EXCLUSIF ! Mis en cause dans Têtu, Vanneste répond à Sarkozy

Tribune libre de Christian Vanneste* pour Nouvelles de France

Le Président de la République, candidat à une éventuelle réélection a cru devoir s’exprimer dans une revue liée au groupe de pression homosexuel, Têtu. On ne peut lire ses propos qu’avec la plus grande réserve. Est-ce à un Président de la République de définir les limites du pêché et de laisser entendre que le Saint-Père et l’Église ont évolué à ce sujet ? Non, depuis Saint Augustin, les catholiques condamnent le péché et aiment le pêcheur, et la laïcité même positive devrait inciter à plus de retenue.

Plus surprenante est l’utilisation des mots d’identité et de communauté à propos de sexualité. Pour le Président de la République française, il ne devrait y avoir qu’une seule communauté, celle des citoyens, la communauté nationale et il a été bien mieux inspiré lorsqu’il a montré que les enfants juifs assassinés à Toulouse étaient « nos » enfants, avant tout des membres de cette communauté nationale blessée par les sept assassinats. L’homosexualité est diverse, elle appartient à la sphère privée et même intime et dans cette mesure doit être respectée. Elle ne saurait s’identifier à un groupe revendicatif et peu représentatif.

Plus inquiétant encore est ce jeu politique qui consiste à s’adresser aux lecteurs conservateurs du Figaro Magazine en leur disant qu’on est hostile au mariage entre personnes de même sexe, et à ceux de Têtu en affirmant au contraire qu’on veut une cérémonie à la mairie pour le PaCS, et en se vantant d’avoir déjà supprimé ses différences fiscales et sociales d’avec le mariage. Pour le reste les mentalités évolueront, d’ailleurs le Président-Candidat y contribue, souligne-t-il.

Enfin, Monsieur le Président de la République qui n’est pas, dit-il, le candidat de l’UMP se félicite d’avoir obtenu mon exclusion de l’UMP. Outre l’inélégance à l’encontre d’un de ses plus fidèles soutiens, cette déclaration est d’une particulière gravité. Elle repose sur une intolérance dont je ne le pensais pas capable. Rien dans les statuts de l’UMP n’oblige à accepter l’institutionnalisation des relations homosexuelles, fût-ce à travers cette union avec répudiation par lettre recommandée qu’est le PaCS à laquelle nombre de ses membres se sont opposés. Monsieur le Président, la liberté de pensée est un principe constitutionnel fondamental dans la République, et qui devrait être particulièrement respecté dans un parti libéral. Serge Klarsfeld avait d’ailleurs considéré l’hypothèse de mon exclusion pour avoir rappelé un fait historique comme ridicule. Quant à mes amis Brigitte Barèges et Jacques Myard, ils se sont exprimés avec plus de vigueur que moi sur le même sujet. Pour conclure, j’aurais aimé que toutes les questions auxquelles j’ai attaché beaucoup plus d’importance dans mon travail parlementaire attirent davantage l’attention du Président de la République. Lors de ma dernière visite à l’Elysée, je lui parlais pour la troisième fois de la TVA sociale, en regrettant que sa proposition dans ce domaine soit dans le registre du trop peu et du trop tard.

*Christian Vanneste est député UMP du Nord.

Autres articles

2 Commentaires

  • Marion Flonte , 23 Mar 2012 à 19:10 @ 19 h 10 min

    Excellente tribune ! Il y a vraiment un fossé entre les élus de la droite conservatrice (qui étaient majoritaire au RPR) et les hauts responsables de l’UMP (Sarkozy, Bertrand, Copé…) qui draguent dans Tétu par exemple. Ce fossé, il se creuse mois après mois depuis 2007… d’une part avec un grand nombre d’élus et la direction de l’UMP mais surtout, entre le “peuple de droite” et l’UMP.
    2012 sera peut-être l’année durant laquelle les électeurs de droite vont (enfin ?) se rendre compte que l’UMP n’est plus vraiment ou osons le dire, plus un véritable “parti de droite”.
    Une recomposition de la droite et de la droite nationale se dessine. Enfin.

  • Roman Bernard , 23 Mar 2012 à 23:37 @ 23 h 37 min

    Bon, donc un nouvel élément pour se convaincre qu’il ne faut pas voter pour Sarkozy…

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France