Vocations : l’archidiocèse de Paris fait pâle figure comparé au diocèse de Fréjus-Toulon

L’Eglise catholique en France a beau ordonner en 2011 109 prêtres diocésains (contre 96 en 2010, 89 en 2009, 98 en 2008, 101 en 2007, 68 en 2006), la situation est très contrastée d’un diocèse à l’autre.

Le diocèse de Fréjus-Toulon voit sa politique d’accueil des petites communautés nouvelles récompensée avec 15 ordinations cette année. Et si 11 nouveaux prêtres viennent de ces communautés, comme le soulignent certains commentateurs pour expliquer “l’énigme de Toulon” et même (!) le porte-parole de la Conférence des évêques de France Mgr Podvin, 4 sont bels et bien originaires d’un diocèse historiquement marqué par l’anticléricalisme. Le siège de Toulon par les Révolutionnaires en 1793 ? L’insurrection de décembre 1851 contre le coup d’Etat de Charles Louis Napoléon Bonaparte (Napoléon III) et le rôle des sociétés secrètes dans celle-ci ? Le fait que le Var soit un bastion électoral des “Rad-soc” sous la IIIème République et un des premiers départements à connaître des saisies de biens ecclésiastiques en 1905 mais aussi, anecdote significative, le fait qu’on y trouve – ainsi que dans le Limousin – des églises avec, sur le fronton, la devise républicaine “Liberté, égalité, fraternité” gravée ? Ces données historiques ne sont pas rappelée par des médias, y compris catholiques, que le dynamisme de ce diocèse, à contre-courant de son histoire, semble déranger. Mgr Madec puis Mgr Rey sont, à vue humaine, les artisans de cette réussite…

A côté, l’archidiocèse de Paris fait pâle figure. 4 prêtres seulement y seront ordonnés en 2011, au profil pas franchement parisien puisque l’un est originaire d’Europe de l’Est où il a passé son enfance, l’autre d’Allemagne, l’autre du Gabon et le dernier… des Vosges. L’archidiocèse de Lyon n’est pas plus en forme avec une seule ordination au compteur cette année.

C’est bien sûr sans compter les ordinations dans le cadre d’instituts religieux, monastiques, missionnaires (Communauté Saint-Martin : 8 ordinations en 2011, Communauté du Chemin neuf : 5, etc) ou de communautés traditionalistes (Fraternité sacerdotale Saint-Pie X : 11 ordinations de Français en 2011). A noter que certains diocèses se signalent en 2011 par des statistiques honorables : Cahors voit cette année 4 ordinations (ça n’était pas arrivé depuis 1956 !), Bellay-Ars, 3, Vannes 2, Avignon 2, Ajaccio 2… Avec 5 Français ordonnés en 2011 (dont 2 à Versailles soit 2/5 des ordinations de ce diocèse), la Communauté de l’Emmanuel contribue à mettre un peu de sang neuf dans l’Eglise. Mais l’année 2012 s’annonce déjà beaucoup moins bonne avec 77 ordinations de prêtres diocésains dans toute la France.

Autres articles

2 Commentaires

  • pakito , 21 Juin 2011 à 16:26 @ 16 h 26 min

    Vous faites mention des ordinations effectuées par la fraternité sacerdotale Saint Pie X.
    cette fraternité ne fais pas partie de l’eglise catholique romaine actuellement donc ces ordinations ne doivent pas etre incorporés dans le calcul. En plus, ces ordinations sont illicites.
    Le Saint Siège l’a rappelé à de multiples reprises.

  • SAINT MARTIN Louis , 22 Juin 2011 à 9:09 @ 9 h 09 min

    Ce que dit Pakito est amusant car certains milieux religieux sont, bien au contraire, persuadés que ce sont les ordinations de prêtres et surtout d’évêques au sein de l’Eglise de Rome, qui sont invalides depuis quelques décennies.
    En fait depuis la réforme du rite de consécration des évêques. Car, toujours au dire de ces mêmes milieux (fort bien informés en la matière) nos évêques actuels auraient été privés d’éléments essentiels de la dite consécration, les excluant de facto la succession apostolique, sous prétexte de calquer ce rite sur celui de l’installation des patriarches orientaux. En oubliant au passage, que les patriarches sont déjà évêques et que le rite d’installation en tant de patriarches ou métropolites, ne reproduisant pas les gestes sacrés qui les avaient institués comme évêques, est impropre à consacrer nos propres évêques.
    Querelle d’experts ? peut-être. Mais si on évacue la nature surnaturelle des rites “qui reproduisent sur Terre ce qui se passe dans le Ciel”, on réduit ordinations et consécrations à d’aimables traditions folkloriques et on fait de l’Eglise une simple institution humaine en l’amputant de sa nature divine.
    Rappelons que Mgr Ratzinger a lui même été consacré à ce nouveau rite…..d’où le sédé-vacantisme de certains.

    De toutes façons, le Christ ne nous a-t-il pas affirmé que le jour de Son retour il n’y aurait pas un seul d’entre nous qui lui soit resté fidèle ?

    Alors, que la Fraternité fasse partie ou non de l’Eglise romaine actuellement, [j’aurais presque tendance à m’exprimer comme les “jeunes” d’aujourd’hui] : “on s’en tape !”.
    Au point où en est réduite la Chrétienté de nos jours (l’officielle surtout et en France surtout), on se fout de savoir qui est où, si je puis dire. Lorsque nous trouvons – et ils sont bien rares – de bons et de saints prêtres pour garder présente l’Eglise du Christ sur terre, des évêques véritables pour leur conférer l’ordination, on ne va pas s’amuser à leur demander à quelle tendance, chapelle, groupuscule, communauté ils appartiennent.

    Que Dieu nous vienne en aide

Les commentaires sont fermés.