Violences sur l’A1 : l’État n’a toujours pas porté plainte…

Les violences à Moirans par des membres de la communauté du voyage rappellent celles de fin août dernier sur l’autoroute A1. Presque deux mois plus tard, l’État n’a toujours pas porté plainte. Seule la société d’autoroute Sanef a saisi la Justice. Claude Bartolone avait pourtant affirmé que l’État devait le faire. “Il ne peut pas y avoir le moindre message de laxisme. L’État républicain, c’est un certain nombre de règles. Le jour où l’on donne l’impression que l’on cède simplement à la violence et à la manifestation, c’est un mauvais signal”, avait jugé le président de l’Assemblée nationale :

Articles liés

27Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • tartemuche , 23 octobre 2015 @ 8 h 04 min

    l’état ? quel état ?

  • ranguin , 23 octobre 2015 @ 8 h 19 min

    Pour avoir un état, il faut qu’il y ait un gouvernement qui tient la route !

  • Trahi , 23 octobre 2015 @ 8 h 45 min

    L’état s’occupe pour l’instant de l’autoroute de la MISERE, avec son cortège d’immigrés, de gens du voyage, de chomeurs, de sans papier, d’illégaux, des camps de manants, en TAXANT au MAXIMUM ceux qui ont encore quelques ressources pour vivre.
    Et surtout, l’état, son président en tête suivi de son premier ministre SONT EN CAMPAGNE ELECTORALE, pour essayer de refaire 5 années suplémentaires afin de finir leur oeuvre de destruction du pays et l’élimination du PEUPLE de souche.

  • Trahi , 23 octobre 2015 @ 8 h 48 min

    Voilà les vraies raisons du refus de Marine Lepen. Un débat supplémentaire imposé par Sarkozy et Cambadelli

    Monsieur Pujadas, on ne m’impose rien

    Je ne me rendrai pas ce soir à cette mascarade qu’est devenue depuis quelques heures l’émission de M. Pujadas « Des paroles et des actes ».

    En effet, alors que M. Pujadas et son équipe ont lourdement insisté pour que j’accepte leur invitation, et que la structure de l’émission était calée, comme c’est la tradition, depuis déjà plusieurs jours, un mail adressé à mon attaché de presse à 23h40 cette nuit nous apprenait que, se soumettant aux exigences posées hier par MM. Cambadélis et Sarkozy, M. Pujadas rallongeait l’émission (déjà très longue) d’un débat sur les régionales de 45 minutes avec MM. Bertrand et de Saintignon, excluant d’ailleurs sans raison les autres candidats à cette élection.

    Confrontée à cette méthode cavalière et méprisante, j’ai dans un esprit de conciliation proposé alors que ce débat régional se substitue au débat politique déjà prévu avec les représentants de l’UDI et du PS.
    Avec une arrogance inouïe, M. Pujadas a cru pouvoir, pour la deuxième fois, me mettre devant le fait accompli, ce qu’il a admis lui-même ne jamais faire pour les autres responsables politiques.

    Parce que je représente des millions d’électeurs français qui ont droit à la considération et au respect du service public, à moi, M. Pujadas, on n’impose rien. Surtout quand ces changements de dernière minute visent à obéir aux caprices du système UMPS, système qui n’a pourtant pas à se plaindre, trustant déjà près de 95% du temps d’antenne politique dans le pays.

    Il me tarde plus que jamais de débattre avec tous ceux qui le voudront bien, et d’abord avec mes adversaires aux élections régionales en Picardie-Nord-Pas-de-Calais, mais dans des conditions plus sereines et sur d’autres plateaux, comme c’est déjà prévu très prochainement.
    L’amateurisme et la servilité de M. Pujadas ont transformé aujourd’hui l’organisation de cette émission en véritable pantalonnade. Y participer dans ces conditions serait indigne du respect dû aux Français, décidément mal traités par leur service public de télévision qu’ils financent pourtant par leurs impôts.
    Je me tiens à la disposition des trois Français initialement invités à me questionner et à qui M. Pujadas comptait désormais royalement accorder 5 minutes de débat chacun, pour répondre à leurs légitimes préoccupations.

    Se faire respecter est le début de la reconquête démocratique par le peuple français.

  • Paul-Emic , 23 octobre 2015 @ 8 h 57 min

    faible avec les forts et fort avec les faibles une routine qui ne se dément pas avec pour conséquence de porter à situation de force des moins que rien.

  • pauledesbaux , 23 octobre 2015 @ 9 h 11 min

    Notre Marine a eu vraiment raison de ne pas donner dans le panneau de la collusion (encore une) entre le PS de karambadélice et le RL sarkozizi, y en marre des caprices de cette fange de bons à rien qui sont entrain de couler NOTRE FRANCE en invectivant la SEULE qui ait du respect pour notre PATRIE NOTRE DRAPEAU ET NOS VALEURS JUDEO CHRETIENNES ET DE CULTURE GRECO LATINES encore un ppeu plus d’un mois et NOUS SERONS FIXES youpi…..BRAVO MARINE

  • Marino , 23 octobre 2015 @ 9 h 12 min

    @ Trahi :
    Et à la fin le vainqueur se nomme… Marine Le Pen.
    Si elle est critiquée aussi bien à gauche qu’à droite pour son “manque de courage”, ces proches et partisans saluent une très bonne décision.

    Rarement en tous cas, la préparation d’une émission de télévision n’aura été aussi revue et corrigée par le manque de professionnalisme de ce journaliste.
    Il aurait du maintenir le concept initial et ne pas se laisser dicter les règles par les caprices de l’UMPS

Les commentaires sont clôturés.