Visite houleuse de Hollande à Carmaux / Pas de « papouilles » pour Normal Ier !

Visite houleuse de Hollande à Carmaux / Pas de « papouilles » pour Normal Ier !

“On se croirait sous Franco !”

 

Par Franck Deletraz

On a beau être le « président normal », on n’en apprécie pas moins les applaudissements, les acclamations et autres vivats lancés par les foules. Mais de ce côté-là, François Hollande, en visite mercredi dans le fief socialiste de Carmaux pour rendre hommage à Jean Jaurès, aura été particulièrement servi : huées, sifflets, invectives… Rien n’aura été épargné au président le plus impopulaire de la Ve République par des Carmausins qui, entre nous, ont été assez naïfs pour croire à ses promesses et voter à 70 % pour lui en 2012.

 

« Il faut le voir pour le croire »

Il faut dire que l’imposant dispositif de sécurité mis en place pour l’occasion n’a guère contribué à l’apaisement des esprits : cantonnés derrière des barrières, ceux qui pensaient pouvoir approcher Hollande pour lui manifester leur mécontentement ont pu constater que, même avec lui, on ne mélange pas les torchons et les serviettes, la plèbe et Ubu. Alors, ils ont exprimé leur colère de loin. Au milieu d’un concert de sifflets et de huées, quelques invectives fusent : « Vous ne tenez pas vos promesses ! »« Pensez à nous ! Jaurès, il ne parlait pas comme vous ! »« S’il voyait ça, Jaurès, il se retournerait dans sa tombe ». Pensant sans doute calmer le jeu en serrant quelques mains et en se prêtant à des séances photos, petits gestes qui suffisent souvent à amadouer le bon peuple, le Président a cru bon d’aller au-devant de la population. Pour s’entendre dire :« Se faire siffler quand on est socialiste sur les terres de Jaurès, il faut le voir pour le croire… »

Ah ! il est loin le temps où le candidat Hollande traversait la place Jean-Jaurès sous les ovations du public. C’était en avril 2012, juste avant que 70 % des Carmausins votent pour lui à la présidentielle. Des habitants dont on peut comprendre aujourd’hui la déception mais qui, semble-t-il, ignorent encore que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent », comme le disait si bien cet autre socialiste qu’était Henri Queuille.

 

Réel et idéal

A l’abri dans la salle François-Mitterrand où seuls ceux qui disposaient d’un carton d’invitation et avaient été soigneusement triés sur le volet pouvaient entrer, le Président a alors confié, un tantinet blême : « Ça me fait toujours plaisir de rencontrer les Français, avec ce qu’ils peuvent dire parfois d’encouragements, (…) parfois aussi d’exigence, d’impatience. » Après quoi, il s’est lancé dans un long discours ponctué de citations de Jaurès, sorte de plaidoyer en faveur des réformes engagées par son gouvernement et contestées par sa propre majorité. Quant à ceux qui l’accusent d’oublier ses promesses de campagne et les idéaux socialistes, le chef de l’Etat leur a rappelé la difficulté de faire correspondre réel et idéal. Une leçon cette fois pour Hollande, qui ne devait pas connaître cette autre maxime d’Henri Queuille, selon laquelle « la politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent ».

Lu dans Présent

Articles liés