La Grèce débordée par l’afflux de clandestins

A la frontière entre la Grèce et la Macédoine, ils sont plusieurs milliers de clandestins à être pris au piège. Sur place, les autorités tentent de réguler ce flot humain, et ont décidé de ne plus affréter de bus en direction de la Macédoine. Des milliers de clandestins se retrouvent alors coincés à Athènes. En tout, 20 000 personnes errent sur le territoire grec sans avoir le droit d’y être. Les centres d’accueil sont débordés, et les autorités sont obligées d’ouvrir des gymnases et des hangars pour accueillir les envahisseurs :

Autres articles

12 Commentaires

  • KAMISAN , 25 Fév 2016 à 21:48 @ 21 h 48 min

    Léonidas est vraiment mort pour rien !

  • Marcus , 25 Fév 2016 à 22:11 @ 22 h 11 min

    @ Kamisan

    Ne vous fatiguez pas avec des références culturelles. Les idiots utiles décérébrés qui votent UMPS sont incultes, et pensent que Léonidas est juste une marque de chocolats….

  • Stouf68 , 25 Fév 2016 à 22:51 @ 22 h 51 min

    Un coup de pied au cul et retour dans leur pays

  • Luc Tremblay , 26 Fév 2016 à 7:32 @ 7 h 32 min

    La Grèce doit/devrait les renvoyer en Turquie depuis des mois. C’est ce que prévoit un accord avec la Turquie de «réadmission» (refoulement vers le pays d’origine).

    Mais voilà Tsipras et Syriza sont des internationalistes et ils veulent emmerder les autres membres de l’EU (par ici les prêts!)

  • lilou 35 , 26 Fév 2016 à 8:30 @ 8 h 30 min

    A quand l’armée pour canaliser tout ce monde ?

  • pauledesbaux , 26 Fév 2016 à 9:09 @ 9 h 09 min

    quand va-t-on comprendre que la seule façon de les éradiquer ce sont les kalach dont ils se servent, eux pour nous tuer çà donnera à manger aux poissons…….

  • Jeanne E , 26 Fév 2016 à 9:40 @ 9 h 40 min

    C’est chez nous, qu’il faudrait donner des coups de pied au c.. et pas des postes de députés et de ministres.

    Et en commençant par celui qui a dit qu’il valait mieux perdre les élections que “perdre son âme”…
    Nous allons perdre notre âme et notre pays, mais lui, il s’en moque, il en a un autre.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen