L’intervention française en Libye fait des dégâts colatéraux jusqu’à Saint-Nazaire

Selon Ouest-France, il a été décidé mercredi en comité d’entreprise des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire (filiale de STX France Cruise, elle-même filiale de l’entreprise sud-coréenne STX Shipbuilding Group) de rompre le contrat qui les liait à l’armateur libyen GNMTC pour la construction d’un paquebot de 333 m. Raison invoquée : le défaut de paiement. “Un premier acompte avait déjà été versé par le commanditaire, mais le second, qui devait intervenir le 15 mai, n’était toujours pas parvenu” écrit le quotidien qui cite la CGT : « cette annonce était à craindre compte tenu du contexte politique et de la guerre qui se déroule en Libye contre le régime de Kadhafi ».

La construction, avancée à 40 % selon la CGT, se poursuit néanmoins, de même que la recherche d’un nouveau client. L’Italien MSC a notamment été approché…

Autres articles

Memoires Jean-Marie Le Pen