“Vous n’aurez pas ma haine”: hommage d’Etienne à son conjoint Xavier Jugedele (Vidéo)

“Vous n’aurez pas ma haine”: hommage d’Etienne à son conjoint Xavier Jugedele (Vidéo)

“Vous n’aurez pas ma haine”. Etienne Cardiles, le compagnon du policier tué sur les Champs-Élysées jeudi a tenu un discours poignant ce mardi 25 avril, à l’occasion d’une cérémonie d’hommage national à la préfecture de police de Paris. Il a notamment repris les mots d’Antoine Leiris, qui a perdu sa femme et la mère de son enfant au Bataclan le 13 novembre 2015, et écrit un message qui a fait le tour du monde.

 “C’est une leçon de vie qui m’avait fait tant grandir qu’elle me protège aujourd’hui, a-t-il dit au sujet des mots d’Antoine Leiris. Je souffre sans haine”. “Cette haine, Xavier, je ne l’ai pas parce qu’elle ne te ressemble pas, parce qu’elle ne correspond en rien à ce qui faisait battre ton cœur”, a dit le compagnon du policier, avec lequel il était pacsé.
 Etienne Cardiles est revenu sur la passion de Xavier Jugelé pour son métier. “L’intérêt général, le service des autres et la protection de nous tous faisaient partie de ton éducation et de tes convictions”, a-t-il expliqué, prenant la parole en premier dans la cour de la préfecture de police, où étaient réunis les membres du gouvernement, l’ancien président Nicolas Sarkozy, les candidats au second tour de la présidentielle Emmanuel Macron et Marine Le Pen, et les représentants des associations de victimes du terrorisme. Le chef de l’État François Hollande a présidé cette cérémonie.

“Veillons à la paix et gardons la paix”

Etienne Cardiles a déroulé au début de son discours la journée de jeudi. “Tu as pris ton service à 14 heures dans cette tenue du maintien de l’ordre dont tu prenais tant soin. Ce type de mission, je le sais, te plaisait, parce que c’étaient les Champs-Élysées et l’image de la France (…) que tu protégeais (…). Je suis rentré le soir sans toi (…) Lorsque sont parus les premiers messages informant les Parisiens qu’un événement grave était en cours sur les Champs-Élysées et qu’un policier avait perdu la vie, une petite voix m’a dit que c’était toi.”

Source

Articles liés