Nicolas Doze : le salaire minimum en Allemagne ne sera pas le Smic français

Angela Merkel va (très probablement) mettre en place un salaire minimum en Allemagne, mais contrairement au Smic français, ce ne sera pas un outil de clientélisme, explique Nicolas Doze vendredi sur BFM TV. Ce salaire minimum sera fixé par les partenaires sociaux par branche et par région, ce ne sera pas un salaire minimum universel allemand. Le salaire minimum étant une machine à créer du chômage, les travailleurs sans qualification auront un accès au marché du travail plus compliqué mais Angela Merkel va ainsi faire taire tous ceux qui lui demandent de changer le modèle allemand.

Autres articles

6 Commentaires

  • xrayzoulou , 23 Nov 2013 à 12:26 @ 12 h 26 min

    Le SMIC est peut-être une solution, mais, il faudrait que les gens qui font l’effort de se lever, d’aller travailler, parfois dans des métiers pénibles, doivent gagner un peu plus. que les chômeurs qui cherche du travail, toucher plus les encourageraient à trouver du travail, car en France, beaucoup d’entrepreneurs embaucheraient, mais pour cela il ne faudrait pas les écraser de taxes en tout genre. Quand le grand Zéro parle de mettre les impôts à plat. Il faudrait tout remettre à plat : il y a beaucoup de boulot à faire pour cela, ils préfèrent faire des replâtrages qui coûtent beaucoup plus cher aux contribuables (pas à eux parce qu’ils s’exonèrent de pas mal de taxes et de l’ISF en magouillant).

  • Bernard , 23 Nov 2013 à 13:22 @ 13 h 22 min

    Ceux qui travaillent doivent TOUCHER PLUS que les autres qui vivent à nos crochets !
    La France creuse le trou car celui qui – dans les mêmes conditions – travaille gagne finalement beaucoup moins que le faineant, le fatigué, qui VOLE le Société !

    Ou doit on attribuer un revenu de base, UNIQUE pour tous !
    Les francisés se servent de la CPAM et s’enrichir sur la CPAM – voir les détournements –

    Ces vols, ENORMES, sont masqués volontairement !
    Mais NOUS devrons payer ceux ci, NOUS Français !!

  • christiane , 23 Nov 2013 à 16:26 @ 16 h 26 min

    En France, le social est utilisé comme un instrument de racolage pour les partis de gauche, cet esprit malfaisant a gagné les partis soit-disant de droite. C’est tout le système qui est à mettre à plat et à revoir. Pourquoi devons-nous entretenir 500 sénateurs + 39 ministres + les anciens présidents. Quel pays au monde a autant de parasites improductifs ~~ si ce n’est qu’ils passent leur temps à nous pondre des lois aussi nuisibles qu’inutiles ~~ Sans parler des associations qui nous coûtent la peau des fesses et dont on se passerait bien volontiers; les syndicats comme la CGT, FO, CFDT qui n’ont pas empêché la ruine de nos entreprises, de notre artisanat, de notre agriculture ont fait la preuve de leur inhabilité à pourvoir au bien public; ces syndicats doivent disparaître pour laisser la place à une auto-gestion des entreprises. Les charges sociales doivent être allégées au moins de 50% et l’impôt sur le revenu doit disparaître. C’est réellement la volonté d’ancrage d’un nouveau système qui redonnera à notre pays le coup d’envoi nécessaire à sa renaissance. Il ne faut pas compter sur les indécrottables de
    l’ UMPS pour donner le coup d’envoi, eux s’accrochent les yeux fermés et les oreilles bouchées au système en voie de disparition qui les précipitera da

  • christiane , 23 Nov 2013 à 16:27 @ 16 h 27 min

    qui les précipitera dans l’oubli pour notre bonheur à tous.

  • Catoneo , 24 Nov 2013 à 15:08 @ 15 h 08 min

    Cette réforme est impossible, et vous le savez bien.
    Georges Pompidou, premier ministre, disait à ceux qui réclamaient une modernisation de la société qu’il n’était possible en France de réformer qu’à chaud !
    Mai 68 arriva qui lui donna raison. Sans doute était-il alors le seul homme politique à Paris à être mentalement préparé à réformer pendant l’incendie.

    Les réformes Hartz sont inimaginables en France, et les palinodies de l’équipe aux affaires courantes n’amusent personne, ni ici, ni au-dehors où ils passent pour des “archéo-socialistes” échappés de la crypte marxiste. Sorte de morts-vivants !
    Serons-nous forcés au pire par les marchés comme l’Espagne ou la Grèce est une question terrible, car nos voisins ne seront pas capables de nous envoyer les bouées que ces deux pays reçurent. La baleine crevée France est trop grosse !

  • MarcS , 25 Nov 2013 à 9:07 @ 9 h 07 min

    Bravo Christine. Tout ce que vous dites est très juste.
    Je modifierais toute fois lorsque vous dites “les syndicats comme la CGT, FO, CFDT qui n’ont pas empêché la ruine de nos entreprises ….” par “”les syndicats comme la CGT, FO, CFDT qui ont provoqué la ruine de nos entreprises ….” (cf : Manufrance, Lip, Le France, Goodyear et bien d’autres….)
    J’ajouterais également : le jour où les parlementaires et d’une manière générale tous les élus de la répoublique accepteront de réduire d’une manière très significative leurs émoluments ( au moins de 30 voire 50 % , ce qui leur laisserait encore très largement de quoi vivre) alors à cette condition seulement, ils pourront faire accepter les mesures drastiques et les sacrifices inévitables qui attendent le peuple français.
    L’exemple doit venir d’en haut pour être suivi….
    Ne pas oublier que lors de la guerre 14/18, les officiers partaient à l’assaut en tête, c’était la garantie d’être suivis et que de Gaulle payait sur ses propres deniers, sa nourriture, son eau électricité téléphone personnels…. (n’est-ce pas M. flamby ???)

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen