57 % des Français contre la théorie du genre dans les établissements scolaires

Les Français s’opposent à ce que la théorie du genre soit enseignée dans les établissements scolaires. C’est ce que relève un sondage réalisé le 12 juin 2013 par l’IFOP pour l’UNI et l’observatoire de la théorie du genre.

57 % des Français se déclarent défavorables à ce que « la théorie du genre soit enseignée dans les établissements scolaires ». C’est un rejet très net qui se renforce encore en fonction du nombre d’enfants dans le foyer. 63 % des ménages ayant au moins deux enfants s’opposent à ce type d’enseignement. Sur cette question, le clivage politique est également très marqué. En effet, 66% des sympathisants de droite rejettent l’enseignement de la théorie du genre à l’école, contre 43% à gauche.

Éducation sexuelle dans les écoles primaires : les Français partagés et sans doute mal informés

Sur la question de l’éducation à la sexualité pour les élèves de 6 à 11 ans, les Français sont partagés. 49% y sont défavorables.

Une fois encore, le clivage est marqué selon l’opinion politique. À droite, ils ne sont que 42% à y être favorable, contre 67% à gauche.

Mais cette enquête révèle surtout que ce sont les 18-24 ans les plus défavorables au cours d’éducation sexuelle à l’école. 66% d’entre eux sont opposés à ce type d’enseignement, soit 17 points de plus que la moyenne des Français.

Le jugement tranché des 18-24 ans est très éclairant sur la qualité et l’intérêt de ce type d’enseignement. En effet, cette tranche d’âge s’exprime en connaissance de cause, ayant, pour une partie d’entre elle, subi ce type de cours.

Refus massif de la participation des associations LGBT aux cours d’éducation à la sexualité

65% des personnes interrogées se déclarent opposées à ce que des associations LGBT (Lesbiennes, Gay, Bisexuels, Transsexuels) puissent être associées à l’éducation à la sexualité dans les écoles. Cette proportion augmente encore chez les sympathisants de droite qui sont 78% à rejeter cette possibilité.

Au moment, où Vincent Peillon s’apprête à rendre public les conclusions du rapport de Michel Etcheyenne qui visaient, notamment à faciliter l’accès des associations LGBT aux établissements scolaires, l’observatoire de la théorie du genre espère que le ministre de l’Éducation nationale entendra le message des Français qui ne souhaitent pas que l’école soit instrumentalisée à des fins militantes.

Articles liés

37Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • mario , 21 juin 2013 @ 14 h 31 min

    57% : çà montre à certains que “le français moyen”, malgré son manque de jugeote, ne croit pas forcément tout ce que dit Pernault et compagnie… et surtout ce qu’il ne dit pas !

  • monhugo , 21 juin 2013 @ 14 h 38 min

    Est-ce surtout envisageable d’inscrire “l’éducation sexuelle” (permettant entre autres d’endoctriner sur le “genre”) au programme du…. primaire ??? Les élèves arriveront en 6ème bien formatés – dans le même temps, un peu plus illettrés encore qu’aujourd’hui ? Probable. Grave ? Pas pour le sieur Peillon, en tout cas.

  • J.75 , 21 juin 2013 @ 15 h 07 min

    Vous savez, quand on regarde le rapport de l’UNESCO, à cinq ans on doit connaître les rudiments de la masturbation et connaître à 10 ans ce qu’est le genre, l’homophobie et la transphobie. (rapport date de 2009 ou 2010 je crois) Ils citent-traduisent un article de Fox News où l’exaspération était conséquente concernant ce rapport.

    http://www.carevox.fr/enfants-ados/article/la-masturbation-a-cinq-ans

    Et puis désormais les enfants dès le collège en France sauront, notamment si “avaler en pratiquant la fellation fait grossir ou non”. Pierre Bergé finira par obtenir la gratuité des contraceptifs au collège…voire au primaire?!

    Les LGBT feront probablement au lycée des cours pratiques, par vidéos porno gay voire en direct eux-mêmes, des cours “comment réussir son rapport sexuel gay entre hommes” ou encore “le lesbianisme et le plaisir lesbien pour les nuls”. Sans oublier “osez la bisexualité”, “être hétéro c’est ringard, bourgeois, facho et réac”…

    La théorie du genre signifie en elle-même qu’il n’y a pas de différences sexuées innées, d’altérité ou même d’hétérosexualité: toute personne doit pouvoir se “sentir” le genre opposé voir de genres indéterminés (il y a plus de dix sept genres ai-je entendu), et découvrir de quelle sexualité ils sont (lesbienne, gay, bisexuel, queer, transgenre, asexué…hétérosexualité étant bien sûr bannie comme le catholicisme l’est de l’éducation idéale selon Peillon). La polysexualité sera donc un des axes principaux de ces cours. “Papa porte une robe”, les deux papas pingouins qui dansent etc…c’est au primaire, je vous laisse imaginer ce que ça donnera au lycée!!!

  • Sacha , 21 juin 2013 @ 15 h 11 min

    57% ???? MAIS CE N’EST PAS ASSEZ ! Cela signifie que les gens ne sont pas au courant de l’aspect parfaitement pervers de cette théorie !
    Il y a des arguments scientifiques pour la contester, et AUCUN argument scientifique pour l’avaliser. Cherchez dans la littérature sur la question, vous ne trouverez que des arguments idéologiques
    Tout cela se situe dans un plan plus vaste de subversion sociale, mené par des fous. Et je maintiens : par des FOUS, c’est-à-dire des gens souffrant de perversion ou, si l’on veut un terme plus moderne, d’ “altération”.
    Les politiques sont sourds à la raison : raison de plus pour ne plus leur faire confiance !

  • Marie Genko , 21 juin 2013 @ 15 h 15 min

    57% montre surtout que les Français sont mal informés.
    Car s’ils l’étaient ce serait sûrement 70% et peut-être même peut-être davantage de personnes qui protesteraient!

  • Sacha , 21 juin 2013 @ 15 h 16 min

    Le plus cons dans l’affaire est qu’il existe une sexualité infantile (déjà détectée à sa manière par Freud) mais qui n’a rien à voir avec la sexualité de l’adulte.
    Aussi tout cours d’ “éducation sexuelle” limité à la copulation est une pure connerie. Mais c’est comme ça : les idéologues pensent que les enfants sont de “petits hommes” alors ce que sont des “petits D’hommes” : ils ne peuvent pas même assimiler la question de la sexualité adulte.
    Bref, on leur bourre le mou, en espérant que ça va apporter de l’eau au moulin des pervers.

  • Sacha , 21 juin 2013 @ 15 h 20 min

    Parfaitement d’accord, et en accord avec ce que je viens de dire !
    Mais l’ÉduNat est perverse, on oublie de dire aux parents que l’on procède à de l’expérimentation in vivo sur l’humain, sans aucune raison scientifique, sans barrières éthiques, sans autorisation.
    Comment ça s’appelle, déjà celle manière de procéder ? Du nazisme ? Du communisme ? Ou les deux ?

Les commentaires sont clôturés.