Alliance General Motors – PSA Peugeot-Citroën : le décryptage de Nicolas Doze

Objectifs de ce rapprochement entre les groupes PSA et GM, pour le Français : “sortir de l’isolement, retourner sur le sol américain mais également se renforcer en Amérique latine, se renforcer en Asie et gagner le marché indien et puis profiter aussi du positionnement d’Opel, la filiale européenne de GM”. Sur BFM TV, Nicolas Doze en profite pour juger “pas très normal de voir que c’est un ministre (Xavier Bertrand, en charge du Travail, de l’Emploi et de la Santé, ndlr) qui confirme une rumeur concernant des entreprises privées”. “Il y a deux risques”, explique le chroniqueur : “qu’on ait un mariage au profit de l’Américain”, “deux fois plus gros” que le Français, et “une très forte casse sociale en Europe”.

Autres articles

1 Commentaire

  • Tintin , 22 Fév 2012 à 23:02 @ 23 h 02 min

    PSA comme Renault ou GM sont sous-robotisés, leur technologie est obsolète (pas d’hybride, des moteurs qui consomment trop etc.) et leurs équipes d’ingénieurs n’ont rien inventé de sérieux depuis le moteur diesel !

    Par ailleurs c’est maintenant la fin du pétrole, la fin des moteurs à essence, nous entrons dans l’age de l’électricité… ce que ces boites n’ont toujours pas compris contrairement aux Coréens… qui déjà dominent le marché aux USA !

    Ces boites feront donc probablement faillite à moyen ou court terme, comme GM que Obama a renfloué avec nos impôts, car la robotisation met fin au taylorisme, ce que ces entreprises n’ont pas compris…

Les commentaires sont fermés.