort Saint Elme, les soixante de Danjou et toutes ces poignées d’Européens, fameuses ou méconnues, qui ont un jour tenu la position jusqu’au bout afin de permettre l’écrasement final de l’ennemi … Quant à vous Notre Dame priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort et soyez notre témoin au jour où nous devrons nous présenter au Jugement, le seul qui vaille celui de Votre fils qui s’est sacrifié pour nous !

  • Thorondor75 , 24 Mai 2013 à 23:38 @ 23 h 38 min

    Ben voyons !
    Je ne suis pas du tout habitué à prendre la défense de Hollande, mais arrive un moment où faut pas déconner non plus !
    Alors il suffit que n’importe quel déséquilibré se suicide en France pour que Hollande soit responsable ?
    En plus, le suicidé en question était un fasciste notoire, ancien de l’OAS. Il n’a certainement pas attendu la loi Taubira pour estimer que la France était décadente, il devait déjà le penser quand l’Algérie est devenue indépendante… Vite ! Que quelqu’un déterre de Gaulle pour le traduire en justice, car il est “au moins en partie responsable” du déclin de la France, lui aussi !

Les commentaires sont fermés.