Nicolas Doze : l’obscurantisme syndical à Sephora et les lumières des initiatives privées

Les syndicats sont-ils des partenaires sociaux ou des adversaires sociaux ? C’est la question que pose Nicolas Doze mardi midi sur BFM TV alors que la Cour d’appel de Paris, saisie par une intersyndicale gauchiste absente de l’entreprise, a décidé lundi de contraindre le magasin Sephora des Champs-Élysées à fermer ses portes à 21h (contre minuit ou 1h du matin, selon les jours, actuellement) sous peine de payer 80 000 euros par infraction constatée et par salarié. En attendant le résultat du pourvoi en cassation, les 50 salariés concernés par cette décision comme la CFTC, majoritaire chez Sephora, ne comprennent pas cette décision.

Heureusement, constate Nicolas Doze, il n’y a pas que Sephora dans l’actualité, il y a aussi la Halle Freyssinet et Carmat…

Autres articles

18 Commentaires

  • Delaye , 25 Sep 2013 à 10:00 @ 10 h 00 min

    Le but des syndicats, et surtout de la CGT, n’a jamais été de protéger les employés, mais de détruire les sociétés qui leur donnent du travail.

  • Eric Martin , 25 Sep 2013 à 10:15 @ 10 h 15 min

    Ce Sephora est sur les Champs-Elysées, ne l’oubliez pas.

  • biquette83 , 25 Sep 2013 à 10:32 @ 10 h 32 min

    Bonjour,

    Les syndicats n’ont jamais défendu les salariés mais ont toujours attaqué les patrons.
    Comment voulez-vous que la France s’en sorte et interdisant les initiatives de ceux qui veulent travailler pour s’en sortir.
    Cordialement

  • nelaighys , 25 Sep 2013 à 14:12 @ 14 h 12 min

    Les premiers “intéressés” dans l’affaire ne me semblent pas être les employés manifestement prêts à la “servitude volontaire”, mais les employeurs prêts eux à engranger les profits dans un modèle de développement où le fric est roi.
    Il se trouve que le pape François a justement évoqué dimanche dernier en Sardaigne cette nécessité de remettre l’homme et le bien commun au centre de l’économie.

  • JACKY4546 , 25 Sep 2013 à 16:37 @ 16 h 37 min

    Quand va-t-on se décider, dans ce Pays, à laisser les gens travailler tout simplement quand ils en ont envie, à la condition, bien sûr qu’ils n’y soient pas contraints et qu’ils soient rémunérés en conséquence.
    “Travailler plus pour gagner plus”, même si c’est signé Sarkozy, c’est quand même moins con que ces lois imbéciles qui n’ont d’autre but que de détruire l’économie, et surtout d’aller contre les patrons et tous ceux qui gagnent de l’argent.
    De surcroît, “Mh”, j’ai travaillé 47 ans à la moyenne hebdomadaire de 48 H. et celà ne m’a ni tué ni perturbé.
    Ce qui me tue c’est cette poignée de connards qui constitue les syndicats, et qui, associés à cette justice scélérate française, mènent la France par le bout du nez.
    Qui va interdire ces associations de malfaisants ???

  • Le Nouveau Croisé , 25 Sep 2013 à 16:51 @ 16 h 51 min

    Coluche disait : ” Syndicats caca, tous pourris riri !”
    Ceci résume bien la situation, point n’est peine de se lamenter.

  • Tirebouchon , 25 Sep 2013 à 18:31 @ 18 h 31 min

    Ce système qui donne tant de pouvoir aux syndicat rouge date depuis la fin de la guerre….Et à qui devons nous la prise en main par les syndicat de la Sécu, de la CAF etc…..Au grand Charlot qui pour avoir le pouvoir a tout pris a tout accepté des COCO….On comprendra l’alliance du PCF et du MRP…Maurice Thorez fit sa résistance à Moscou et la grande Zorah à Londres de quoi créer une grande alliance entre grands résistants.

    Ces deux résistants qui ont plus de sang sur les mains que de titres de gloire…Mais c’est là une autre histoire que l’on se garde bien d’appendre à nos chères petites têtes brunes et frisées !

Les commentaires sont fermés.