Gazage, charge de CRS et détermination des jeunes manifestants : L’esplanade des Invalides comme si vous y étiez

Il est minuit dix au moment où cet article est rédigé place des Invalides. Si d’un côté environ 1000 jeunes veillent paisiblement, 1500 autres font face à environ quelques 400 CRS (ils étaient 22×70, soit 1540 policiers et gendarmes mobilisés cette nuit-là selon une source policière). La moitié des manifestants est encerclée entre la rue de l’université et l’esplanade des Invalides. Scandant des slogans tels que « Taubira casse-toi ! », « Hollande ta loi on en veut pas ! » ou encore « Nous sommes le peuple ! », ces jeunes ont le plus souvent, des mines d’étudiants bien élevés, quoique certains soient un peu plus rugueux que d’autres. On note quelques jets de pétards et de bouteilles mais surtout une grande détermination dans le regard de cette jeunesse qui bat le pavé.

Face aux CRS qui alternent charges et gazages, les jeunes, plus nombreux et plus motivés qu’à l’accoutumée reculent mais de quelques mètres seulement avant de faire demi-tour. Et cette « Valls » dure de 22h30 à minuit. Les manifestants, ulcérés par le passage en force du gouvernement malgré les mobilisations massives contre le projet de loi, sur le « mariage » homosexuel, crient leur colère et ne désarment pas. Vers 23h45, un impressionnant cordon de CRS encercle environ 700 jeunes rue de l’université, tout en étant eux-mêmes encerclés par 700 autres jeunes. Les policiers en civils ont sorti leurs brassards, casques de moto et matraques télescopiques. Le ratissage semble imminent. Toutefois les CRS pris en sandwich entre 1500 manifestants ont du mal à contenir la foule qui se fait de plus en plus pressante. Solidaires entre eux, les jeunes ne s’en laissent pas compter. Juste avant le ratissage prévu, les manifestants de l’esplanade viennent en aide à ceux de la rue de l’université. La tension atteint son paroxysme. Sous la pression le cordon cède,  des CRS sont à terre et une partie des manifestants bloqués rejoint l’esplanade. Quelques minutes plus tard, le scénario se répète. Cette fois-ci les policiers font un usage très large de gaz lacrymogènes et chargent. J’en reçois une bouffée et suis contraint d’attendre quelques minutes que l’effet de celui-ci se dissipe. Cela n’a pas empêché les manifestants de casser le cordon de CRS et, pour la plupart, de réaliser une jonction sur l’esplanade.

Vers 00h30, la situation est la suivante : le millier de veilleurs est reconduit au métro Varenne par un cordon de CRS. Sur l’esplanade, demeurent environ 25O manifestants qui entonnent des chants de marche.  Ils ont déjà eu à subir quelques charges de CRS. Petit à petit, le nombre impressionnant de policiers et gendarmes mobiles, assistés par des policiers en civils (qui ne portent pas toujours leur brassard) encercle le dernier carré de jeunes. L’étau se resserre et après quelques échauffourées, vers une heure du matin, les jeunes sont dispersés à la hauteur du métro La Tour-Maubourg. Une douzaine d’entre eux auraient été interpellés

Le retour dans les rues de Paris en vélib se fait en apercevant, çà et là, quelques jeunes manifestants rentrant chez eux la bouche encore pleine de slogans. L’opposition au “mariage” homosexuel a battu son plein cette nuit dans les rues de Paris, jusque sur la borne vélib d’arrivée sur laquelle est collé…un autocollant Manif Pour Tous.

Cette nuit François Hollande aura eu le mérite d’être le Président du rassemblement contre lui de toute une génération : celle qui ne lâchera rien.

Photo d’illustration.

Autres articles

60 Commentaires

  • Pablo , 24 Avr 2013 à 7:24 @ 7 h 24 min

    ONLR !

