MONSIEUR LE MAIRE, JE VOUS ÉCRIS UNE LETTRE…

MONSIEUR LE MAIRE, JE VOUS ÉCRIS UNE LETTRE…

P1000679-225x300

©  JBL/ Les Enquêtes du contribuable

 

Par David Miège
Petit à petit, nos cités sont en train de toutes se ressembler, de s’uniformiser, de se diluer… à tel point que même le plus performant des GPS n’y suffirait pas pour s’y retrouver.

Monsieur le Maire,

Je vous écris une lettre que vous lirez peut-être si vous en avez le temps…

Car municipales obligent, nous vous retrouvons à concourir, de nouveau, sur les marchés, dans une partie de « serre paluches » effrénée dont vous avez le secret ; sourires de circonstance et prise de calories garantis !

Mais, au fait, Monsieur le (futur) Maire, connaissez-vous réellement votre commune (je ne m’adresse pas aux « parachutés »!) ? Etes-vous certain de ne pas vous tromper, de ne pas confondre avec la ville voisine ?

Si je vous pose cette question légèrement incongrue, c’est que, petit à petit, nos cités sont en train de toutes se ressembler, de s’uniformiser, de se diluer… à tel point que même le plus performant des GPS n’y suffirait pas pour s’y retrouver.

Nous serons donc bientôt tous logés à la même enseigne : un centre commercial par-ci, un kebab par-là… sans oublier l’inévitable sushi (il y a du sushi à se faire !), l’épicier du coin qui a remplacé le bougnat d’antan, le gérant du PMU qui a puisé son eau pour le pastis sur les rives du Yang-Tsé-Kiang…

Le cosmopolitisme, tant revendiqué par nombre de nos édiles, à défaut d’un utopique « united colors », repeint de gris nos agglomérations ; la ville-monde est en marche, le fameux « sens de l’Histoire ».

Certes, Monsieur le Maire, vous allez judicieusement faire remarquer à l’esprit d’administré chagrin que je suis que votre situation est délicate dans un contexte économique morose et mettre en avant vos belles réalisations ; grosso modo à peu près les mêmes que votre confrère de la ville voisine : un centre culturel Louis Aragon (ou Nelson Mandela, au choix), reconnaissable à sa structure de béton et de verre, où se produit tout ce que l’avant-garde théâtrale et hermétique peut compter, sans parler de l’incontournable festival de hip-hop (le fameux « vivre ensemble »).

Un rond-point Obama…oui un rond-point! Indispensable le rond-point…Chaque commune doit posséder son rond-point, c’est ainsi, un passage obligé en quelque sorte.

Un éco-quartier (très tendance) et son lot de mètres carrés de bureaux désespérément vides, mais  qui fait marcher le clientélisme.

Des ZUP, des ZAC, des ZEP  à n’en plus finir…

Evidemment, Monsieur le Maire, durant votre campagne, vous aurez beau jeu de promettre la main sur le cœur (j’allais dire le portefeuille) aucune augmentation d’impôts ; vœu pieux très vite oublié une fois élu… car comme disait l’autre « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent ».

Eh oui, car au final, c’est nous qui payons… même pour avoir des villes tristes.

 

Lu dans les Enquêtes du contribuable

Articles liés