AGENDA | Conférence d’Alain Finkielkraut le 27 mars à Paris

Le Cercle Charles Péguy de Paris recevra le philosophe Alain Finkielkraut jeudi 27 mars à 19h45, au Théâtre Saint-Léon (11, place du Cardinal Amette – 75015 Paris) pour une conférence-débat autour de son dernier livre, L’Identité malheureuse (Stock, octobre 2013).

Au moment où la gauche de gouvernement s’effondre, où la droite des partis classiques patauge dans ses divisions et où le Front national continue de monter, la définition de notre identité nationale, et de nos identités particulières, si elles existent, est plus que jamais au centre de la tragédie française. Est-il possible encore d’hériter et de transmettre ? Ce sont ces questions que les membres du Cercle Charles Péguy poseront à Alain Finkielkraut.

Le Cercle Charles Péguy, fondé à Lyon il y a cinquante ans, entend reconstruire intellectuellement une droite authentique par la formation des cadres politiques de demain. Placé sous le patronage de grandes figures françaises comme Simone Weil, Georges Bernanos ou Jacques Ellul, il a reçu depuis septembre 2013 Chantal Delsol, Gérard Leclerc, Charles Beigbeder et de nombreux jeunes dirigeants de partis politiques.

Entrée libre pour les membres du Cercle. 5 euros pour les autres.

Site internet / Facebook / Twitter

Lire aussi :
> Alain Finkielkraut : « Je n’ai pas envie de voir la France tourner d’elle-même la page de la France »
> Des identités meurtrières à l’identité malheureuse… par Christian Vanneste

Articles liés

7Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • hermeneias , 25 mars 2014 @ 8 h 32 min

    Pourquoi pas cela peut être intéressant s’il y a un vrai débat .

    Mais Finkielkraut , sans doute lié par son atavisme , se défend avec une certaine véhémence d’être à droite ou “de droite”.
    Il en a le droit mais sa véhémence est étonnante . Comme un reste de politiquement correct de gauche et un agnosticisme voire “athéisme” idéologique surprenant chez un philosophe

  • labolisbiotifool , 25 mars 2014 @ 9 h 08 min

    Normal ! Le chemin qu ‘ il a suivi est loin d ‘ être facile pour Finkie et il faut reconnaitre
    son courage : les attaques contre lui sont dégueulasses la plupart du temps , et haineuses
    de manière hallucinantes .
    Mais il continue à évoluer je trouve , en bien ! Il est courageux !

  • Enoch , 25 mars 2014 @ 9 h 56 min

    Si tout les intellectuels avaient fait le même parcours que Finkielkraut, la France serait moins dans la panade.

    Pour la gauche culturelle toute puissante, cet homme qui décrit des phénomènes, que n’importe quel personne saine d’esprit peut voir à l’œuvre dans les rues de la capitale, est devenu un horrible réactionnaire de droite extrême.

    Dans quelques années, on dira mais c’était pourtant tellement évident !

    Il y a le monde réel et le monde médiatique. Le problème c’est que nos politiques regardent le monde seulement à travers le prisme médiatique.
    Ils font tout pour lui faire plaisir et pouvoir rentrer dans son moule de penser.

    Finkielkraut vit aussi se paradoxe. Souvent son analyse est juste mais il limite sa portée au frontière tolère par la pensée mainstream médiatique. Il est « border line » et il sait que les associations de la pensée juste sont aux aguets pour lui rappeler.

    Les penseurs vrais comme Renaud Camus, Miller ont déjà été interdit d’accès média et condamné par l’inquisition républicaine du 21eme siècle (composé majoritairement de non-français).
    Finkielkraut se soucie beaucoup trop de son image et du « quand dira-t-on » médiatique pour pousser son raisonnement jusqu’à passer les frontières de l’interdit du correcte.

    L’isolement intellectuel doit être vraiment difficile. Dès que tu vas à Paris, tu dois toujours tomber sur un sous-homme prêt à te faire une leçon de morale bien-pensante.

    Des fois je me demande si la pensée intellectuelle ne s’arrête pas là où commence le sport de combat !!!

  • Monique33 , 26 mars 2014 @ 7 h 48 min

    Je serais très étonnée que Mme Naïma Charaï qui a saisi le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), reprochant au philosophe Alain Finkielkraut, d’avoir utilisé le terme « français de souche » lors d’un débat sur France 2 face à Manuel Valls s’y rende!

  • Français désabusé , 26 mars 2014 @ 8 h 55 min

    Ceux, qui croient en cet imposteur… N’ont toujours rien compris!

  • passim , 26 mars 2014 @ 13 h 31 min

    Imposteur, je ne crois pas.
    Mais certainement un homme évoluant sur le fil du rasoir, comme l’évoque Enoch plus haut.
    Par ailleurs, une belle intelligence.
    On en retire ce qu’on peut en retirer, et on laisse le reste.

  • patrick Canonges , 26 mars 2014 @ 17 h 09 min

    Je trouve étrange qu’un cercle qui se positionne explicitement à droite, s’appelle Charles Péguy, se réclame entre autres de Simone Weil, Jacques Ellul et Gérard Leclerc et invite Alain Finkielkraut.
    Car tous ces hommes et femme se réclamaient et se réclament de la gauche (un bémol pour Leclerc qui se définit comme ni de droite ni de gauche, mais royaliste “ailleurs”.
    Quand est-ce qu’on comprendra que les vraies divisions ne sont pas entre droite et gauche, notamment et surtout en France, pays qui a des traditions philosophiques et politiques autrement plus complexes à classifier.

Les commentaires sont clôturés.