Emmanuel Lechypre donne une leçon d’économie à Nicolas Bay (FN)

La loi de 1973, dite aussi loi Pompidou-Giscard-Rotschild, a été faite pour que l’État n’utilise plus la planche à billets à fond les rotatives, ce qui, l’Histoire l’a montré, mène toujours à la catastrophe. Elle ne lui interdit même pas d’emprunter à la Banque de France, elle interdit seulement au Parlement de prendre l’initiative de cette mesure, entre autres.

Pédagogue, Emmanuel Lechypre explique le 14 octobre 2013 sur BFM Business les raisons de cette loi à Nicolas Bay, secrétaire général adjoint du Front national, très hésitant en matière d’économie, et accuse en conclusion tous les politiques de mentir comme des arracheurs de dents.

Articles liés

4Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Nicolas , 24 octobre 2013 @ 12 h 14 min

    Lechypre est un golem du pouvoir banquier et sa «leçon» le trahit.
    L’incitation à la rigueur budgétaire par le renchérissement du coût de l’emprunt de l’Etat est une fumisterie! Les établissements prêteurs n’avaient aucun “intérêt” à voir les budgets des Etats à l’équilibre! Comment se seraient-ils enrichis?
    Et l’argument selon lequel l’externalisation de l’emprunt constitue un outil de maitrise de l’inflation est un piège à cons! L’externalisation de l’emprunt a transformé l’inflation en dette (dette que les français (lesquels?) devront payer d’une manière ou d’une autre et qui “corrigera” brutalement à la baisse la valeur de leur patrimoine, correction que l’inflation réalise de façon “naturelle” et plus douce dans une économie de marché saine). Cette loi de 1973 (article 25), reprise par l’idéologie ultra-libérale qui gouverne les institutions européennes, a eu pour effets de favoriser l’économie de rente et de permettre, en transformant l’inflation en dette, aux gouvernements successifs depuis 1973 (davantage depuis 1983) de laisser “filer” les comptes de la nation…c’est-à-dire l’effet contraire escompté.
    Ce Lechypre agite la “planche à billet” comme un chiffon rouge mais il oublie de préciser que l’emprunt d’Etat sur les marchés financiers constitue, au même titre que sa “planche à billet”, une création monétaire (monnaie de crédit, scripturale certes, mais avec un effet retardateur explosif). 2012: les français ont payé près de 50 milliards d’intérêts d’emprunt aux banques! 50 milliards! Lechypre et consorts objecteront que la réduction de l’endettement de la France à la Loi de 1973 obère son caractère mutlifactoriel. Certes. Mais, si l’externalisation de l’emprunt n’est pas la seule cause de la dette, elle en est une, et l’originelle sinon la principale. Et si l’abandon de cette mesure scélérate qui restituera à la France sa souveraineté monétaire n’est pas une condition suffisante à son redressement économique, il n’en reste pas moins une condition NECESSAIRE.
    Sans souveraineté monétaire (et budgétaire), la France est un canard sans tête et qui va finir en confit dans l’assiette de l’oligarchie financière mondiale!
    Lechypre, inutile de te fatiguer, ton baratin ne passe plus!
    Lechypre, la Loi de 1973 est une forfaiture et les Français le savent!
    Et ils savent, en conséquence, que leurs élites politique et intellectuelle les ont trahis!
    Qui vivra verra.

  • titoux , 25 octobre 2013 @ 12 h 22 min

    Lechypre a oublie de mentionner que les etats unis, le Japon, et la Grande Bretagne utilise la planche a billets, inondent le monde de Dollars,que ce monsieur arrête de faire de la désinformation, les Francais ne mordent plus a ces mensonges.

  • Eric Martin , 25 octobre 2013 @ 12 h 40 min

    C’est même ce qui risque de causer la crise économique la plus grave de l’Histoire !

  • In Vino Veritas , 25 octobre 2013 @ 18 h 24 min

    Pas faux, mais il en manque
    VGE a admis sur son blog qu’il voulait aussi créer un marché internationale de la dette.
    Et il manque aussi la contrepartie: lorsqu’il n’y a que des dettes non-remboursables, on fait quoi?

Les commentaires sont clôturés.