Iran : le modèle chinois, alternative à la théocratie ?

Dans Le Figaro de jeudi 24 février, Michel Makinsky, chargé d’enseignement à l’ESCEM de Poitiers, écrit :

Téhéran n’est ni Le Caire ni Tunis : le peuple ne sera pas écouté. Mais des militaires conservateurs “pragmatiques” rêvent d’un “modèle chinois” (compromis avec Washington, fermeté intérieure).

Articles liés