  • jsg , 24 Avr 2013 à 7:29 @ 7 h 29 min

    En 1968, malgré un chef d’état qui fit la grandeur de la France, les manifestations sont arrivées comme ça, sans que qui que ce soit ait dressé le peuple et la sensibilité des gens.
    A lépoque, au début, les slogans n étaient pas contre de Gaulle, mais ont émergé dans les universités des bourgeois révolutionnaires, comme le fameux Danny, que tout le monde encense maintenant après quil se soit fait éjecter de France.
    Maintenant, cest une autre paire de manches, il y a la crise, il y eut le ras le bol de Sarko, pour ses promesses entravées par cette gôche toujours pleine d idées quand elle nest pas aux affaires.
    Alors, le bon peuple dans sa grande sagesse a éjecté ce monsieur et s est orienté, vers cette gôche grande gueule, arrogante, moralisatrice, et dont le leader surdoué venait d être neutralisé.
    C est comme ça qu après l avènement de Moi Président, aucune de ses promesses n a été tenue, sauf la 31?eme, celle qui vient de dresser les Français contre les français.
    Alors, maintenant que reste-il pour espérer ? RIEN, le desespoir, la police dans la rue, obligée de canaliser une jeunesse qui est consciente que ces Enarques carrieristes et dépourvus de la moindre fibre patriotique, orientent le pays vers sa dillution pure et simple.
    La S.A. ÉLISÉE-MATIGNON a du souci à se faire car plus personne ne veut les voir, d ailleurs, ils se sont sabordés seuls et c est bienfait.
    Un seul avertissement à donner à ces gens : Le moindre incident contre une personne, la moindre bavure de cette police qui serait mieux employée à protéger les travailleurs, et la haine que vous avez engendrée par votre idéologie sectaire se retournera contre vous !
    Par pitié, n en faites pas de trop, car, même vos inconditionnels risqueraient d en subir eux aussi, les dégats collatéraux.
    un seul slogan :
    AYEZ L ÉLÉGANCE DE RENDRE VOTRE TABLIER, VOUS ÊTES EN PLACE CERTES MAIS PAS À VOTRE PLACE ! ET MERCI POUR TOUT, LE BON DIEU VOUS LE RENDRA !

  • noralpha , 24 Avr 2013 à 7:51 @ 7 h 51 min

    Parti comme c’est parti, le mois de mai sera chaud, chaud, chaud !

    Les nazillons socialistes ont du souci à se faire !

  • lastere , 24 Avr 2013 à 8:01 @ 8 h 01 min

    ecrits pleins de bon sens

  • Sergio , 24 Avr 2013 à 8:12 @ 8 h 12 min

    Joli mois de mai , quand reviendras-tu ?…..pour bouter hors de France toute la racaillerie socialo-libertaire qui pollue notre si joli pays !…..

  • Claude , 24 Avr 2013 à 8:20 @ 8 h 20 min

    Je ne peux que mettre en parallèle avec un article lu sur Dreuzz hier:
    http://www.dreuz.info/2013/04/la-valls-de-taubira-sur-un-air-de-califat-gay/

  • Bruno , 24 Avr 2013 à 9:00 @ 9 h 00 min

    François Hollande a déjà tout perdu pour n’avoir rien gagné dans son entêtement borné.

    – Les trois à quatre millions de français estimé ayant participé à l’une des manifestations depuis novembre ont été humiliés depuis le début et c’est une faute politique que d’humilier.
    – Les Français dans leur ensemble ont compris qu’il ne s’occupe que de cela et se fiche du reste et de leur situation.
    – Le pays a été la proie de manifestations, d’actions en coup de poing, de sittings, de huées depuis six mois sans interruption et dans tout le pays.
    – Il est contraint de se terrer à l’Elysée, les membres de ce pouvoir discrédité obligés d’annuler leurs déplacements ou de se cacher derrière des rideaux de police.Il ne pourra assister au défilé du 14 juillet de crainte d’y connaître l’humiliation suprême d’être conspué par la foule et le service d’ordres débordé.
    – Les plaintes pour violences policièes, gardes à vues politiques et les falsifications de l’information de la Préfecture de Police vont atteindre tôt ou tard Manuel Valls.
    – La situation de tension permanente et d’imprévisibilité d’un mouvement venu de la société civile met les forces de CRS et de Gendarmes mobiles en tension depuis trop longtemps pour qu’elles ne craquent pas rapidement et dérapent à la première occasion.
    – Tout présage d’un moi de mai qui pourrait faire oublier un autre.

    François Hollande a tout perdu au-delà de l’honneur. Pour quel gain, pour quels soutiens ? C’est un gâchis. Cet homme flotte dans un costume trop grand pour lui. Qu’il retire ce texte de loi scélérate, c’est la seule issue pour ne pas être emporté avec lui et passer les mois qui viennent dans un pays en état insurrectionnel larvé.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen