Affaire Leonarda : la nouvelle stratégie de sa famille pour revenir en France

Selon Valeurs actuelles à paraître jeudi, le père de Leonarda, la lycéenne d’origine rom qui avait été expulsée fin 2013, aurait pris le nom de famille croate de son frère pour faciliter le retour de sa famille en France. Comme l’explique Louis de Raguenel, rédacteur en chef du magazine, la Croatie a signé un accord avec l’UE qui stipule “que les ressortissants croates peuvent circuler librement au sein de l’Union européenne et de l’espace Schengen sans demande de visa préalable”…

Autres articles

10 Commentaires

  • Bernie , 21 Mai 2014 à 16:36 @ 16 h 36 min

    Eh zut !!! Cette sangsue va encore s’accrocher à notre argent. C’est tellement plus facile de toucher de l’argent sans rien faire. Marre de tous ces assistés qui viennent se servir !! La technique des médias de faire pleurer dans les chaumières ne marchera pas cette fois-ci.

  • Eric Martin , 21 Mai 2014 à 16:44 @ 16 h 44 min

    On peut même penser que cette polémique tombe au bon moment pour les patriotes. Le Gouvernement joue la fermeté (en paroles, hein, ne rêvons pas) afin d’éviter d’offrir sur un plateau 15 points de plus à Marine Le Pen et aux têtes de liste FN/RBM le week-end prochain.

  • Bernie , 21 Mai 2014 à 16:51 @ 16 h 51 min

    J’ai lu la réponse de Fabius à ce sujet sur le SB. Manifestement, il ne connait pas le droit de l’Union européenne car il veut interdire à cette famille de revenir en France malgré l’accord de libre circulation que vous venez de mentionner. Quel âne !!
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/05/affaire-leonarda-fabius-a-tort-parce-que-cest-leurope-et-puis-voil%C3%A0.html#comments

  • bribrilanarchistededroite , 21 Mai 2014 à 17:43 @ 17 h 43 min

    Il faudrait arrêter de comparer nos imbéciles de politiciens à des animaux, car ce n’est pas leur rendre honneur, aux animaux bien sûr, On pourrait dire que fabius à le cerveau d’un balai, quoique qu’avec le balai on peut nettoyer

  • monhugo , 21 Mai 2014 à 18:45 @ 18 h 45 min

    La Dibrani (la mère, 43 ans, je crois) est prête à vêler*. Munie d’un passeport croate, elle va pouvoir le faire dans notre beau pays – et, hop, un petit “Français” de plus. La natalité industrielle des romanichelles, leur permettant de toucher de quoi vivre sans rien faire dans des pays accueillants comme le nôtre, cela réjouit évidemment les “pro-vie” ?… Inconscients !
    * Pour la 8e fois, me semble-t-il.
    La tribu Dibrani est bien renseignée en tout cas – et vive l’UE-passoire ! On les fiche (enfin !) à la porte, ils reviennent par la fenêtre, quelques mois plus tard. Fabius nous amuse, avec sa fraude à la loi. Ou bien est-il prêt à donner les instructions qui s’imposent pour que ces chancres ne touchent RIEN en France, puisque fraudeurs ?

  • charles-de , 21 Mai 2014 à 19:19 @ 19 h 19 min

    Même si son frère est croate, ça ne veut pas dire qu’il l’est aussi !

    Quant à l’enfant, je me tue à répéter depuis des années qu’un “enfant qui naît en France de parents étrangers N’EST PAS FRANCAIS” !!! “Il PEUT demander la nationalité à ses 18 ans, à certaines conditions !!!

  • monhugo , 21 Mai 2014 à 19:57 @ 19 h 57 min

    Lu sur le blog d’Yves Daoudal :
    “La « tentative de fraude à la nationalité » n’a aucun sens pour des Tziganes, qui sont traditionnellement apatrides, surtout dans des pays qui étaient il y a peu la Yougoslavie. Il en est de même pour leurs patronymes. Il se trouve que si le père de Leonarda s’appelle Dibrani et est de nationalité « kosovare » (?), un oncle de Leonarda, frère de son père, est de nationalité croate et s’appelle Tahiri. Il n’y a aucune raison pour que le père de Leonarda ne s’appelle pas lui aussi Tahiri et qu’il ne soit pas lui aussi de nationalité croate… (Il vient d’ailleurs d’affirmer que Tahiri est le nom de son père et Dibrani le nom de sa mère).”
    Quelle bonne âme a su orienter les chancres Dibrani machin chose ?.. Beaucoup mieux qu’un recours devant les juridictions administratives françaises, cette nationalité croate.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen