“Planète Stars”, le magazine qui propose du porno et des rencontres gays à vos enfants

Une maman témoigne :

“Vous connaissez Planète Stars ? C’est un de ces magazines « pré-féminins », qui cible les gamines entre 9 et 14 ans, en gros. Très people, très froufrous, très potins de stars version Disney Channel, avec des couleurs pastels,  du rose fuchsia, et des posters détachables de héros de séries ou de chanteurs, en mode teenagers romantiques…

C’est le genre de magazine qu’on peut parfois acheter, avec réticence, à nos gosses, vu qu’entre 4 et 6 € le numéro on trouve ça cher et surtout bien concon, mais on cède parce qu’une fois de temps en temps, allez, c’est pas si grave. Et même si on trouve le contenu pas futé, ultra formaté et bien trop pailleté, on se dit que bon, après tout. Ok, prends-le. Mais c’est exceptionnel hein, tu n’en auras pas d’autre avant le mois prochain, d’accord ?

Pas de quoi s’affoler, donc, quand on est mère d’une gamine qui insiste avec des yeux pleins d’étoiles pour avoir ABSOLUMENT ce SUPER numéro de Planète Stars consacré à Violetta, l’héroïne de sa série PRÉFÉRÉE, steuplé maman, alleeeeez, steuplé, j’adore trop Violetta, dis-oui maman, c’est oui ? Oui ? J’t’adoooooooore merciiiiiiii c’est trop trop cool.

En revanche, quand la gosse revient avec le magazine dans la main, un peu après, en disant : « M’man, y a des trucs bizarres dans mon magazine », et que la mère découvre, sidérée, que les annonces publicitaires insérées en pleine page dans le magazine proposent aux petites lectrices d’envoyer un sms à un numéro de 6 chiffres pour que des femmes « très chaudes » te punissent à grand renfort de « cuir et de latex », il y a de quoi collapser légèrement. Idem pour la promesse dénudée de la part de ces femmes qui « te font la totale ».

Et quand la mère regarde de plus près, et constate que ce n’est ni une erreur, ni un dérapage de l’imprimeur, mais une véritable insertion multiple d’annonces pornographiques (avec l’avertissement indiquant aux mineurs qu’il faut demander la permission des parents, ce qui semble raisonnable quand il s’agit, alors qu’on a 10 ans, de se faire sexuellement châtier par une dominatrice armée d’un fouet), on peut comprendre qu’elle se sente légèrement crispée.

(…) Frédéric Truskolaski a donc fait très fort : éditer un magazine pour enfants en y collant des annonces pornos, vraiment, il fallait oser.

Pour jeter un œil, on peut cliquer ici, là et là.

Frédéric Truskolaski commence à être connu sur la toile : rémunération non déclarée, stagiaires utilisés en lieu et place des salariés, manœuvres d’intimidation sous forme de menaces, création « compulsive » de magazines avec des méthodes relevant de l’arnaque comptable, salariale et déontologique

Autres articles

11 Commentaires

  • eric-p , 23 Mar 2014 à 16:38 @ 16 h 38 min

    Bien vu !
    Ceci dit, TOUTES CES REVUES POUR PISSEUSES DONNENT DES “CONSEILS” DU MÊME
    GENRE (sans jeu de mots !) depuis très longtemps.
    C’est exactement un parfait outil de propagande pour lessiver et broyer les consciences des adolescents en construction et en faire des esclaves de la société de consommation dont ils seront évidemment les premières victimes.

    Toutes ces revues méritent non pas le Karcher mais le lance-flamme !

  • eric-p , 23 Mar 2014 à 16:46 @ 16 h 46 min

    Encore un commentaire.
    Les dérives pornographiques ne concernent hélas pas seulement la presse-pisseuses
    mais aussi la presse “BCBG”:

    -Libération fait la promotion de Marcela Iacub et sa “littérature” nauséabonde (et implicitement
    son “idéologie” insupportable).

    -Le Figaro fait la promotion d’un certain James Deen, acteur porno, qui chercherait à investir le cinéma “classique” et qui serait selon le journal la coqueluche des adolescentes !
    On croit rêver en lisant celà…

  • Goupille , 23 Mar 2014 à 19:45 @ 19 h 45 min

    Au lieu de constater et de vous lamenter, agissez. Il y a des lois contre cela.

    Et les parents servent à canaliser les dérives vers la connerie pure de leurs enfants, non ? Ce genre de bloc de vulgarité, forme et fond confondus, ne devrait jamais passer le seuil d’une famille normalement constituées.

    Si vos gamines ont envie d’acheter ces poubelles, c’est que vous n’avez pas fait votre travail d’éducateur, de transmetteur et de compensateur de la crétinisation EdNato-médiatique.

    Over.

  • Gisèle , 23 Mar 2014 à 21:25 @ 21 h 25 min

    Quand j’étais jeunes je lisais : Ame vaillante !
    Les parents sont en train de construire la société de demain ….
    Heureusement que je ne serai plus là pour y vivre !

  • synok , 24 Mar 2014 à 9:40 @ 9 h 40 min

    Voir aussi la banalisation des situations dans les toilettes et sur les toilettes …sur des accessoires vestimentaires , dans des series TV ,
    Pour ceux qui ont connu les toilettes publiques soviétiques dans les gares par exemple … ça rappelle de drôles de souvenirs dans un pays où la liberté individuelle est reine …
    Mais dans cette situation les soviétiques eux savaient se comporter dignement…

  • j.Elsé , 24 Mar 2014 à 10:12 @ 10 h 12 min

    Eric-p : il n’y a pas que les revues qui mériteraient le lance-flamme… Et tant pis pour les écolos qui vont encore hurler que les réacs que nous sommes veulent polluer l’atmosphère ce qui est, à leurs yeux, plus grave que de polluer les esprits des gamins !

  • delenne sylvain , 24 Mar 2014 à 10:28 @ 10 h 28 min

    il existe des associations de consommateurs , qui peuvent au nom de la collectivitée portée plainte contre se magazine . Et je vous y invitée à leurs écrire pour ça , afin de faire interdire cette publication.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen